Diaraf Sow : « La CEDEAO ne doit pas cautionner le coup d’Etat d’une masse populaire »

Me Diaraf SOW, secrétaire général national de l’alliance démocratique pour une Afrique émergente apporte sa contribution sur la démocratie menacée et la légitimité des pouvoirs démocratiquement élus face à une masse populaire. Il demande à la CEDEAO de ne pas cautionner le coup d’état d’une frange du peuple.

Son appel s’adresse à la La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)

DU DEVOIR DE LA CEDEAO DE PROTÉGER LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE DE L’OUEST 

La rue peut certes s’affirmer, exprimer son mécontentement, son état d’âme, mais elle ne saurait en aucun cas remplacer le système démocratique ou forcer un Président légitimement élu par le peuple entier à quitter le pouvoir avant la fin de son mandat.

Effectivement, il est universellement établi que même si la démocratie n’est pas la meilleure des régimes politiques, nous avons la conviction solide qu’elle est la moins mauvaise.

La rue quelle que soit la légitimité de la cause qui motive son action, ne peut se substituer à ce que la démocratie a établi. Les autorités légalement élues sont les seules aptes à s’exprimer et agir au nom des populations.

Le langage de la rue, même s’il faut en tenir compte dans la prise des décisions, n’est pas nécessairement, celui du peuple et ne peut point remplacer les choix et les décisions du peuple; parce qu’en démocratie, le peuple ne s’exprime que par la voie des urnes à travers l’élection: des hommes et des femmes sont élus et nommés pour parler et agir au nom du peuple pour une durée bien déterminée par la Constitution et les lois.

Le langage de la rue peut être manipulée et corrompu, manigancé et comploté depuis l’extérieur.

La masse endoctrinée par une certaine élite éventuellement manipulée à des fins souvent inavouées ne comprendra souvent son erreur que trop tard (l’exemple de Khadafi est illustratif).

La démocratie rend la parole, les choix et les décisions au seul peuple souverain qui les délègue à des représentants selon un processus et une procédure bien établis réglementés par la Constitution, elle-même fruit de la volonté populaire qui s’est exprimée par la voix des urnes.

Des partis d’opposition bien organisés, une société civile corrompue, des hommes d’affaires riches mais véreux peuvent à eux seuls, au gré de leurs intérêts crypto personnels mobiliser des milliers voir des millions de personnes dans la rue, à travers leurs militants, par le biais de l’achat de conscience mais surtout à travers des techniques de propagande malsaines et mensongères pour mobiliser la masse inconsciente mettant souvent en mal l’État et son administration contre les administrés et les populations: leur cheval de bataille: la souffrance du peuple !

La démocratie interdit à une masse populaire d’imposer anticonstitutionnellement le départ d’une autorité démocratiquement choisie et élue par le peuple.

La démocratie est l’universel et indépassable horizon de notre temps. C’est la seule voie autorisée et civilisée pour compétir pour la conquête du pouvoir dans l’État. Des hommes et des femmes rivalisent pour accéder à des Institutions centrales ou périphériques.

Or, l’accès à ces positions de pouvoir ne dépendent directement ou indirectement que de l’élection.

Jadis, la violence physique était apparue, tout au long de l’histoire comme le moyen ordinaire de la lutte politique. Maintenant, L’État avec à sa tête son Chef est le seul qui dispose d’un droit reconnu comme justifié d’utiliser la force physique contre des personnes par l’intermédiaire des forces de défense et de sécurité, des prisons et autres administrations.

Ce qui a fait que la conquête du pouvoir a pris maintenant une forme Pacifique.

Les manifestations au Mali ou ailleurs en Afrique peuvent être acceptées si elles restent pacifiques et calmes sous la surveillance des forces de l’ordre compréhensives.

Cependant, l’Afrique et la CEDEAO ne doivent jamais cautionner que la pression de la rue aboutisse à une démission forcée et imposée à un Président élu à l’issue d’une élection libre, démocratique et transparente.

La CEDEAO ne doit ni accepter ni cautionner l’apparition de cette nouvelle forme de coup d’état qui ne dit pas son nom.

Si des forces jugeant mauvaise la gestion de l’État où elles se trouvent, elle n’ont qu’à attendre la date de la prochaine élection présidentielle, présenter une alternative au peuple souverain et lui laisser le choix de s’exprimer librement tout en ayant l’honnêteté de respecter le choix des urnes.

Me Diaraf SOW SG NATIONAL DE L’ALLIANCE DÉMOCRATIQUE POUR UNE AFRIQUE ÉMERGENTE/JOOWLÉENE ( ADAE/J)