Les carrefours, un danger pour les enfants…Par Mareme Debbo Mangane

Aux parcelles assainies, plus précisément à l’arrêt des bus de « case ba » la première chose qui attire notre attention sont les vendeurs d’eau surtout les enfants en cette période de canicule. A l’instar du rondpoint liberté 6 et de la ville entre autres.
Le rondpoint « case ba » est toujours bourré de voitures, on y aperçoit des enfants âgés entre 10 et 15 ans courir entre les voitures, un sceau rempli de sachets d’eau fraiches sur la tête vendue à 50 FCFA l’unité.
Pour une raison ou une autre ils se précipitent en se bousculant innocemment vers les voitures pour vendre leurs sachets le plus rapidement possible.
Courant ainsi un danger dont ils ne se rendent pas compte et que les responsables de la protection de l’enfance semblent ne pas faire attention alors que ce fléau n’est en rien moins grave que celui des enfants de la rue. Mais la première responsabilité revient aux parents qui exploitent les enfants en leur faisant prendre d’énormes risques pour la maudite somme de 50 FCFA.
Vêtu d’un t-shirt gris et d’un short beige déteints, ces pieds sales et ses sandales qui les couvrent à moitié montrent le poids de la fatigue que porte le jeune Abdou sur ces épaules. Il nous dit : « C’est ma mère qui nous fait vendre de l’eau …Et je suis obligé de le faire pour gérer mes frais de scolarité et m’acheter de nouveaux habits ».
Une réaction digne d’un grand homme mais qui ne justifie en rien le fait que ces enfants se trouvent au milieu de la route.

Mareme Debbo Mangane