Guillaume Soro: « Nous n’accepterons pas de 3e mandat dans la sous-région »

Guillaume Soro, invité de l’émission Objection de ce dimanche, se signale à un mois et deux semaines de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire prévue le 31 octobre prochain. Selon lui, « il n’y aura pas d’élection en Côte d’Ivoire tant qu’il n’y aura pas d’élection démocratique et transparente ».

« Notre génération doit s’imposer comme combat libérateur de la limitation des mandats. Nous n’accepterons pas de 3e mandat dans la sous-région ouest-africaine. Que cela soit clair. Le régime présidentialiste est conçu pour avoir un seul homme fort, un seul capitaine à bord du bateau à savoir le président de la République », lance-t-il, sur les ondes de la Sud Fm.

« Je suis non seulement inquiet mais très préoccupé parce que malheureusement en Côte d’Ivoire le président actuel n’a pas réuni les conditions d’une bonne élection », souligne-t-il, exprimant sa préoccupation par rapport à l’issue de ces joutes électorales d’emblée teintées de contestations.

Avant de prévenir, « on sait qu’en Afrique les guerres partent des élections mal organisées et celles impréparées ». Avant de poursuivre : « on ne parlera pas, en Côte d’Ivoire, cette année, de crise post-électorale mais préélectorale. Parce qu’à l’annonce de la candidature de Ouattara, il y a déjà trente morts et plus de deux cents personnes arrêtées dont des députés. Donc, nous sommes dans la crise préélectorale. Et c’est déjà très inquiétant. »

« Pour qu’il y ait élection en Côte d’Ivoire nous réclamons la dissolution du conseil constitutionnel qui s’est parjuré et auteur de haute trahison, nous demandons aussi la dissolution de la commission électorale indépendante », exige Guillaume Soro.

Quid du rôle de la France ? « Les Africains doivent comprendre que les États n’ont pas d’amis mais des intérêts. La France, son problème, ce n’est pas qu’Alassane (Ouattara) écrase les Ivoiriens ou non mais la stabilité pour que leurs affaires marchent en Côte d’Ivoire. Alors s’ils ont quelqu’un pour écraser tous les Ivoiriens pour maintenir la stabilité pour que leur business marche, ils sont prêts à fermer les yeux ».