Après Bouga, Macky fouille partout…ministres, députés, hommes d’affaires

Affaire Seydina Fall ‘’Boughazelli’’ : Un arbre qui cache la forêt

Seydina Fall alias Boughazelli a été finalement placé sous mandat de dépôt et se trouve à la Maison d’arrêt de Reubeuss. Depuis que celui qui est devenu désormais ex-député de l’Alliance pour la République (APR) a été cité dans une affaire de trafic de faux billets de banque, la clameur publique ne cesse de s’élever pour exiger que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Et que celle-ci doit aller jusqu’au bout. C’est-à-dire pas de parti pris, et que toutes les personnes reconnues coupables soient sanctionnées à la mesure du préjudice subi par l’économie nationale.

Il faut dire que le préjudice est énorme. A ce stade des investigations, on parle de plusieurs centaines de milliards de FCFA subis par l’économie nationale. Il convient de le dire, le Sénégal est devenu un havre pour les trafiquants de faux billets de banque et de drogue. Il n’y a qu’à constater combien d’immeubles équivalant à des milliards et appartenant à de particuliers qu’ils servent de prête-noms ou pas, sortent tous les jours de chantiers. Des immeubles, propriétés d’obscurs individus qui de l’anonymat surgissent subitement au-devant de l’actualité, deviennent de nouveaux multimilliardaires, et alors que le peuple vit de plus en plus dans la misère la plus extrême, eux mènent un train de vie des plus insolents.

Trêve de pleurnicheries, mais également de moqueries à l’endroit du peuple laborieux. Que dans cette affaire de trafic de faux billets de banque dont on dit que le principal cerveau, le député Seydina Fall aille jusqu’au bout. Et celle-ci ne devrait nullement constituer l’arbre qui cache la forêt. Que toutes ces affaires qui conduisent finalement à des blanchiments d’argent et qui impliqueraient des vulgaires voleurs, des voyous de la pire espèce qui se drapent de manteaux d’autorités de la République, de grands responsables politiques, ne soient placées, une fois que la clameur publique s’est tue, au chapitre des pertes.

Aussi bien la Division des investigations criminelles, la Section de Recherches de la gendarmerie nationale sont suffisamment outillées pour pouvoir fouiller sur l’origine des biens prêtés à des individus surgis de nulle part. Pourtant, le député Moustapha Cissé Lô qui sait ce qu’il parle, n’a pas tort en indiquant que plusieurs trafiquants sont devenus propriétaires d’immeubles à Dakar. Il y a même de personnalités qui depuis le régime sous Me Abdoulaye Wade, sont devenus propriétaires de pavillons en France.

La rédaction de Xibaaru