Ultimate magazine theme for WordPress.

El Hadji Abdoul Wahab Ndieguene, parcours inspirant d’un soufi exemplaire

0

De nos jours, il y a de ces parcours qui inspirent. Des vies qui sont remplis d’enseignements sur le plan ésotérique et exotérique pouvant servir de modèle à la société actuelle. C’est le cas d’El Hadji Abdoul Wahab Ndieguene qui est né vers 1925 à Thiès au quartier Keur Mame El Hadji. D’un père qui était le premier imam de l’une des premières mosquées de la ville de Thiès, celui qui abandonna tous les honneurs princiers pour continuer la mission noble de son aïeul, le vénéré Tafsir Ahmadou Barro Ndieguene. Il est d’une mère pieuse, Sokhna Oumou Sall, apparentée à la famille du grand érudit et dignitaire de Louga, Serigne Abass Sall.

Très jeune, Mame Wahab, comme on l’appelait affectueusement, reçut, comme tous les érudits, une éducation de haute facture sur tous les plans. Pour approfondir ses études dans les sciences islamiques, il se rendra au Saloum, à Ndiayène Bagana sous les conseils de son frère El Hadji Assane Ndieguene. Puis, toujours à la recherche du savoir pour parfaire son éducation, il séjourna à Diourbel puis à Louga auprès de son oncle et finira sa formation religieuse dans le Djoloff, où il vécut plusieurs années.

À son retour, ses frères et les dignitaires de la ville voyaient en lui quelqu’un de modeste, travailleur, savant, respectueux de ses aînés, patient, calme et surtout, capable de garder les secrets les plus enfouis. Il fut nommé imam de la mosquée de Keur Mame El Hadji. D’un autre côté, il était exclusivement au service du grand khalife Mame Aladji Mouhammad Ndieguene, qui lui confia du fait de ses qualités exceptionnelles et multidimensionnelles la lourde tâche de s’occuper du bain mortuaire pour les deux cimetières de la cité religieuse.

Nombreux ont été, avant de retourner vers le Seigneur (SWT), les fidèles qui ont eu à bénéficier de ses attentionnés, respectueux, discrets, bénits et salvateurs services. En retour, sa rétribution auprès du Très Généreux (SWT) n’en sera que plus grande, car dans le Hadith d’Al-Hâkim et autres, le Messager (PSL) d’Allah (SWT) a dit : « Celui qui accomplit le bain mortuaire d’un musulman et n’en dévoile rien, Allah (SWT) le pardonnera quarante fois ».

Bien que fils d’un grand chef religieux, il ne cherchait ni assemblée ni disciples. Cet acte hautement symbolique et humaniste ne suffisait pas à sa nature d’homme pieux, stoïque, effacé et simple, ce qui le poussa à s’employer au travail, car sa philosophie après l’acquisition du savoir et l’adoration, était le travail licite pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille dans une grande modestie, une totale quiétude et un respect sans limites.

Pour celle ou celui qui chercherait un modèle de vie significatif dans notre société fortement en perte de repères et de valeurs, pour une jeunesse en proie à la facilité et la futilité, voici quelques points non exhaustifs (savoir, adoration sans faille pour le Seigneur [SWT], travail, patience, modestie et respect) qui ont principalement marqué la vie et l’œuvre d’El Hadji Abdoul Wahab Ndieguene. Comment pouvons-nous adorer Allah (SWT) sans le connaître ? Comment voulons-nous construire notre jeunesse et notre avenir sans un grain de savoir ?

Cette futilité et cette facilité grandissante dans ce bas monde factice n’est que le fruit de l’ignorance qui gangrène et affaiblit nos sociétés actuelles. Avant toute chose, le Souverain (SWT) a ordonné sous la contrainte à Son Serviteur bien-aimé (PSL) de quérir la connaissance, montrant ainsi l’importance du savoir qui est indissociable de l’adoration. D’un autre côté, les gens qui connaissent et de l’autre ceux qui ignorent ne sont pas d’un équitable traitement devant le Souverain (SWT).

