Ultimate magazine theme for WordPress.

Les réfugiés mauritaniens réclament 10 milliards FCFA à l’Etat du Sénégal

Les ressortissants sénégalais de Mauritanie devant leur ambassade
0

Les réfugiés mauritaniens vivant au Sénégal ont déposé plainte contre l’Etat devant la Cour de justice de la Cedeao, selon Libération. Dans la requête, Assane Dioma Ndiaye rappelle qu’en avril 1989, suite au conflit frontalier qui a dégénéré en violences interethniques sanglantes entre l’Etat du Sénégal et la République islamique de Mauritanie, plus de 60.000 réfugiés mauritaniens se sont installés au Sénégal.

La même source renseigne que le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), ayant coordonné l’aide au Sénégal, a procédé au recensement des réfugiés afin de déterminer le nombre de personnes à assister. Ainsi, en juin 1991, le HCR comptait 52.995 réfugiés mauritaniens au Sénégal. Mieux, l’action du HCR a facilité la réintégration et le rapatriement volontaire de plus de 35.000 réfugiés en Mauritanie.

D’après la requête, en nombre 2007, le Sénégal, la Mauritanie et le HCR avaient signé un accord tripartite sur le rapatriement volontaire des réfugiés mauritaniens au Sénégal. L’opération de rapatriement a vu le retour de plus de 19.000 réfugiés, toujours rapporte Libération.

En 2012, le HCR comptait 13.702 réfugiés mauritaniens vivant toujours au Sénégal. Les derniers recensements de 2018 font état de 14.114 réfugiés. D’ailleurs ces derniers sont éparpillés dans la vallée du fleuve et à l’intérieur du pays.

Plus de treize ans après l’accord tripartite, les réfugiés mauritaniens ont saisi la Cour de justice de la Cedeao pour faire constater aux juges communautaires «la violation par l’Etat du Sénégal des droits des réfugiés », «le droit à la nationalité et à un état civile »…

En plus de demander la condamnation de l’Etat à leur payer 10 milliards de Fcfa pour la «violations de leurs droits fondamentaux », les réfugiés mauritaniens veulent que la Cour enjoigne le Sénégal de leur délivrer des cartes d’identité et des titres de séjour, entre autres.

laissez un commentaire