Ultimate magazine theme for WordPress.

Criminalisation de l’homosexualité : Moustapha Diakhaté défend les députés qui ont voté contre

0

NON A L’HOMOSEXUALITÉ ET NON A LA DIKTACRATIE DE L’HOMOPHOBIE…par Moustapha Diakhaté

La République du Sénégal et les autorités judiciaires ne peuvent pas se taire, face toute diktacratie, après avoir proclamé solennellement son attachement aux droits fondamentaux tels qu’ils sont définis dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 et dans la Déclaration Universelle du 10 décembre 1948.

Au Sénégal, en vertu de la constitution, l’interdiction du mandat impératif des députés est intangible.

Les menaces, les insultes et les inacceptables accusations de pro homosexualité proférées contre des députés, membres du bureau de l’Assemblée nationale, constituent des outrages à la République.

Je dénonce, avec la dernière énergie, la violence des propos contre les députés qui ont prononcé l’irrecevabilité de la proposition de Loi portant criminalisation de l’homosexualité.

On peut ne pas être d’accord avec eux mais personne n’a le droit d’assimiler leurs positions à la promotion de l’homosexualité.

A ce jour, aucun député Sénégalais, y compris les membres du bureau de l’Assemblée nationale, n’a demandé l’abrogation de l’article 319 du code pénal qui punit, depuis 1966, les actes contre nature.

Les vrais Républicains, les vrais démocrates doivent se lever et dire stop à l’instauration de l’inquisition religieuse.

Hélas, beaucoup de Républicains, démocrates – il faut le regretter, manquent de courage face aux prêches basses des islamofascistes où on dit à un député ce qu’il faut faire ou pas faire.

Pour rappel, l’absence de caractère impératif du mandat des parlementaires est une garantie constitutionnelle de l’indépendance des députés, non seulement vis-à-vis des électeurs, mais aussi vis-à-vis de leurs religions, ethnies, groupes parlementaires, partis politiques d’adhésion ou de leurs communautés sociales.

Il s’agit de leur permettre de rester libres.

Il faut refuser que le microcosme anti homosexuel au Sénégal soit squatté par des intolérants qui pensent que leurs combats sont des normes constitutionnelles.

Certes en vertu de la constitution du Sénégal, « Les institutions et les communautés religieuses sont dégagées de la tutelle de l’Etat. »

Toutefois, cette disposition ne signifie, absolument pas, que l’Etat doit laisser l’inquisition religieuse s’installer dans notre pays.

C’est pourquoi, les vrais républicains et démocrates de notre pays doivent condamner, avec la dernière énergie les attaques verbales et les menaces d’expéditions punitives contre des députés de la République.

Il faut qu’il soit clair pour tous que les députés, favorables ou non à la criminalisation de l’homosexualité, ont les mêmes droits.

Vive la République !

Vive le Sénégal !

Moustapha Diakhaté

laissez un commentaire