Ultimate magazine theme for WordPress.

Un journaliste se fait voler 2 téléphones et les rachète à 27000 CFA chez ses voleurs

0

De retour d’un long voyage, le vendredi 29 juillet 2022, un confrère s’est fait voler ses 2 téléphones portables à la gare d’Adjamé, avant de les racheter à 27 000 francs cfa chez ses voleurs.

Dans la commune d’Adjamé, les voleurs de téléphones portables sont très organisés. Le confrère M.T. en sait quelque chose. Il a fait les frais de cette bande de voleurs organisés, très tôt dans la matinée du vendredi 29 juillet 2022, dans cette commune. Il s’est fait voler ses deux téléphones portables et les a rachetés plus tard, à 27 000 francs cfa, chez ses voleurs. Incroyable, mais vrai.

Il décide, depuis la gare, de marcher afin d’emprunter un véhicule pour rentrer chez lui…

télé

Il explique qu’arrivé d’un long et harassant voyage le vendredi 29 juillet 2022, aux environs de 7 heures, il décide, depuis la gare, de marcher afin d’emprunter un véhicule pour rentrer chez lui. Mais chemin faisant, un individu à la mine patibulaire l’accoste et le saisit vigoureusement en lui indiquant une autre gare.

« Je lui dis que je viens d’arriver, mais le gars me brutalise et tout furieux, je m’arrête pour le mettre en garde. Quelques minutes plus tard, je constate que je n’ai plus de téléphone. Je me suis rendu compte que je venais de me faire ‘’debalou’’ (voler) mes deux téléphones. C’est foutaise », raconte-t-il.

Très remonté contre le voleur à la tire, le journaliste décide de mener ses propres enquêtes pour retrouver ses téléphones portables. Dans cette entreprise, il explique ses malheurs à un agent de la police. La réponse du policier le déboussole. « Ah mon frère, ceux-là, ils sont nombreux ici hein. Mais si tu le reconnais, il faut nous faire signe. Sinon, ils sont allés dans un fumoir pour vendre », rapporte la victime.

Mais M.T. qui ne voulait pas baisser les bras, décide de rechercher ses portables. Et là, il se met dans la peau des ‘’nouchis’’, ces individus au langage ordurier qui ne règlent leur problème que dans la violence. Assis à la gare où il a été victime du vol, il observe tranquillement tous les mouvements et se rend compte que plusieurs personnes se font voler facilement leurs téléphones portables comme lui.

Il se relève gaillardement, suit les voleurs et interroge 3 d’entre eux dans un langage du milieu nouchi. Mais ces derniers lui font savoir qu’ils ne sont pas les auteurs du vol de ses téléphones et qu’il s’agit d’un autre groupe.

Il prend son courage à deux mains et leur explique qu’il veut ici et maintenant ses deux téléphones et que tout pourrait s’arranger s’ils se montraient coopérants

Qu’à cela ne tienne ! Dans ses pérégrinations à la recherche de ses téléphones, il tombe sur un groupe de jeunes sur indication d’une bonne volonté. Il prend son courage à deux mains et leur explique qu’il veut ici et maintenant ses deux téléphones et que tout pourrait s’arranger s’ils se montraient coopérants.

A leur tour, ils déclarent au confrère qu’ils ne sont pas les auteurs du vol. Néanmoins, ils décident de l’aider à retrouver ses appareils. Ils passent des coups de fil par-ci, par-là et au bout de quelques minutes, ils viennent expliquer à M.T. qu’ils ont retrouvé ses téléphones portables chez le receleur, mais qu’il fallait qu’il débourse la somme de 35 000 francs cfa.

Coincé, il remet la somme de 27 000 francs cfa à la bande de voleurs. « Gentils », ces derniers décident d’ajouter 5 000 francs à cette somme (32 000 francs au total) pour la remettre au receleur.

En moins de rien, les voleurs reviennent avec les 2 appareils, mais ils ont déjà eu le temps de formater un. Un des jeunes voleurs demande au journaliste s’il a de l’argent pour rentrer chez lui. Il lui répond par la négative. « Gentil » comme un ange, le voleur lui tend la somme de 1000 francs pour qu’il…Lire la suite ici

laissez un commentaire