Liberté pour l’ancien maire de Dakar : Les deux K pour un autre combat

Khalifa Sall est sorti libre de prison. L’ancien maire de Dakar bénéficie de la grâce présidentielle. D’ores et déjà, ses avocats manifestent leurs désirs de poursuivre le combat, jusqu’à ce qu’il recouvre tous ses droits civiques. C’est-à-dire qu’il soit électeur et éligible d’ici 2024, et surtout qu’il soit épargné de sa peine de verser des dommages et intérêts à l’Etat du Sénégal. Faute de versement de ces dommages et intérêts, Khalifa Sall ne pourra de toutes les façons, recouvrer tous ses droits civiques.

Ses avocats le savent si bien. Quoi qu’ils sachent que la liberté de Khalifa Sall n’a été obtenu que grâce à des médiations de personnes de bonnes volontés qui s’y sont impliquées plutôt qu’à leurs propres implications judiciaires, ils continueront toujours à s’impliquer dans ce dossier, ne serait que parce qu’il est juteux pour eux. Plus le dossier, l’affaire Khalifa Sall se mènera au plan judiciaire, plus, ils obtiendront de ce dernier des honoraires. C’est dire que leur ultime combat est beaucoup plus de gagner de l’argent dans cette affaire qu’autre chose.

De la même manière que l’affaire Karim Wade Wade, celle de Khalifa Sall ne pourra se régler que sur le plan politique. Ces affaires ne relèvent plus seulement du domine judiciaire. L’on peut comprendre aisément l’ultime sursaut des avocats de Khalifa Sall qui ne veulent se faire ôter dans cette affaire, un fromage qui s’avère juteux. Mais, où se trouve l’intérêt de Khalifa Sall dans un combat où il ne pourra qu’être perdant.

Ce n’est un secret de polichinelle, si Khalifa Sall bénéficie aujourd’hui d’une grâce présidentielle pour humer l’air de la liberté, c’est grâce à l’œuvre de bonnes volontés, notamment du khalife général des mourides, d’autres familles religieuses, mais également de personnalités politiques dont Me Abdoulaye Wade. Le secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (PDS) a compris que le combat pour l’amnistie des peines de son fils Karim Wade ne pouvait être lié qu’à celui de la libération de Khalifa Sall. Le dégel de ses relations avec le Président Macky Sall a beaucoup contribué, malgré les oiseaux de mauvais augure, à la libération de Khalifa Sall. C’est dire que l’avenir politique de Khalifa Sall comme celui de Karim Wade relève beaucoup plus d’un autre domaine que celui judiciaire.

La rédaction de Xibaaru