Le Pr Cheikh Oumar Diagne publie « La République privée du Sénégal »

NOTE DE LECTURE DE LA REPUBLIQUE PRIVEE DU SENEGAL

AUTEUR : PR CHEIKH OUMAR DIAGNE

Présentation de l’auteur

Le professeur Cheikh Oumar Diagne est un expert financier spécialiste en finance Islamique. Il enseigne dans des instituts de commerce, universités privées du Sénégal et de la sous-région. Ecrivain et consultant international, il est le Directeur du Centre de Recherche et d’Etudes en Stratégie, Finance et Administration. Membre d’une trentaine d’organisations, militant acharné contre l’impérialisme et la mondialisation, il demeure un fervent défenseur d’un retour aux racines Africaines. Formateur en développement spirituel et personnel, passionné d’histoire, de littérature et de langue, Pr Cheikh Oumar Diagne fait partie de ces intellectuels qui ne trouvent pas de frontières dans la connaissance promulguant l’unicité des savoirs et l’unité des connaissances. Il est par ailleurs Secrétaire Général du Rassemblement pour la Vérité/AND CI DEGG Depuis sa création en 2016 et membre d’AND SAMM JIKKO YI.

Présentation de l’ouvrage

Cet ouvrage du Pr Cheikh Oumar Diagne nous plonge d’abord dans un océan d’information et de connaissance tant ignorées ou non connues par beaucoup d’entre nous. Tout d’abord il nous fait bourlinguer dans un univers, au cœur d’une culture Africaine postcoloniale qui est parfois oubliée dans l’histoire moderne, cette culture Africaine postcoloniale précède l’évolution de l’humanité à travers sa richesse morale, son importance économique et la gestion politique légendaire des premières cités humaines civilisées.

A travers une comparaison impartiale entre ce que l’on peut appeler la civilisation Africaine et celle occidentale, l’œuvre du Pr Diagne sème le débat autour du nom des villes, de la racine des symboles de la République du Sénégal et des figures politiques flagornées qui, la plupart, représentatives de l’emprise perpétuelle de l’autorité coloniale dans les Etats d’Afrique Francophone comme le Sénégal.

Cet Enseignant-Chercheur qui, avec sa verve poignant, démasque une République qu’il se plait à nommer SAII (Société Anonyme a Irresponsabilité Illimitée), fondée par une société secrète dont les adeptes sont connue sous le nom des Francs-Maçons qui ont négligé l’histoire et la culture des peuples noirs, sans servir les intérêts d’une nation gouvernée à son insu.

Ce livre avant-gardiste, merveille historique, économique et géopolitique soumet des réformes après une analyse critique des origines de la démocratie jusqu’à son altération par le GOTHA maçonnique ; de la crise et de la faillite du système politique actuel causées par une élite abscons composée de politiciens, de religieux et d’affairistes peu scrupuleux qui tiennent en otage les ressources et trésors de tout un peuple pour un unique perdant qui n’est nul autre que le Sénégalais.

Analyse de l’ouvrage

« Ô vous les croyants, craignez Allah d’une vraie crainte et ne mourrez certainement pas sinon en étant des soumis » Sourate Aali Imrân, verset 102

C’est l’une des versets du saint coran que l’auteur mentionne sur le papier pour débuter son écriture, une incitation de sa part en tant qu’un homme religieux et très attaché à son enseignement de rappeler aux hommes surtout aux croyants de craindre l’Etre Suprême, l’Unique qui est à l’origine de tous ce qui existe sur terre et dans les cieux car, IL en ait le MAITRE. Dans l’avant-propos, il nous fait une synopsie de ce qu’il développe dans l’intégralité du livre, ce qui est très pertinent car, il permet au lecteur d’avoir un aperçu sur ce qui l’attend dans les chapitres suivants.

Dans la première partie du livre, chapitre 1, intitulé : L’organisation politique en Afrique avant la colonisation. Il montre d’abord les différents pouvoirs qui existent et comment ils s’appliquent les uns des autres, on peut retenir de là que le pouvoir du peuple est celui que l’on peut dire qu’il est au-dessus de tout autre pouvoir humain car, c’est un pouvoir que partage tout le monde et qui n’est pas exercé par un groupe d’individu (monarchie) ni par un seul individu (l’exécutif). Il montre également comment le pouvoir du peuple est réduit et manipulé par les autres pouvoirs qui utilisent la force pour semer la terreur ou la peur face au peuple qui détient le pouvoir le plus fort.

