Ultimate magazine theme for WordPress.

Comment Antoine Diome va « mater » les opposants…caméra, traçage, fichage politique

Antoine Diome, nouvea ministre de l'intérieur du Sénégal
0

Répression des manifestations : La nouvelle méthode initiée par Antoine Diome

Nommé ministre de l’Intérieur, Antoine Diome cherche à imprimer sa marque de la pire des manières. Une méthode pas du tout loin de celle utilisée par les régimes les plus répressifs. Désormais, la police filme les manifestants au Sénégal. Parti au quai de pêche de Mbour pour s’enquérir de la situation que vivent en ce moment les pêcheurs, Bougane Guèye Dany, le patron du groupe D-médias en a fait l’amère expérience. Des agents de la police se sont mis à les filmer lui et les autres membres de sa délégation.

On a vu la police sénégalaise utiliser plusieurs formes de répression, mais de là à filmer des manifestants, il y avait un pas qu’elle n’avait jamais osé franchir. Désormais, c’est chose faite. A présent, il ne reste qu’à recruter des cameramen à la police. Curieuse méthode pas du tout loin de celle de la Gestapo.

Dans une vidéo montrée, on voit clairement une femme policière qui filmait Bougane Guèye Dany. Tandis qu’un autre de ses collègues de la police en faisait de même avec l’entourage de Bougane. Cette nouvelle attitude initiée par la police n’est rien d’autre que pour mieux casser du manifestant. La méthode a cours en ce moment en France pour des répressions post-manifestations. Une arme du tout nouveau ministre de l’Intérieur, Antoine Diome, pour dissuader les manifestants. On les filme pour les identifier et ficher, en vue de pouvoir les contrecarrer dans des prochaines manifestations.

Fichés, identifiés, les meneurs des manifestations peuvent être empêchés de sortir chez eux, arrêtés ou subir toutes sortes de déboires à la veille de rassemblements contre le pouvoir pour ainsi casser la dynamique initiée. La méthode est cynique, anti-démocratique, liberticide.

Les membres de l’opposition, de la société civile qui avaient des doutes à propos de la nomination de l’ancien substitut du Procureur de la République près de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) au poste de ministre de l’Intérieur sont maintenant édifiés. Avec Antoine Diome, ministre de l’Intérieur, ce sont les libertés démocratiques au Sénégal qui vont régresser.

La rédaction de Xibaaru

laissez un commentaire