Alassane Kitane raille le député Dembourou Sow et tacle Abdou Karim Fofana

AU COMMENCEMENT FUT LE VERBE, A LA FIN AUSSI…Élégie pour un député qui a tourné le dos à la nation

 

Ça commence toujours ainsi : de gros mots qu’on finit par intérioriser et par banaliser. L’esprit est petit à petit habitué à des expressions à la connotation émotive voire pulsionnelle. On banalise jusqu’au jour où les mots se retournent contre nous pour nous ravaler dans le gouffre de la confrontation. On dit que la communication réduit les distances, relativise les différences et résout les différends, mais il lui arrive également de nous enfermer dans nos certitudes et convictions handicapantes. Les wolofs, finalistes à souhait, pensent que ce n’est pas un hasard si Dieu nous a donné, deux yeux, deux oreilles et une seule bouche qui, plus est, est entourée d’une double barrière constituée de deux lèvres et de trente-deux dents. Il faut observer et écouter plus qu’on ne parle.

Je dirais volontiers que si Dieu a été si précautionneux, c’est pour nous suggérer que le monde est un univers de partage, et donc de tolérance. Si nous parlions tous en même temps aucune symphonie n’en résulterait, mais nous pouvons être plusieurs à écouter un seul, à regarder la même chose, à apprendre sans nous gêner les uns les autres. Que c’est beau ! le problème dans nos sociétés est que tout le monde veut parler, ce qui est bien du reste, mais quand parler devient une stratégie pour empêcher les autres de parler ou d’exprimer leur point de vue, ça devient grave.

Le langage articulé qui permet la parole est l’outil le plus puissant que Dieu a donné à l’homme, mais ce dernier en abuse trop souvent. Hitler hypnotisait quasiment ses foules. Son secret réside dans le fait qu’il flattait leur fierté et leurs émotions, il savait aiguillonner leurs craintes et leurs espoirs. Quand il a commencé à insinuer dans le discours populaire la notion de race aryenne, le peuple allemand était déjà trop envoûté pour se rendre compte de l’étendue de la supercherie. La haine est le parasite le plus dangereux du langage. Le propre d’un parasite est d’être porté et nourri par l’organisme hôte. Les politiciens qui considèrent la violence comme étant consubstantielle à leur activité savent comment faire porter au langage populaire le fardeau de leur difformité. Dès qu’ils sont à court d’idées et d’arguments, il se réfugient derrière les références identitaires qui sont des espèces de gisements émotionnels très inflammables.

Lorsque la violence contenue dans les mots galvanise un peuple suffisamment, il peut être amené à commettre les pires atrocités sans s’en rendre compte. C’est sous rapport que la vindicte soulevée par les propos inacceptables du député APR est légitime. Raimond Lulle, un penseur du Moyen-Âge a dit que Dieu n’a point donné d’armes naturelles aux hommes (griffes acérées, crocs puissants, échardes sur le corps, cornes, etc.) parce qu’Il l’a fait être rationnel, parlant. Le recours aux armes est donc selon Lulle un retour à l’animalité et une renonciation à notre humanité. Les hommes parlent, sous ce rapport, pour ne pas se faire la guerre ; ils sont destinés à échanger des idées et des paroles à la place de coups. La vie en société et notre statut de locuteurs sont indissociables : voilà pourquoi faire l’apologie de la violence dans une société humaine est une déchéance à la fois morale et citoyenne.

Au regard de toutes ces considérations, la présence de ce député à l’Assemblée nationale est désormais une incongruité républicaine. Un lieu aussi emblématique ne doit pas accueillir en son sein un quidam qui, non seulement trouve déplacé le débat sur l’interprétation de la constitution, mais incite ses proches à prendre les armes pour imposer leur vision ! Sa présence dans une si auguste assemblée montre que le choix des hommes dans les appareils de l’État commence à poser gravement problème dans ce pays. Et son maintien là-bas est une offense quotidienne à l’unité nationale. On ne peut pas insulter la nation comme il l’a fait et continuer à jouir des privilèges et des honneurs qu’elle confère. Quant à ce ministre qui a tenté de l’absoudre, il doit également quitter le gouvernement, car son acte (puisqu’il a tenté de légitimer une agression contre la nation) est un parjure qui montre qu’il n’est pas à sa place. La république est sacrée. La nation est vitale, car lorsque l’État est en faillite ou qu’il faiblit, c’est la nation qui lui donne un nouveau souffle, de l’espoir, de l’énergie. Si ceux qui nous gouvernent ne savent pas poser un acte de grandeur en traduisant ce monsieur en justice, c’est qu’ils sont en train de semer les germes de frictions identitaires dont les conséquences pourraient être désastreuses.

Alassane KITANE