Ultimate magazine theme for WordPress.

Joe Biden écrit au coordonnateur de Jamra à Columbus

0

LE COORDONNATEUR de la Cellule de JAMRA à Columbus, dans l’État d’Ohio (USA), l’une des plus actives cellules de JAMRA dans la Diaspora, et par ailleurs Coordonnateur du mouvement citoyen « Vision Diaspora USA », Ousmane Ndiath, plus connu sous le prénom de Seydou Nourou, est un passionné d’Écologie. Et pour cause ! Il a passé toute son enfance dans la commune de Malika, dans la lointaine banlieue dakaroise, de surcroît à proximité de la décharge publique de Mbeubeuss.

APRÈS plusieurs années d’activités professionnelles, aux USA, il a eu l’opportunité d’avoir capitalisé beaucoup d’expériences dans les domaines du RECYCLAGE des DÉCHETS INDUSTRIELS, en dirigeant une entreprise spécialisée dans la vente de pneus de véhicules recyclés.
LE DÉCLIC s’est produit quand il réalisa que la décharge de Mbeubeuss, qu’il a longuement côtoyée durant son enfance, était en réalité un trésor inexploité, en terme de gestion et de recyclage des déchets industriels et des ordures ménagères, que charrient ce dépotoir public, que Seydou Nourou Ndiath ambitionne donner une réputation autre que celle de polluer la nappe phréatique et de détériorer la qualité de vie des populations riveraines.
MBEUBEUSS aura donc été le principal déclencheur de sa vocation d’environnementaliste et de sa passion pour le recyclage des déchets plastiques.
AYANT toujours eu à cœur de participer à la lutte contre les dérèglements climatiques, consécutivement aux émissions de gaz à effet de serre dont les pays africains, bien que moins pollueurs, en paient paradoxalement un lourd tribut, il créa en 2019 une organisation à but non lucratif dénommée « Global environmental Innovation ».
LÉGALEMENT ENREGISTRÉE à Colombus, dans l’État d’Ohio, aux USA, cette organisation citoyenne s’est dédiée à la lutte contre le réchauffement climatique, en partageant son expertise dans la gestion des déchets et ses compétences dans le recyclage de déchets, partout dans le monde, en particulier en Afrique.
ANIMANT régulièrement des conférences à travers les USA, les sollicitations dont il fait régulièrement l’objet, en raison de son expertise dans les problématiques de l’Écosystème et de la Biodiversité, ont encouragé le Bureau exécutif de l’Ong islamique JAMRA à se mettre à « l’heure du climat », en créant dans son organigramme un « Département Écologie », dont la coordination lui est confiée.
EN EFFET, dans plusieurs de ses conférences publiques, Seydou Nourou Ndiath a eu l’opportunité de démontrer, avec pédagogie, comment les enseignements avant-gardistes du Prophète Mouhammad (psl) englobaient largement la problématique l’environnement. Et comment ses panégyristes ouest-africains, comme Cheikh Ahmadou Bamba, Seydil Hadji Malick Sy, Seydina Limamou Laye ont réussi à acclimater ces enseignements, pour sa bonne vulgarisation auprès des plus modestes croyants.
LE COORDONNATEUR DE JAMRA À COLUMBUS eut ainsi l’heur de démontrer, devant divers auditoires, comment le Saint Coran avait prédit ces dérèglements climatiques, comme conséquences directes de la destruction de la couche d’ozone, consécutivement à l’exploitation anarchique des ressources naturelles de la planète par l’homme moderne, davantage soucieux de profits mercantiles que d’équilibres de la Biodiversité.
LE DIOXYDE de carbone, ce dénominateur commun des dérèglements climatiques, communément appelée « gaz carbonique », se trouve présentement au centre des préoccupations des dirigeants du monde. Tant son expansion, boostée par ses rejets massifs par les industries fonctionnant aux énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz), riches en carbone, est devenue alarmante.
