Diallo-Tekki…Le « voleur » de l’opposition tire sur Macky et son ministre

Attaques ridicules : Après avoir essayé vainement avec Macky Sall, Mamadou Lamine Diallo s’en prend à Mouhamadou Makhtar Cissé

Le comble pour le Sénégal, c’est d’abriter des responsables politiques dont certains demeurent d’éternels aigris. Mamadou Lamine Diallo est de cette race. Candidat malheureux à l’élection présidentielle en 2007 sous Me Abdoulaye Wade, Mamadou Lamine Diallo avait désisté aux élections législatives qui s’était tenu durant cette même année, car il n’était pas convaincu que son mouvement Tekki pouvait bénéficier d’un seul poste de député. Ce qui l’avait poussé à laisser Me Ndèye Fatou Touré conduire la liste du mouvement Tekki à ces législatives.

Ô, miracle ! Avec le système électoral qui offre un siège de député avec le décompte des voix et le pourcentage du plus fort restant, Me Ndèye Fatou Touré est élue député. A l’Assemblée nationale, elle s’affirmera comme une femme de caractère, permettant ainsi au mouvement Tekki de se faire connaître. Ce qui n’entrait pas dans les plans de Mamadou Lamine Diallo, qui en oiseau de mauvais augure, n’avait jamais imaginé un tel scénario.

Un homme aigri

Acceptant mal de se faire reléguer au second plan par l’aura acquise par Me Ndèye Fatou Touré, Mamadou Lamine Diallo va remuer ciels et terre pour renaître de ses cendres, et devenir lui aussi député. L’occasion lui est offerte en 2012 à travers la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY), rayonnante et ragaillardie par la victoire de Macky Sall à l’élection présidentielle de cette même année. C’est sous cette coalition qu’il réussira à se faire élire député. Il justifiait sa présence à la liste BBY en lieu et place de Me Ndèye Fatou Touré dont le travail abattu à l’Assemblée nationale forçait le respect de tous les Sénégalais, par le système de la rotation au sein du mouvement Tekki. Quelle rotation ?

Quelle rotation ? Depuis qu’il a goûté aux privilèges du poste de député, Mamadou Lamine Diallo s’y accroche. Il y a un fait au Sénégal, tout responsable politique ne bénéficiant pas de représentativité au plan national, cherche à se faire entendre en criant partout pour un oui ou pour un non, gagnant ainsi à se faire reconnaître et à se faire embarquer en bonne place dans la liste d’une coalition forte et à gagner ainsi un poste de député. Pour n’avoir pas pardonné au Président Macky Sall de ne lui avoir pas fait hériter d’un bon strapontin, Mamadou Lamine Diallo se révèle comme un de ses opposants.

Sa notion de la rotation

Une posture qui lui a permis de s’abriter dans la liste de la coalition Taxaawu Sénégal pour rempiler à l’Assemblée nationale en 2017. Où est alors la rotation au sein de Tekki dont il se retrouve avec sa famille les seuls militants. On n’a jamais entendu ou vu le mouvement Tekki, depuis 2012 mener des activités. Le seul moyen d’exister pour Mamadou Lamine Diallo, c’est s’en prendre tout le temps au pouvoir, en prêchant toutes sortes de malheurs pour le Sénégal.

Mais Mamadou Lamine Diallo se transforme souvent au « voleur qui crie au voleur ». Il lui est rappelé souvent qu’il avait profité de son poste de conseiller du Premier ministre Mamadou Lamine Loum sous le régime du Parti socialiste (PS) pour faire acquérir à sa femme un contrat en or dans l’exploitation des mines…d’or dans le Sénégal oriental. Vrai ou faux ? Il gagnerait à éclairer la lanterne de l’opinion sur cette affaire.

Mamadou Lamine Diallo a choisi plutôt de divertir les Sénégalais et d’attirer leur attention ailleurs. Alors que tous les économistes sérieux, des membres de partis politiques et de la société civile saluent la levée de l’état d’urgence et du couvre-feu décrété à cause de l’apparition de l’épidémie à covid-19, mais qui constitue un handicap au plan social et pour le développement économique du Sénégal, Mamadou Lamine Diallo qui se distingue par des combats d’arrière-garde, essaye d’attaquer Macky Sall qu’il accuse de reculade.

Partisan du « Yobaléma »

Décidément Mamadou Lamine Diallo aime divertir les Sénégalais, en menant des combats d’arrière-garde. Sa sortie contre le Président Macky Sall sur la levée de l’état d’urgence et du couvre-feu n’ayant pas prospéré, il enchaîne immédiatement pour s’en prendre cette fois honteusement au ministre du Pétrole et des Energies Mouhamadou Makhtar Cissé.

Comme c’est honteux de la manière à laquelle, il s’en prend à ce dernier pour ironiser de la sorte : Cissé : « Sacré Makhtar, il a vite appris les techniques de prédation dans la famille. Evidemment on ne se laissera pas faire. Ce contrat (SENELEC – AKILEE doit être annulé et les auteurs de cette forfaiture traduits en justice ».

Et le fameux contrat dont on dit qu’il aurait fait bénéficier à sa femme ? Sacré Mamadou Lamine Diallo qui a vite appris toutes les techniques d’un homme politique qui sans aune représentativité au plan national, se fait toujours embarquer et se faire élire député en resquillant les listes de certaines coalitions.

La rédaction de Xibaaru