Le rappeur marocain Gnawi condamné à un an de prison pour outrage

Le rappeur a bien reconnu à l’audience avoir insulté la police dans une vidéo diffusée en octobre sur Instagram. Mais il explique l’avoir tournée après avoir subi une « humiliation » lors d’un contrôle de police.
Pour son avocat Me Sadkou, cet épisode n’est qu’un prétexte pour masquer le véritable motif de cette condamnation qui est selon lui, le dernier titre du rappeur intitulé : « Vive le peuple ». Sorti la veille de son arrestation, il y fait le porte-voix du malaise de la jeunesse marocaine et dénonce l’« injustice », l’ « accaparement des richesses ». Il s’en prend directement au roi Mohammed VI, une « ligne rouge » au Maroc. Les autorités s’en défendent.
À aucun moment d’ailleurs cette chanson n’a été évoquée au cours du procès. Le procureur a bien brandi un CD du rappeur, mais sorti en 2014 et qui contenait une chanson très critique vis-à-vis de la police. La preuve selon l’accusation que Gnawi n’en était pas à sa première provocation.

« C’est une pratique habituelle » dénonce Me Sadkou. « On ne dit pas ouvertement ce qu’on reproche à ceux qui dérangent mais on tente de les décrédibiliser » explique-t-il. « Je suis un artiste, mon travail c’est de défendre mes droits et les droits du peuple » a plaidé le chanteur au cours de l’audience.