Ultimate magazine theme for WordPress.

Le mauvais calcul de l’opposition…l’échec cuisant d’une manif

1

Les Sénégalais tournent le dos aux promoteurs de la violence et manifestations dévastatrices

Les sénégalais semblent avoir pris leur destin en main. Les évènements enregistrés ces derniers mois démontrent clairement qu’ils ont tourné le dos aux acteurs de la société civile et les politiciens qui les poussent vers la violence. Le fiasco de la manifestation organisé vendredi dernier par les mouvements Y’en a marre et le Front pour une Révolution Anti-impérialiste, Populaire et Panafricaine (FRAPP) le prouve à suffisance. Désormais, une nouvelle forme de lutte semble avoir vu le jour et les promoteurs de la violence en seront les grands perdants.

Echec et mat ! Tel est le résumé de la manifestation organisée le vendredi par Y’en a marre et le FRAPP pour dénoncer cette justice partisane, le coût cher de la vie et les dérives du régime en place qui ne prend pas à bras le corps, les difficultés quotidiennes des sénégalais. Malgré les nombreux appels lancés pour une forte mobilisation, elle a vu une présence timide des jeunes, des syndicats et des étudiants. Les journalistes venus couvrir l’évènement représentaient le tiers des manifestants.

Et pourtant beaucoup d’associations, de partis politiques et collectifs devaient être présents à cette manifestation. Mais malheureusement, la montagne a accouché d’une souris. Même les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi ont brillé de leur absence. Heureusement qu’il y avait le candidat à la mairie de Guédiawaye, Ahmed Aidara, pour sauver la face de YAW et des autres partis de l’opposition. Ousmane Sonko, Déthié Fall, Khalifa Sall entre autres qui bandaient les muscles devant les caméras lors de leur dernière conférence de presse pour jouer à se faire peur, étaient tous abonnés absents.

Cette faible mobilisation prouve que les sénégalais ont retenu la leçon des évènements du mois mars avec son lot de mort. Les sénégalais sont désormais conscients que les politiques et des soi-disant activistes les utilisent pour régler leurs problèmes avec la justice. Ils sont souvent utilisés comme des chairs à canon lors des manifestations. On se rappelle de ces images de Barthélemy Dias, Ousmane Sonko et d’autres leaders de Yewwi qui se réfugiaient dans un magasin pour ne pas se faire gazer lors de la manifestation du 10 novembre, au moment où les jeunes qu’ils avaient appelé en renforts étaient en train d’en découdre avec les forces de défense et de sécurité.

Des images qui démontrent combien nos hommes politiques utilisent le peuple pour régler leurs problèmes. Mais ce flop de la manifestation du vendredi prouve aussi que les sénégalais ont adopté une autre stratégie pour mettre à la porte toute personne, y compris le président Macky Sall, qui ne ferait pas le travail pour lequel il a été élu. Et cette voie n’est autre que celle des urnes. On s’achemine vers des élections et le dernier mot reviendra aux citoyens souverains de choisir, dans la paix, le candidat qui doit partir et celui qui doit rester.

Les sorties va-t’en guerre des activistes et politiques n’enchantent plus les sénégalais. Ces derniers ont suffisamment prouvé qu’ils étaient matures pour régler leurs problèmes sans pour autant être les victimes à recevoir les balles lors des manifestations. La preuve en 2011, quand Wade voulait tripatouiller la Constitution, les citoyens étaient debout comme un seul homme pour dire non. Alors cela doit servir de leçon à toute personnes dotées de raison.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (1)