Des usines de bébés destinés aux couples homosexuels découvertes au

Certains pays africains sont loin de légaliser l’homosexualité, ce phénomène qui bouscule la norme sociale. Au Nigeria, la population est encore sous le choc de la découverte d’une « Baby factory » (usine à bébé).

Bien que les principaux suspects aient été arrêtés après que le réseau ait été démantelé le 19 septembre dernier par la police de Lagos, dans la ville d’Ikotun, la pratique laisse sans voix.

Tel que relaté par le porte-parole de la police, Bala Elkana, il s’agit d’un réseau bien formé avec un travail à la chaîne. Entre autres : des managers, des rabatteurs, des mères productrices de bébés.

Des filles ou fillettes sont cooptées contre la promesse d’un emploi comme domestique. Internées ensuite dans des endroits très secrets, on leur assigne une tâche précise : tomber enceintes puis donner naissance à des enfants qui sont vendus à de potentiels acheteurs comme des couples homosexuels.

Le prix d’un bébé est fonction du sexe. Un bébé de sexe féminin coûterait plus de 300 000 nairas (837,79 dollars) alors qu’un bébé masculin reviendrait à 500 000 (1 396,31). L’activité tellement juteuse favoriserait la vente de près de 10 nourrissons par jour selon plusieurs études.

Les « babies factories », sont monnaie courante au Nigeria, considéré comme une importante activité criminelle aux côtés du trafic de drogue et des fraudes financières, souligne Africanews.

La descente du 19 septembre a selon l’officier tel que rapporté par notre source permis la libération de « 19 filles enceintes âgées de 15 et 28 ans, 4 enfants et ceci à quatre endroits différents ».