Tout en évitant la corruption, l’homme doit aller à la recherche de connaissances religieuses reliées à ces trois degrés : Islam, Îmân et Ihsân. Pour son équilibre et son salut, il doit également explorer les différentes composantes du savoir telles que : les nouvelles technologies, les mathématiques, la physique, la philosophie, l’astronomie, l’économie, la médecine, la gestion, la planification, etc.

Cette obligation d’aller à la recherche du savoir est clairement spécifiée dans la tradition par ce Hadith célèbre rapporté par Boukhârî et Mouslim : « Celui à qui Allah veut du bien, Il lui fait comprendre la religion à travers la science ». Alors de quelle science parle-t-on ? C’est évidemment celle apprise pour la crainte d’Allah et pas pour autre chose.

Dans son mémorable livre Massâlikoul Djinân, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké nous précise que « la seule science utile est celle que la personne a apprise et enseignée exclusivement pour l’amour de Dieu (SWT). Mais non celle apprise pour les disputes et controverses, ni pour la gloire, le prestige ou autres vanités. Non plus celle apprise pour des objectifs purement mondains, tels l’amour de l’autorité et l’accession à de hautes charges. Ni celle apprise, ayant pour but d’attirer les cœurs vers soi dans l’amour de ce bas monde ». Mame Wahab, un ascète aguerri, avait parfaitement compris cet enseignement, comme en atteste son effacement propre aux grands soufis.

Durant sa vie, il n’a cessé de parfaire son éducation religieuse, de guider beaucoup d’égarés vers la lumière et de transmettre la litanie Tîdjâne à bon nombre de personnes tout en tournant le dos aux tentations destructrices de ce bas monde (la vanité, le prestige, la corruption, etc.) et surtout à tout ce qui éloigne de la crainte du Maître (SWT). La connaissance et l’adoration sont indissociables. Doté d’une quiétude inégalée à son époque, Mame Wahab, pour montrer l’exemple en tant qu’ascète, faisait preuve d’assiduité et de ponctualité sans faille à la mosquée pour accomplir ses 5 prières quotidiennes et autres.

ndieguene

« Quel que soit ton rang, sache que la prière en commun dépasse celle faite individuellement », tel que mentionné dans le Sahîh Al Boukhârî, no 47721. Vous l’aurez compris, la prière était son bouclier contre la turpitude et le blâmable. Quant à la prière du matin, il se levait toujours avant 4 heures du matin pour magnifier le Très-Haut (SWT).

Il était un habitué des prières qui ont le don d’appauvrir matériellement les croyants pour, en contrepartie, les purifier et leur conférer la crainte ultime, dont les soufis aspirent. Mame Wahab respirait la prière du Shayfiyou ou Hizboul Bahr qui signifie « oraison de la mer » et cela se traduisait dans tous ses actes au quotidien.

Le credo de Mame Wahab après l’acquisition de la science était la patience et le travail pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Illustre sage, fils d’un grand érudit, aussi travailleur et vivant de son effort de travail pour assurer une vie descente, Mame Wahab a parfois été un incompris. Mais c’est oublier que le travail licite en lui-même est un acte d’adoration à part entière devant Celui qui accorde toujours la subsistance (SWT).

Une chose est sûre, tout ce que l’homme pourrait faire de lui-même, le Tout-Puissant (SWT) ne le ferait conséquemment pas à sa place. C’est dire, par exemple, qu’un serviteur fort et sain ne saurait être attentiste, car cela mènerait inévitablement à l’oisiveté. Son domaine de travail de prédilection était la maçonnerie, qu’il pratiqua à travers la région de Louga, le Djoloff et à Thiès.

Selon lui, quel que soit son rang, il n’y a pas de sous-métier pour gagner sa vie. Observons et inspirons-nous des nombreuses grâces (terre, mer, le soleil, le ciel, etc.) dont le Très Généreux (SWT) nous a fait don, il y a forcément un travail licite que nous pouvons faire pour notre équilibre et celui de notre société. Mame Wahab avait inculqué très tôt ce culte du travail à ses enfants et surtout des qualités comme la persévérance et l’endurance qui ont marqué la vie de son fils aîné, El Hadji Abdoul Aziz Ndieguene.