PUISSANT GAZ à effet de serre, le dioxyde de carbone, plus connu sous sa formule moléculaire CO₂ serait à lui seul responsable de 26% de l’effet de serre de notre planète. Les climatologues estiment que l’excès de dioxyde de carbone dans l’atmosphère provoque l’affaiblissement de la couche d’ozone, qui nous protège des rayonnements solaires ultraviolets. Et entraîne un déséquilibre de la vie sur terre, en particulier les perturbations climatiques.
FACE À DIVERS auditoires, le Coordonnateur de JAMRA à Columbus, Seydou Nourou Ndiath, révèle régulièrement comment le Saint Coran a prévu les conséquences du développement industriel débridé, avec comme conséquence le rejet excessif de dioxyde de carbone. Dont la masse moléculaire, 44,01 g/mol, correspond chronologiquement à la Sourate « Ad-dukhann » (la fumée), 44e chapitre du Livre Saint.
IL EXISTE en effet un lien direct entre le classement chronologique d’une sourate coranique et la valeur numérologique attribuée à l’intitulé de cette même sourate. Exemple :
▪︎ »Sôratul Youssouf » est le 12e chapitre du Coran. Or, ce prophète est le 12e né de sa fratrie.
▪︎ »Sôratul An-Nahl » (les Abeilles), qui est le 16e chapitre du Coran, révèle comment les 16 paires de chromosomes de cet insecte mythique se transmettent depuis des siècles à travers toutes les espèces d’abeilles. Ce mystère fût révélé il y a 1400 ans par le Saint Coran, bien avant que la génétique, cette science de l’hérédité, n’en ait fait que récemment la découverte.
▪︎ »Sôratul Isra » (le Voyage Nocturne), occupe le 17e rang dans le sommaire des chapitres du Coran. Or, c’est lors de cette randonnée céleste que fut révélées au Prophète Mouhammad (psl) les cinq prières canoniques quotidiennes, constituées globalement de 17 « rakkas » (séquences). Etc.
EN RÉPONSE à une pertinente saisine épistolaire, que le Coordonnateur de JAMRA à Columbus, Seydou Nourou Ndiath, a adressée au PRÉSIDENT AMÉRICAIN, JOE BIDEN, sur la problématique de l’Environnement, le chef de la Maison Blanche a eu la courtoisie d’y répondre officiellement, par une touchante missive d’encouragement, en date du 14 septembre dernier (voir fac-similé ci-joint).
JAMRA avait volontairement « gelée » la lettre du président Joe Biden, le temps que s’éteignissent les lampions de la COP26, du nom de la 26e Conférence de l’ONU sur les changements climatiques, qui s’est tenue à Glasgow (Écosse), du 1er au 12 novembre dernier.
LE COORDONNATEUR de JAMRA à Colombus n’en récidiva pas moins, entre temps, auprès du président américain, par une lettre d’ALERTE en date du 22 octobre 2021, insistant sur la nécessité, pour le chef de la Maison Blanche, qui avait invités les chefs d’Etats africains à cette conférence, de veiller à ce que les pays vulnérables, faibles pollueurs et technologiquement sous-équipés, face au fléau du dérèglement climatique, notamment les Africains, ne soient pas les agneaux du sacrifice de ces assises de Glasgow, boycottées par ces grands pollueurs que sont la Russie et la Chine.
IL SUGGÉRERA au président américain de saisir l’opportunité de sa prochaine tournée africaine pour, qu’au-delà des thèmes classiques de la démocratie, des droits de l’Homme, du terrorisme, etc., une place de choix soit réservée aux dommages écologiques collatéraux que subissent malgré eux les pays africains, vulnérables.
DAUTANT que le Sénégal a hérité, au terme de cette conférence, de la présidence du « Groupe des pays les moins avancés », dans les négociations sur le climat. Avec pour mission d’assurer, jusqu’au prochain sommet, le suivi des promesses faites et des engagements pris par les partenaires occidentaux.
LE COORDONNATEUR de JAMRA à Columbus et non moins PDG de la « Global environmental Innovation », sera en VISITE DE TRAVAIL à Dakar dans le courant du premier trimestre de la nouvelle année. À cette occasion, Seydou Nourou Ndiath abordera tous ces sujets de l’heure avec la presse locale et internationale. Lors d’une conférence de presse dont la date et l’heure seront rendues publiques en temps opportun.
Les Bureaux exécutifs de
JAMRA et MBAÑ GACCE

laissez un commentaire