3e mandat : Buhari appelle les présidents africains à respecter leurs constitutions

De plus en plus de présidents de l’Afrique de l’Ouest se prononcent contre le 3e mandat. Après les propos polémiques de Umaro Sissoco Embalo, président Bissau-guinéen, Muhammadu Buhari s’y met. Le président du Nigérien appelle les présidents d’Afrique de l’Ouest à respecter la limite constitutionnelle de leur mandat.

« Il est important qu’en tant que dirigeants de nos différents États membres de la Cedeao, nous respections les dispositions constitutionnelles de nos pays, notamment en ce qui concerne la limitation des mandats. C’est un domaine qui génère des crises et des tensions politiques dans notre sous-région », a-t-il déclaré lors du sommet des dirigeants du bloc régional, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), qui s’est tenu, hier, à Niamey.

La décision du président Ouattara de se présenter pour un troisième mandat à la suite du décès soudain de son dauphin a déclenché des manifestations en Côte d’Ivoire. Ses détracteurs affirment que cette décision est anticonstitutionnelle. Des manifestations violentes ont également eu lieu en Guinée voisine, où le président Condé, âgé de 82 ans, brigue un troisième mandat controversé en octobre, rapporte BBC-Afrique.