Gaston Mbengue insulte le président Macky Sall

Rapprochement avec les activistes : Les mauvaises suggestions de Gaston Mbengue au Président Macky Sall

Gaston Mbengue est un homme bavard. Le promoteur de lutte aime se distinguer à travers des sorties pour finalement parler de tout et de rien. Comme s’il cherche à plaire tout le monde. Seulement en le faisant, Gaston Mbengue qui lance partout défendre le Président de la République Macky Sall ne fait que le desservir. Quel besoin a-t-il que de prétendre soutenir le Président de la République Macky Sall en lui suggérant qu’il aurait besoin des activistes qui s’acharnent à détruire tout ce qu’il entreprend politiquement.

En agissant de la sorte, Gaston Mbengue ne fait que faire passer le Président de la République Macky Sall pour un écervelé qui ne saurait quoi faire et qui aurait besoin de ces petits activistes. Sur le plateau du site en ligne « Senego », Gaston Mbengue invite le Président Macky Sall « à donner plus d’importance aux activistes qui disent ce qu’ils pensent du pays. Ils sont plus utiles que certains de ses alliés ».

Gaston Mbengue affiche le mépris qu’il porte à tous ces partis alliés, tous ces mouvements qui soutiennent jusqu’ici le Président Macky Sall. Il les préfère à des activistes qui passent tout leur temps à insulter le Chef de l’Etat, qui s’en vont jusqu’à défier l’ordre républicain en bravant les interdits pour s’agripper aux grilles du Palais ou encore qui se mettent à dénigrer les institutions, se mettant à mentir sur notre « grande gendarmerie ».

Pourquoi, le Président de la République devrait passer à perdre son temps en tendant la main à des activistes, qui de toutes les façons portent les combats d’ONG qui cherchent à déstabiliser les pouvoirs en Afrique pour instituer des valeurs aux antipodes des nôtres. Des activistes dont la seule raison d’exister est la provenance des financements qu’ils reçoivent de l’extérieur.

Il n’y a qu’en Afrique que l’on entend parler de ces mouvements dénommés « Balai citoyen » au Burkina Faso, « Lucha » au Congo, « Y en a marre » au Sénégal… Où les retrouve-t-on en France, aux Etats-Unis d’Amérique ou ailleurs en Occident ?

La rédaction de Xibaaru