Les 4 secteurs sensibles que Macky a confiés à des…incompétents

Le Président de la République Macky Sall se doit à chaque fois que l’occasion lui est donnée tirer les leçons de ce qui s’est passé. Tirer les leçons, c’est bon, mais il faut maintenant à partir de là, asseoir d’autres perspectives. Jusqu’ici le Président de la République Macky Sall a cru bien faire en confiant des secteurs clés à des hommes, à des femmes qui à l’évidence ont été de véritables déceptions. Pour le Président de la République Macky Sall, la leçon doit être bien apprise à présent. Il doit faire attention quand il fait des castings pour confier des secteurs clés à des Sénégalais dont les CV sont longs comme le Nil.

Ces « carriéristes » cachent souvent des politiciens qui ne sont mus que par leur longévité au gouvernement. Et souvent ces politiciens incompétents dirigent des ministères sensibles qui gèrent une bonne partie de la population active de notre pays. C’est le cas de ces quatre ministères sensibles que le Président de la République Macky Sall a confiés à de « gros fainéants ». Il s’agit des ministères de la Jeunesse (Néné Fatoumata Tall), de l’Education (Mamadou Talla), de l’Enseignement supérieur (Cheikh Oumar Hanne), et de l’Agriculture (Pr Moussa Baldé).

Des ministres qui à tous les niveaux, étalent leurs incompétences. Depuis qu’elle est dans le gouvernement, Néné Fatoumata Tall est incapable d’élaborer un programme fiable prenant en compte les aspirations des jeunes, et de pouvoir le dérouler. La population Sénégalaise est composée majoritairement de jeunes. Mais Néné Fatoumata s’occupe de son devenir politique que de la jeunesse du pays. Elle a une grande part de responsabilité sur ce qui s’est déroulé au mois de mars dernier car c’est la jeunesse qui s’est installée dans les rues pour exprimer tout son ras-le-bol.

Depuis qu’il est ministre de l’Education, le secteur ne vit que de tensions. Mamadou Talla dit Thiouks qui gère l’éducation de nos enfants et les enseignants qui se tuent à la tâche, est plutôt concentré sur sa base politique de Mantes-la-jolie en France que sur l’avenir de l’éducation au Sénégal. Les enseignants dénoncent l’attitude de ce ministre qui va même jusqu’à leur fermer la porte des négociations. Les enseignants font de nombreux sacrifices pour sauver l’année scolaire. C’est à eux que revient tout le mérite.

Sa nomination au ministère de l’Enseignement supérieur avait créé la polémique. A juste raison ! Ni au Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD), ni au ministère de l’Enseignement, Cheikh Oumar Anne ne laisse dégager une bonne impression. Il gère plus de 100.000 étudiants et des centaines d’enseignants du supérieur. Mais c’est sa situation politique qui l’intéresse mieux que le devenir des jeunes étudiants. Pendant que tout brûle au Campus, le ministre est à Podor en train de battre campagne pour sa mairie de Ndioum qu’il dirige depuis 2014.

Le ministre de l’Agriculture Moussa Baldé est un cas. Au moment où tous les paysans comptent sur lui pour vivre décemment, ce « gonfleur » des chiffres, n’a d’yeux que pour le nombre de tonnes d’arachide pour faire plaisir à Macky. Il n’a cure de la condition des paysans. Et il s’en prend à tous ceux qui le critiquent. Moussa Baldé aime les conflits sociaux et il accuse à chaque fois, ses rivaux politiques de Kolda ou des forces occultes au sein de son ministère. Mais son véritable problème…c’est son incompétence.

Le président Macky devrait revoir sa copie lors du prochain remaniement. Il doit confier ces postes à des Sénégalais qui le méritent et non à des politiciens qui battent campagne toute leur vie…

La rédaction de Xibaaru

Afficher les commentaires (2)