Ultimate magazine theme for WordPress.

De la manipulation des masses a la mobilisation citoyenne : le sens du dialogue

macky Sall et le orésident de la commission du Dialogue National Famara Ibrahima Sagna
0

« La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique » disait Edward Bernays. 

Les partis politiques et autres organismes de la société civile jouent-ils véritablement leurs rôles en ce sens ? Cette question se pose avec d’autant plus d’acuité que nos masses laborieuses au nom desquelles sont censées s’exprimer nos pléthoriques chapelles politiques ne sont ni formées, ni instruites, ni impliquées au quotidien dans l’animation de la vie politique. Alors, il convient de se poser la question lancinante de savoir au nom de qui s’expriment les leaders politiques qui occupent les différents médias et inondent les réseaux sociaux de messages et autres slogans militants en faisant preuve de surenchère.

A chaque consultation électorale, l’opposition semble tomber des nues au vu de l’ampleur de leur débâcle ; l’opinion publique, comme un halo qui s’était formé au point de leur paraître acquise à leur cause se détourne d’eux dans les urnes, et leurs rêves de pouvoir s’évapore comme un mirage !

C’est donc dire que la communication politique et leurs différentes stratégies de propagande sont inefficaces ou en totale déphasage avec nos réalités socio culturelles ; de plus, nous pouvons sérieusement envisager la pertinence de leur leadership et nous demander dans ce cas si leur statut n’est pas usurpé ou s’ils ne présument pas seulement d’une influence qui n’existe que dans leurs imaginations.

Les partis de l’opposition sont incapables de peser sur la vie politique de notre pays. Ils sont dépassés. Ils sont en retard. Pour nous en convaincre, nous évoquerons simplement les manifestations populaires qui ont eu lieu dernièrement, qui sont le fait de mouvement sociaux et portent des réclamations citoyennes liées aux conditions de vie. Encore, le seul combat mobilisateur autour duquel ces partis d’opposition ont cause commune avec les mouvements citoyens porte sur la libération de Guy Marius Sagna, l’épouvantail du moment qui leur assure un semblant d’existence médiatique sur lequel ils bâtissent un discours à peu près audible.

Ils ont échoué à mobiliser l’opinion publique, par leur incapacité à imposer un agenda politico-médiatique porté par une propagande qui les aurait rendus maitres de l’organe exécutif de ce gouvernement invisible et hautement stratégique !

Le régime a cannibalisé l’espace géographique et la seule fenêtre laissée à l’opposition demeure le terrain médiatique, qu’elle peine aussi à maitriser. Dans un tel contexte, et pour permettre ne serait-ce que le débat d’idées pour un équilibre des formes en donnant aux acteurs politiques l’opportunité de discuter des affaires nationales et de poser un débat constructif pour le bien de la société, le régime du Président Macky Sall a mis en place le dialogue national, une alternative citoyenne et patriotique  qu’il faut saluer comme un correctif de la loi sacrosainte de la démocratie qui voudrait que ce soit la loi du plus grand nombre qui dirige les affaires de la cité !

Dès lors, il ne faudrait surtout pas que l’opposition se trompe sur le sens et la mission de ce dialogue, en voulant transférer sur tapis vert une bataille perdue sur le champ politique, où elle a essuyé une défaite éclatante dont elle peine jusqu’à présent à se relever.

Un leader politique, parlant de sa position sur l’échiquier politique, au vu de ses hautes compétences intellectuelles disait lors d’une interview : « On ne nous compte pas, on nous pèse ».

Elle et ses collègues ont l’occasion à travers ce dialogue, de monter combien elle avait raison maintenant.

Vive le dialogue national. Vive le débat d’idées. Vive le Sénégal !

Cissé Kane NDAO

Président A.DE. R

laissez un commentaire