L’auteur continu en montrant comment le Sénégal dont nous croyons être un pays souverain, est manipulé et pillé par l’oligarchie française qui depuis moult lurettes n’a cessé de s’immiscer dans la marche de cette République. Il part du constat des noms que portent nos rues. A Dakar dans la capitale Sénégalaise, beaucoup de rues portent les noms des colons qui sont soit des athées soit des francs-maçons. Il prend l’exemple de William Ponty, de Jules Ferry, Felix Faure, Faidherbe etc. Ces individus qui ont tant fait souffrir les Africains à travers leurs soit disant mission de civiliser l’Afrique ont rendu ce Sénégal comme étant une République privée. Le Pr Diagne montre aussi que l’Afrique avait la primauté, la prééminence et la préséance par rapport aux autres continents qui se croient être aujourd’hui plus civilisés que le continent noir.

Pour ce faire, il remonte aux sources, dans l’Egypte ancien pour montrer que les Africains étaient durant beaucoup de siècles en avance par rapport aux autres. Que ça soit sur le plan technologique, culturel, socio-économique l’Afrique était le centre, le carrefour où des savants de toutes les contrées venaient pour puiser de la connaissance pour aller servir leur pays. Parmi ces savants on peut en citer Platon, Euclide, Pythagore, Thales etc.

Il montre aussi que durant l’époque médiévale, l’Afrique qui était constituée de royaumes et empires était bien structurée et bien organisée sur tous les plans pendant que l’Europe était plongée dans la barbarie et dans des guerres futiles et que c’est cette Europe qui pour se relever et renaitre de ses cendres s’est tournée vers le continent noir pour le piller, le mutiler avant de couper le cordon qui le rattache à son passé, le plus lointain possible.

Il évoque également l’arnaque et la ruse que les colons utilisent à travers l’école pour asseoir leur domination à l’égard des noirs et parmi ces élites occidentales, il cite l’école de Jules Ferry qui était un franc maçon et dont le but était de bâtir une société sans Dieu. Il affirme que l’école française en Afrique noire œuvre dans le renforcement du complexe nécessaire pour le triomphe de la cause française. Il l’affirme en ces termes je cite « Autant le dire, l’école française en Afrique noire qui naquît un 7 Mars 1817 à Saint Louis n’a jamais eu l’ambition d’éduquer ni d’aider les peuples noirs vers l’indépendance ou le développement, elle a été un outil d’harmonisation et un instrument de renforcement du complexe nécessaire pour la victoire de la cause française ».

Dans le chapitre 2, il évoque l’emprise néfaste et les conséquences que le libéralisme a instauré dans nos différents pays pour permettre aux nantis de garder toujours les pauvres au bas de l’échelle pour que ces derniers continuent toujours d’obéir aux différents lois et règlements établis par ce même système qui ne favorise qu’une oligarchie qui s’en foute de l’intérêt collectif. Il poursuit en disant que ce doctrine libéral a fait que l’Europe exploite l’Afrique, mais refuse d’être envahi par les Africains pillés et exploités depuis moult lurettes et qui partent pour reprendre leur dus. Il professe également que les migrants ne sont pas les bienvenus dans les pays dits riches et les mouvements fascistes voire les parties d’extrême droite le montre partout.  Il évoque l’hypocrisie de cette Europe qui n’a toujours pas cessé de piller les ressources des pays Africains en ces termes « Même la demande d’asile qui était pourtant parfaitement traité dans la convention de Genève (…) engendre des règlements de Dublin au nombre de trois à ce jour mettant à nu l’hypocrisie européenne qui pourtant s’érige en donneur de leçon en matière de droits de l’homme et de programme d’aide pour réduire la pauvreté ». L’auteur montre que cette doctrine libérale n’a pas encore dévoilé toutes ses facettes latentes, car son plan de domination et de contrôle à travers une organisation mondiale par une vision mondiale et une monnaie unique se profile à l’horizon. C’est ce qu’il appelle l’entreprise de Dajjal en trois périodes sombres à l’issue desquelles les fausses républiques vont fusionner sous la supervision de l’œil d’Horus (l’œil qui voit tout).

