Le fils de l’ancien président allemand tué

Un agresseur a mortellement poignardé dans la soirée de mardi le fils de l’ancien président allemand Richard von Weizsäcker à Berlin et a grièvement blessé une autre personne, a indiqué mercredi la police.

La victime, le médecin chef Fritz von Weizsäcker, 59 ans, a été agressé après avoir fait un exposé sur les maladies du foie lors d’une conférence à la clinique Schlosspark du quartier de Charlottenburg, a déclaré un porte-parole de la police de Berlin à l’AFP. Il est mort sur place malgré des mesures de réanimation.

L’agresseur souffre de troubles psychiques

Le suspect, âgé de 57 ans, a été maîtrisé par d’autres personnes présentes sur place, dont l’une a été sévèrement blessée par l’agresseur. L’auteur présumé souffre de troubles psychiques, a révélé mercredi après-midi le parquet de Berlin qui a demandé son internement.

Le tueur présumé a expliqué durant de premières auditions par les enquêteurs avoir agressé le fils par vengeance contre la famille von Weizsäcker, a précisé le médiaDer Spiegel sur son site.

Il aurait ainsi justifié sa haine contre cette famille par les fonctions occupées jadis par Richard von Weizsäcker dans le groupe chimique Boehringer Ingelheim. Richard von Weizsäcker était le directeur général de l’entreprise dans les années 60 et aurait était responsable de l’approvisionnement de l’armée américaine en toxines mortelles durant la guerre du Vietnam.

Le parquet de Berlin n’a pas confirmé ces éléments, indiquant toutefois que l’auteur présumé éprouvait une « aversion générale probablement délirante » contre la famille von Weizsäcker.

La victime membre du parti libéral

Fritz von Weizsäcker était membre du parti libéral FDP, dont le chef, Christian Lindner, a déclaré sur Twitter après le meurtre « une fois encore, on se demande dans quel genre de monde nous vivons. » Il laisse une femme et quatre enfants.

« C’est un événement terrible pour la famille von Weizsäcker », a réagi la chancelière Angela Merkel, qui a exprimé sa « sympathie » aux proches de la victimes, selon le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert mercredi à Berlin.

Le père de la victime, Richard von Weizsäcker, considéré comme l’une des grandes instances morales de l’après-guerre, a été président de la République fédérale d’Allemagne entre 1984 et 1994, et auparavant député de la chambre basse du Parlement (Bundestag) pour l’Union chrétienne-démocrate (CDU), parti de la chancelière Angela Merkel, et maire de Berlin-Ouest. Il est décédé en 2015.