Ultimate magazine theme for WordPress.

Le livre se meurt…les jeunes se tournent vers internet

0

Les livres sont considérés comme un instrument indispensable participant à la formation intellectuelle de l’individu. Mais ils sont de plus en plus délaissés par les jeunes. Les causes profondes de ce délaissement sont à chercher dans le milieu scolaire et au sein des familles. Qui est responsable du niveau bas du français des apprenants, internet, enseignants ou parents ?

Auparavant, on exigeait des apprenants à s’exprimer en français et à lire de bons livres. Mais avec l’avènement d’internet, les gens se focalisent plus sur les réseaux sociaux. Les livres commencent à disparaître. On entend souvent les enseignants déplorer le niveau bas des apprenants, surtout le français. Au niveau universitaire, c’est plus catastrophique. Les instituts privés donnent plus d’importance à la langue française que ceux du public. Selon certains élèves, ils préfèrent la lecture numérique que de tenir un livre à la main. Car, selon eux, les livres numériques sont plus accessibles. Malheureusement, la majeur partie ne lit plus, ce qui impacte négativement su leur niveau.

Pour régler le problème, la lecture devrait être un sujet de discussion à la maison. Les parents doivent pousser leurs enfants à aimer la lecture en leur achetant de bons bouquins et cela devrait se faire dès le bas âge. Au Sénégal, le niveau de français est de plus en plus bas. Et les réseaux sociaux y jouent un rôle important. Cependant on peut utiliser internet pour parfaire son niveau.

La jeune génération a une chance inestimable avec internet. Il permet d’accéder à des millions de contenus utiles pour les personnes qui savent d’en servir en bon escient. Chaque apprenant peut avoir un bon niveau de langue à travers les livres mais aussi sur internet. Cependant la distraction a pris le dessus sur la connaissance. Les jeunes préfèrent passer tout leur temps sur les réseaux sociaux.

Les responsabilités de cette situation sont partagées entre les parents, les enseignants et les autorités. Car si chacun d’entre eux y mettait du sien, la donne pourrait changer. L’Etat doit revoir les programmes classiques proposés au Sénégal. Selon certains enseignants et professeurs, si les gens n’aiment plus lire, c’est parce que les livres qu’on leur propose au programme ne reflètent pas leur temps ni leur culture.

On doit donner aux lycéens et collégiens l’envie de lire en leur proposant des livres contemporains. Les jeunes ont besoin de connaissances nouvelles en adéquation avec le monde actuel devenu un village planétaire interconnecté.

« La littérature, en fin de compte, ça doit être quelque chose comme l’ultime possibilité de jeu offerte, la dernière chance de fuite », selon Jean-Marie Gustave Le Celio

Ndeye Safiatou Ly Sylla (stagiaire) pour Xibaaru

laissez un commentaire