Affaire Guillaume Soro : la Cour Africaine tord la main à la Côte d’Ivoire

La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, institution de l’Union africaine basée à Arusha, en Tanzanie, qui avait été saisie début mars par Guillaume Soro et ses proches, « ordonne à l’État défendeur (la Côte d’Ivoire) de surseoir à l’exécution du mandat d’arrêt contre Guillaume Soro », dans un arrêt publié ce mercredi. Candidat déclaré à l’élection présidentielle ivoirienne prévue en octobre, Guillaume Soro faisait l’objet depuis fin décembre 2019 d’un mandat d’arrêt par la justice ivoirienne pour une tentative présumée d’« insurrection », et des détournements de fonds publics, toutes accusations démenties par l’ex-chef de la rébellion des années 2000. La Cour ordonne aussi de « surseoir à l’exécution des mandats de dépôt » contre 19 proches de M. Soro accusés de complicité à divers degrés, actuellement détenus en Côte d’Ivoire, et leur mise en « liberté provisoire » : il s’agit de cinq députés et de membres de son parti, dont d’anciens ministres, ainsi que de deux de ses frères.