Ultimate magazine theme for WordPress.

Abidjan : Le corps sans vie d’une femme pourrit dans sa maison, son mari introuvable

0

Le corps sans vie d’une jeune femme, en putréfaction, a été découvert le lundi 12 septembre 2022, dans une cour commune à Abobo. Toutes les tentatives de joindre son mari sont restées jusque-là vaines.

Moins de deux semaines après l’affaire ‘’Un chauffeur découpe sa femme’’ à Abobo Plaque 1, un autre drame a été enregistré dans la même commune d’Abobo. En effet, selon RTI Info, le corps sans vie d’une femme a été découvert le lundi 12 septembre 2022, dans une cour commune.

La victime a été battue à sang dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 septembre 2022 par son époux…

A en croire les témoins, la victime a été battue à sang dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 septembre 2022, par son époux, mécanicien de son état. Curieusement, ce dernier est introuvable et injoignable.

Selon les témoignages des voisins, le mécanicien avait l’habitude de frapper sa femme et n’apprécie pas que les gens interviennent lors de ces bagarres. Et c’est la forte odeur de son corps de la victime, en putréfaction, qui a attiré leur attention.

« Toujours, il frappe sa femme. Quand on s’en va, le monsieur lui-même il ne veut pas que les gens viennent les séparer. Ils ont fait palabre dans la nuit du jeudi. C’est l’odeur qui a fait qu’on a su qu’il y a quelque chose », a confié Diane Akossi, une voisine de la victime.

Selon Viviane Koffi, une autre voisine, la victime criait au début lorsque son mari la frappait. Mais « Après, elle ne pleurait plus. Donc tout le monde pense que palabre est fini. Depuis le matin, on tape la porte… », raconte-elle.

Franck Blonhi, un riverain souligne que c’est la forte odeur des environs qui a poussé les voisins à alerter la police. « Matin, on s’est réveillé. On a senti une odeur. On est allé appeler la police qui est venue casser la porte. Ils sont rentrés. Ils ont vu que c’est une femme qui est couchée. Elle est morte, mais on n’a pas vu son mari. Cela fait deux jours aujourd’hui, on ne voit pas son mari. Il a fui », assure-t-il.

Pour sa part, Vincent Sagou, voisin de la victime, qui avait pensé, au départ à l’odeur d’une souris s’est rendu compte que cette odeur était forte devant la porte de la victime. C’est ainsi qu’il a alerté le propriétaire de la cour.

« J’ai appelé le propriétaire. Il y a une odeur qui sort de ta maison. Il faut venir, il faut aller au commissariat et faire une déclaration. C’est ainsi qu’il est allé au commissariat pour faire la déclaration. Ils sont venus voir. Effectivement, c’était le corps d’une femme qui était en train de pourrir dedans », raconte-il.

Le commissariat de Police du 39ème arrondissement saisi du dossier

Le propriétaire de la cour, Didier Danho, confirme qu’il a été alerté par les voisins de la victime qui ont attiré son attention sur la forte odeur qui s’y dégageait. « Il fallait que je m’y rende parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Effectivement, je suis arrivé sur les lieux et j’ai fait le constat. C’était vraiment un désastre », souligne-t-il.

Finalement, il est allé porter l’affaire devant le commissariat de police du 39ème arrondissement. « On s’est rendu au commissariat. Après avoir défoncé la porte, nous avons trouvé le corps de la dame dans un bain de sang. Quand j’ai vu le corps de la dame…Lire la suite ici

laissez un commentaire