Elle refuse d’envoyer son violeur en prison…Il était bon sexuellement

Le violeur était bon...elle refuse de porter plainte

Satisfaite sexuellement par son violeur, elle refuse de le dénoncer à la police

Une victime de viol au Botswana en a surpris plus d’un, car elle a refusé de témoigner contre un Zimbabwéen qui a été arrêté pour l’avoir violée.

Il a été admis que la femme non identifiée avait refusé de témoigner contre son violeur, Oscar Chabaya, 34 ans, qui l’avait violée, mais avait plutôt demandé à la police son contact, affirmant qu’il l’avait sexuellement satisfaite.

Selon certaines informations, les attaques de viol du suspect ont commencé en mars 2017, où il aurait pu entrer dans les maisons de ses victimes par des fenêtres laissées ouvertes. Une fois à l’intérieur, il fouillerait la maison à la recherche de téléphones portables avant de violer les victimes sans protection.

Le suspect qui était accusé d’avoir ciblé des étudiantes de l’enseignement supérieur de moins de 24 ans avant de pénétrer par effraction chez elles la nuit pour les violer, dit généralement à ses victimes qu’il était bon au lit et qu’elles l’appelleraient pour en demander plus.

Chabaya a été attrapé en avril 2017, après que la police ait fait correspondre son ADN à une affaire de vol dans laquelle il avait eu une coupure à la main en s’échappant. Malgré le refus de la victime de témoigner contre son agresseur, la poursuite a prouvé hors de tout doute raisonnable que les rapports sexuels avaient eu lieu sans son consentement.

En statuant sur l’affaire, le magistrat Willie a déclaré que les cas de viol étaient en augmentation au Botswana et que des violeurs comme Chabaya méritaient des peines plus sévères.