Parmi les vertus du saint homme, la patience a une part significative. Dans l’ouvrage Lavoie du musulman d’Aboubaker Djaber El Djazâïri, il est dit que « la patience est la contrainte de l’âme à accepter ce qui lui répugne et à supporter avec stoïcisme, le mal qui l’atteint ». Nous sommes éprouvés à travers notre âme durant toute notre vie à titre de tentations par le bien et par le mal afin de connaître qui sont les meilleurs parmi nous en œuvre.

L’une des plus redoutables armes contre ces épreuves qui visent à augmenter notre foi en Dieu (SWT) ainsi que notre rétribution le jour du jugement dernier est la patience dont le Tout-Puissant (SWT) nous fait part dans de nombreux versets du Coran. Le Hadith rapporté par Al Boukhârî résume à lui seul l’importance de la patience : « Et aucun homme n’a reçu de meilleur et de plus large don que la patience ».

Tout le monde s’accorde à dire que parmi les dons de Mame Wahab, la patience y a une grande part. Plus c’était difficile, plus il s’en remettait à son Seigneur (SWT). De ce fait, il nous est recommandé d’être lucides, engageants et persévérants dans tout ce que nous faisons et en comptant d’abord et avant tout sur nous-mêmes. Croire en nous-mêmes et nous assurer que Dieu (SWT) seul est refuge.

Mame Wahab était connu pour sa modestie et son respect exemplaire pour ses pairs et son prochain. Bien que fils du grand érudit Tafsir Ahmadou Barro Ndieguene, il participait sur le plan physique et matériel jusqu’à un âge avancé aux travaux d’extension de la grande mosquée de Keur Mame El Hadji. Le saint homme léguera sa place d’imam de la mosquée de la cité par modestie. Il accepta la tâche de lavage mortuaire avec dignité et fierté, mais surtout par respect pour ses grands frères.

La modestie est une barrière contre l’outrecuidance qui fait partie des maux actuels de notre société. Dans la sourate 26, verset 215, le Tout-Puissant (SWT) a dit à la Meilleure des créatures (PSL) d’être modeste vis-à-vis des croyants qui l’ont suivi. L’extraordinaire histoire très instructive entre le grand prophète Moussa (HS) et le verdoyant grand savant Al Khâdir racontée dans la sourate 18 du Coran nous en apprend davantage sur la modestie, le respect, la notion de recherche du savoir et de bien d’autres aspects encore.

Malgré le statut social dont il bénéficiait, dans une assemblée, rarement on l’entendait élever la voix ou jouer les premiers rôles. Fortement imbibé des caractéristiques citées précédemment, le saint homme avait atteint la quiétude de l’âme ainsi que la paix intérieure.

Le Maître de l’autorité absolue (SWT) a dit dans la sourate 3, verset 26 : « Dis : Ô Allah (SWT), Maître (SWT) de l’autorité absolue. Tu donnes l’autorité à qui Tu veux, et Tu arraches l’autorité à qui Tu veux ; et Tu donnes la puissance à qui Tu veux, et Tu humilies qui Tu veux. Le bien est en Ta Main et Tu es Omnipotent ». Mame Wahab avait parfaitement compris les sens de ce verset, d’où sa sérénité et sa tranquillité légendaire.

Pour notre équilibre, purifions notre cœur avec le savoir utile et acquis avec modestie, patience et respect. Le travail doit être notre credo, sachons qu’il n’est pas possible de construire et d’entretenir des écoles, des routes, des hôpitaux dans une cité, un pays ou un continent sans la connaissance ésotérique et exotérique, mais surtout sans des actes concrets et inspirants posés par des érudits comme El Hadji Abdoul Wahab Ndieguene.

Dr Assane Ndieguene

 

laissez un commentaire