Dans le chapitre III il montre l’origine de la République du Sénégal. Il part de la définition du mot « République » pour que l’on puisse appréhender le sens et son évolution dans le temps. L’histoire de la République française a également été évoqué par le Pr Diagne qui montre que la République française à vue le jour après une révolution qui a été instigué par les francs-maçons pour bâtir un nouvel ordre. Ces derniers qui n’étaient pas satisfaits des fruits de la révolution qui a mené à congédié l’église et permis une organisation de l’exercice du pouvoir entre le Roi et une assemblée qui au bout de deux années à fait éclore une monarchie constitutionnelle. C’est dans ce sens que les frères « patriotes » songèrent enfin d’éliminer la royauté qui était pourtant chère aux français, par la mise en place de la république en Septembre 1792 pour poursuivre l’ambition des patriotes qui ont planifié la révolution.

Dans ce même sillage, face aux différents interprétations et les fausses assertions que la plupart des gens font de l’origine du nom Sénégal, le Pr Diagne retrace l’historicité et va jusqu’à dire que les habitants du Sénégal ne devraient même pas être appelés Sénégalais mais plutôt Snéga ou Snég.

Dans un autre angle, il nous fait savoir que les rapports qui existent entre la France et les territoires d’Afrique de l’Ouest et ailleurs n’a jamais été philanthropique et encore moins de civilisation mais le rapport a toujours été, est aujourd’hui et sera éternellement lié à l’économie. Comme il le mentionne dans le livre «Les états n’ont pas d’amis et n’ont pas d’ennemis, ils ont des intérêts.»

En parcourant l’ouvrage, nous notons que l’auteur part de la genèse du Sénégal en montrant l’origine de son peuplement, la main de la France dans l’organisation politique sous toutes ses formes. Il dévoile toutes les choses latentes dont beaucoup de citoyens Sénégalais ignoraient jusque-là. Partant de l’analyse et l’interprétation infondés et sans source de l’étymologie de certains noms comme Sénégal dont la plupart des gens pensent être dérivé du nom  « Sunu gaal, de Dakar que beaucoup attribut la genèse par la théorie autour du tamarin « daxàar », de Gorée dont beaucoup de Sénégalais pensent être dérivé du mot loyauté « Ngor » et entre autres noms comme Saint-Louis, Thies etc.

Ainsi pour le Pr Diagne, toutes ces assertions reposent sur des interprétations banales et sans fondement. Selon lui, la thèse qui mérite de retenir notre attention sur l’origine du nom Dakar, c’est celle qui est construite autour du capitaine de vaisseau Jean Pierre D’Accard, qui après un court séjour de quelques jours à Soumbédioune, appela la presqu’il « Point de D’accard ». Le nom de la capitale Sénégalaise serait alors venu de là.

Aussi, le nom de Gorée en réalité serait une appellation néerlandaise inspirée par une autre île au Pays-Bas, il s’agit de Goeree-Overflakkee et on cite souvent la province rattachée « good reede » comme origine de son nom, il affirme que ce sont les colons qui l’ont nommé et cela ne semble gêner personne !

Selon lui, presque tous les noms des grandes villes du Sénégal ne font pas l’unanimité et plus de 80⁒ ont des origines étrangères et coloniales qu’il fallait et qu’il faut changer pour évoluer.

Car il mentionne que l’évolution est plus cohérente que la révolution dans ce sens et l’exemple du Burkina Faso de Thomas Sankara est frais dans nos mémoires.

Dans le chapitre IV intitulé : le Sénégal : une vraie fausse république

L’auteur poursuit en disant qu’il n’est pas étonnant de voir les symboles et principes de la République française dans celle de sa filiale Sénégalaise et de voir que les méthodes de pillage jadis déployées secrètement ont été institutionnalisés et formalisées sous la fausse république dans l’unique intérêt de la France sous le label de l’assistance et la coopération.

Dans ce chapitre, l’auteur montre les balbutiements de la république et part du vieux débat entre fédéralistes et confédéralistes qui œuvraient pour limiter les effets pervers de la balkanisation. Il montre comment la fédération du Mali a été mise en place jusqu’aux jours sombres de son éclatement  et la proclamation de l’indépendance de la République du  Sénégal le 20 Aout 1960, et à la tête de ce pays les socialiste qui n’avaient jamais voulu d’indépendance, une république qui selon l’auteur demeure privé, n’appartenant pas aux Sénégalais car, dirigé hors de son territoire.

