Alassane Kitane : « La pluie nous révèle notre imposture nationale »

LA PLUIE NOUS REVELE NOTRE IMPOSTURE NATIONALE

Ces images insoutenables, avilissantes et révoltantes nous renvoient notre propre image. Un pays délaissé par ses élites et ses citoyens, chacun cherchant désespérément à sauver sa peau face aux aléas de la nature et à la dureté de l’existence.

– Quelle différence entre notre façon de vivre et celle des buffles qui, par lâcheté, se font disperser et déchiqueter par le lion ?

– Quelle différence entre notre culture de la débrouillardise et la morale du singe ?

– A quoi sert encore l’Etat sénégalais ? C’est la question que je me suis posé lorsque visitant la ville de Kaolack je me suis rendu compte que les Kaolackois auraient mieux fait d’abolir leur mairie et de chasser leur maire ! Cette ville est terriblement délaissée : aucun effort d’assainissement, aucune politique d’aménagement. Je vois des mamans étaler leur commerce les pieds dans l’eau, des chauffeurs obligés de patauger dans les marres d’eau pour assurer la dépense quotidienne, des mécaniciens passer toute le journée dans l’eau. Je vois la porte de l’hôpital El Hadji Ibrahima Niass inondée d’eau (quel blasphème !). Oh Kaolack la ville qui ne change point.

– A quoi servent les élites de ce pays ? C’est une autre question que je me suis posé lorsque je vois  des politiciens parader avec des sacs de riz et prononcer des discours pompeux pour prétendument assister les populations sinistrées. Oh quel gâchis ce pays !

– Qu’attendons-nous pour nous révolter contre les hommes politiques pour leur faire payer l’abandon de leurs responsabilités ? C’est une question que je ne peux m’empêcher de poser quand je vois que la route Marché Moussanté-Hersent est impraticable depuis plus de 20 ans et chaque année les Thiéssois sont obligés de vivre le même calvaire. Le maire de Thiès, les maires des communes, les ministres, DG, etc., méritent tous d’être traduits en justice pour non-assistance aux populations en danger. La route qui passe devant l’hôpital régional de Thiès est dans un état de délabrement inimaginable : vous vous rendez compte !

– A Hersent l’avenue appelée Angle Maïssa qui fait également office de déversoir des eaux pluviales (la nature a horreur du vide) a été inaugurée dans l’imagination du député Abdou Mbow il y a de cela quatre ans ! Il fallait vendre le référendum aux populations, et comme il n’y avait rien pour les appâter, le bonhomme de l’Assemblée nationale inventa l’inauguration d’une route dont les travaux n’avaient guère commencé. Ah ce régime de l’imposture !

– Pourquoi ne pas donner à Marième Faye Sall le poste de vice-présidente du Sénégal puisqu’elle envahit l’espace public avec ses sorties à la fois nombreuses et calamiteuses pour l’image de la république ? Qui pour dire à cette femme qu’être la dame du Président de la république ne confère aucun statut constitutionnel ou institutionnel ? Madame ayez pitié de nous : nous sommes déjà submergés par l’image de votre époux, nous avons envie de voir autre chose à la télé !!! De grâce ne nous étouffez pas !

– Quelles sont les précautions qui ont été prises après l’annonce par les services de la météo des risques de fortes pluviométrie cette année ? Vous osez donc montrer votre tronche en prétextant d’une pluviométrie exceptionnelle ?

– Pourquoi la télé ne montre pas nos dames anonymes qui font marcher l’économie du pays en étant constamment dans l’eau ?

– A quoi sert un Etat qui ne sait que gérer les affaires courantes ?

Alassane K. KITANE