Ultimate magazine theme for WordPress.

Aïcha Bakhayokho du PDS pose la problématique…Jeunesse et politique au Sénégal

1

Le désintéressement de la jeunesse à la vie politique est une réalité au Sénégal à l’instar  de nombreux pays dans le monde. Cependant, si l’écrasante majorité donne primauté aux mouvements associatifs, estudiantins ou communautaires, on peut tout de même noter à l’opposé une minorité qui s’intéresse à cette activité qui étymologiquement est l’art de gérer la cité. Ces jeunes vont intégrer les partis politiques pour mettre en œuvre leur patriotisme.

Alors, les questions qui se posent à présent sont:

1) Pourquoi la plupart des jeunes ne s’intéressent pas à la politique ?

2) Ceux qui y sont, connaissent-ils réellement leur rôle?

3) Nos politiques se préoccupent-ils de l’implication et de la responsabilisation des jeunes ?

Si pour certains, cette activé citoyenne noble est une perte
de temps, nombreux sont ceux qui pensent que c’est réservé à une catégorie de personnes, d’autres encore en ont une fausse perception,qui finit par leur  désorientés de plus en plus vers les  mouvements citoyens, structures plus inclusifs et attentifs aux besoins de la population. Une attitude que l’on peut bien comprendre, car, vous conviendrez avec moi que de nos  jours, les jeunes  semble être relégués au second plan.
D’abord dans les partis politiques, on les voit souvent comme des personnes immatures, sans expérience, à qui l’on ne fait recours généralement que pour la mobilisation et les combats  de terrain.

Par ailleurs, Lors des échéances électorales, ils ne sont quasiment pas investis sur les listes, à des positions éligibles. Par contre, ils sont sollicités pour accompagner les caravanes  durant la période qui couvre la campagne. Ou bien ils sont mandatés à assurer  la mission de propagande sur les réseaux sociaux.
En revanche, les responsables nous hantent l’esprit avec des théories de toutes sortes à l’endroit des jeunes, nous faisant croire que nous sommes la relève sûre. Ils rejoignent l’idée selon laquelle » les  jeunes sont l’avenir d’un pays ». Et l’avenir c’est d’abord le présent. Fort de ce constat, nous pouvons dire que les jeunes n’occupent pas une place importante dans les instances de décisions. La preuve, à la sortie des élections législatives de 2017, l’ONG Dakaroise avait révélé dans une étude, la faible représentativité des jeunes à l’Assemblée nationale. Sur les 165 parlementaires qui devaient siéger pour la 13ème législature, les moins de 35ans n’en faisaient pas une poignée de main. Avec une moyenne d’âge de 54 ans, ce qui reflète de loin la population sénégalaise majoritairement composée de jeunes.

Plus loin, cette jeunesse est encore quasi absente dans ce  nouveau gouvernement composé de 32 ministres et de 3 secrétaires d’État, en dépit des promesses préélectorales du président Macky sall, consistant à une meilleure implication et considération à l’endroit de cette importante frange de la population.
Les institutions de la république voient presque toutes à leurs têtes des personnes de troisième âge ou en tout cas âgées. Et pourtant, il y a des jeunes dynamiques et très engagés, avec un leadership avéré
mais malheureusement, on ne leur donne pas la possibilité de montrer leur expertise.
Il est tant que nos autorités prêtent attention à l’autonomisation et à la responsabilisation des jeunes.

Aïcha BAKHAYOKHO, présidente commission féminine MEEL NATIONAL

Afficher les commentaires (1)