Le SUTSAS demande la régularisation de la situation des Techniciens supérieurs de santé

Pour une régularisation de la situation administrative des Techniciens supérieurs de santé la lutte continue !

Nonobstant la discrimination sur l’allongement de l’âge de la retraite à 65 ans et la non application du décret portant statut du personnel des Établissements publics de santé (EPS), l’ordre National des Sages-femmes en rade, la précarisation des fonctions par de sempiternels contrats à durée déterminée (CDD), les Techniciens supérieurs font encore les frais d’un laxisme injustifié et révoltant au moment où les assistants infirmiers attendent une chimérique voie du salut pour le relèvement du nombre d’année d’études et leur reclassement à la hiérarchie B4. 

La coupe est effectivement pleine d’amertume, de colère et surtout de déception dans le cœur du personnel dit paramédical dans le traitement de sa situation professionnelle, ses conditions de travail et particulièrement de son plan de carrière plombé par tant d’injustice et de négligence à la lisière du mépris et de l’abandon de la part des autorités administratives. 

Pour cause, l’absence quasi totale de convocation des commissions de gestion démocratique du personnel arrachées de haute lutte par le SUTSAS depuis 1986 dans un contexte de participation responsable prive les agents de bourses de formation continue, d’affectation à date échue d’avancements réguliers et plan de carrière.

Et au même moment, les infirmiers et sages-femmes voient leur élan de reclassement à la hiérarchie B1 freiné par une rupture de financement de AMREF, principal maître d’œuvre dans le comblement des gaps de connaissances et de compétences nécessaires.  

Dans la même veine, les candidats aux examens d’obtention des diplômes des sessions de juillet ou d’octobre, toutes filières confondues, se bousculent depuis trois ans dans les écoles d’infirmières et de sages-femmes sans perspectives d’organisation des épreuves de sortie. 

Par ailleurs face à une armée de chômeurs composée de jeunes médecins, travailleurs sociaux, pharmaciens, communautaires, sages-femmes, infirmiers, et spécialistes de toutes disciplines et pour augmenter considérablement l’offre de soins dans la couverture maladie universelle (CMU), une importante part du financement des 300 milliards dédiés aux jeunes pour l’emploi doit leur revenir pour combler les considérables déficits en ressources humaines qualifiées surtout dans les zones reculées du pays et la mise aux normes des centres de promotion et de réinsertion sociale (CPRS) dont une des missions est la formation professionnelle des jeunes en rupture de scolarité.

C’est aussi le lieu de rappeler, à défaut d’appliquer des recommandations des conclusions de l’étude sur le système de rémunération des agents de l’Etat, la nécessité de faire évoluer l’indemnité de risque à 100.000f en l’incluant dans la liquidation de la pension dérisoire de retraite du personnel sanitaire et l’indemnité d’itinérance à 50.000f ne serait-ce que pour motiver les infatigables et incontournables vaccinateurs que sont les infirmiers ou infirmières chefs de postes de santé, les sages-femmes, les médecins de district, les techniciens supérieurs ainsi que les membres de l’équipe mobile de vaccination, en charge d’inoculer les antigènes deux fois de suite des millions de sénégalais pour vaincre la pandémie.  

A la lumière de tout ce qui précède, après avoir obtenu sous la bannière de AND GUEUSSEUM à la suite d’âpres plans d’actions en 2018 l’accord portant régularisation de la situation administrative des Techniciens supérieurs de santé, le SUTSAS constate pour s’en offusquer à nouveau, l’absence de signature du décret le matérialisant au point de le pousser à la reprise du combat.

A cet effet, tout en soutenant le SUDTM dans sa lutte pour le paiement de la prime Covid-19 aux ayants droits, le SUTSAS se solidarise avec le SATSUS pour la prolongation de la lutte et invite l’ASAS SUTSAS-SUDTM SAT/SANTE D-CNTS/Santé AND GUEUSSEUM à déterrer la hache de guerre devant l’inertie du Gouvernement dans le respect des accords et l’égalité de traitement des agents. 

Dans un autre registre, le SUTSAS exhorte les personnels de santé à se faire vacciner pour l’exemple afin de convaincre les populations du moment que l’unique espoir réside dans la vaccination combinée au respect des gestes barrières car une troisième vague serait de trop pour les populations, l’économie et surtout le système dont nous sommes acteurs et sentinelles éternels. 

Enfin, le SUTSAS s’incline devant la mémoire de feu Lat Samba FALL, Anesthésiste –réanimateur, membre fondateur du SUTSAS chez qui se tenaient les réunions, dans les années 1980 dans la clandestinité, arraché récemment à notre affection ainsi le Dr Abdoulaye LY et le gynécologue Dr Ousseynou Faye.  

Fait à Dakar, le 29 mars 2021

laissez un commentaire