L’auteur montre que cette République du Sénégal a toujours été gouvernée par des collabos, des pions de l’oligarchie française. Du premier président Senghor à l’actuel président, jusque-là le Sénégal n’a pas encore un président qui défend les intérêts du peuple mais ils préfèrent plutôt être les préfets de la France comme si le Sénégal n’est pas un pays indépendant. Il poursuit en évoquant la participation de ces élites qui ont eu à gouverner le Sénégal et ceux qui le gouverne actuellement dans les loges maçonniques dont ils travaillent et obéissent en laissant le peuple dans la pauvreté, la jeunesse dans le chômage qui fait naître le désespoir au creux de ces gens qui après une longue attente ou à la recherche d’un emploi finissent par emprunter la voie marine et aller mourir dans la gueule de l’océan affamé.

Dans cette même lancée l’auteur évoque également les peccadilles de la mondialisation qui est un système dans lequel se cachent les francs-maçons pour asseoir leur domination sur tous les Etats et mettre en valeur leur grand souhait qui est de mettre un nouvel ordre mondial qui sera contrôlé par les sectes maçonniques.

Il mentionne dans la troisième partie du livre, la république et ses milices en montrant l’organisation de la franc-maçonnerie. Il évoque une république à base occulte dans lequel il relate le palais de la république et ses secrets, la célébration de la fête nationale ainsi que les piliers et les symboles de la « République »  Il montre que l’histoire de la construction du palais est hautement significative dans son rapport à la franc-maçonnerie car, selon l’auteur ce sont les élites appartenant à des loges maçonnique qui sont à la base de la construction de ce palais en 1903 sous l’approbation du gouverneur Ernest Roume sur ordonnance de Gaston Doumergue, un franc-maçon initié à la loge l’Echo du Grand Orient à l’Orient de Nîmes en 1901.

Enfin dans la dernière partie il mentionne que le Sénégal doit être une République à reconstruire parce qu’il pense que cette république « Française » du Sénégal est mal construite par rapport à nos valeurs et croyances et même à l’aune de cette laïcité mensongère qu’elle mentionne fièrement dans sa constitution qu’il considère comme un torchon constitutionnel. Il pense qu’il faut réparer cette république qui porte des gènes sataniques et construite pour asservir les sénégalais plutôt que les servir semble être une priorité et les critiques et propositions sont de nature à faire évoluer la situation même si, comme il le dit si bien «les dirigeants de cette fausse république sont éminemment allergiques à la vérité.» Il poursuit en disant qu’une identité nationale doit être mise avant et en revisitant l’histoire des hommes. Il pense que l’unification d’un peuple doit se faire dans ce qu’il partage le mieux. Et en ce qui concerne le Sénégal, il professe que c’est l’islam qui se trouve dans ses fondements car, les illustres hommes religieux de cette République se sont battus contre les vilenies tels que le paganisme, la colonisation, la pauvreté, l’ignorance avec une probité exemplaire et un engagement sans pareil.

C’est sur la base de toutes ces informations latentes, méconnaissables par beaucoup de personne que le Pr Diagne nous sert noir sur blanc dans ce livre « La République Privée du Sénégal » qui est très bien écrit sur la forme et très profond dans le fond.

Il est de notre devoir de préciser que c’est un livre dans lequel se trouve énormément de renseignement qui parfois même par l’imperfection de notre esprit, nous mène à saisir une infime partie de tout ce que le Pr nous donne comme information.

Il y a autant de chose que nous n’avons pas pu aborder au cours de la rédaction de cette note de lecture et nous donnons le soin aux différents lecteurs d’apporter eux aussi leur contribution pour que tout le monde puissent cerner la quintessence de ce très bel ouvrage que nous ne cesserons jamais de magnifier et de lire.

Oumar CISSE, Ecrivain-poète,

Etudiant géographe en Master II à l’UCAD

Auteur du recueil de poèmes « Lever du soleil » paru en 2015

Aux éditions Stellamaris, Brest

« Souffle d’Espoir » en cours d’édition

Co-auteur d’une anthologie internationale du Forum Poète A l’Honneur (PAH)

Membre du Cénacle des Jeunes Auteurs du Sénégal (CJAS)