Ultimate magazine theme for WordPress.

Revue de presse…Le limogeage du directeur de l’hôpital de Louga à la UNE

Un vendeur de journaux dans les rues Dakar
0

Le limogeage du directeur de l’Hôpital régional de Louga suite au décès d’une jeune femme en couches et la situation déplorable dans laquelle se trouve l’Hôpital Aristide Le Dantec sont les principaux sujets abordés par les quotidiens de ce jeudi 14 avril 2022.

Le Soleil met en exergue le limogeage du directeur de l’Hôpital Amadou Sakhir Mbaye, mercredi, en Conseil des ministres. Il a été relevé de ses fonctions après la lecture du Rapport de la mission de vérification envoyée à Louga pour élucider les circonstances du décès en couches d’Astou Sokhna.

La jeune femme admise à la maternité de cet Hôpital public de la ville de Louga, le 31 mars dernier, au terme de sa grossesse, y est décédée en couches, plusieurs heures après son arrivée.

Sa famille met en cause la maternité de l’Hôpital et l’accuse de négligence ayant conduit à son décès. Elle a saisi la justice d’une plainte contre l’établissement de santé.

Le Soleil signale aussi que lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement, le président de la République a enjoint au ministre de la Santé de ‘’veiller à l’amélioration de l’accueil et de l’accompagnement professionnel des patients’’.

Le Témoin souligne que ‘’le décès (….) de Astou Sokhna (….) est pris très au sérieux au plus haut niveau de l’Etat’’. ‘’C’est ainsi qu’en attendant l’aboutissement de l’enquête judiciaire, le président de la République a limogé, hier, le Dr Amadou Guèye Diouf, jusque-là directeur de l’Hôpital régional Amadou-Sakhir-Mbaye de Louga. Le procureur de la République est lui aussi entré dans la danse’’, écrit le journal.

‘’Les sanctions tombent à l’Hôpital de Louga’’, selon Vox Populi. ‘’Macky Sall sabre le directeur, 8 agents cueillis par la police, hier’’, relève la publication, soulignant que le ministre de la Santé a décidé de suspendre la sage-femme et l’équipe gynécologique de garde.

Libération signale que l’on s’achemine vers une série d’arrestations ‘’dans les prochaines heures puisque l’enquête a confirmé les faits en cause’’.

A en croire le quotidien Source A, le rapport produit par la direction de la santé, de la mère et de l’enfant assistée par la Chaire de Gynécologie de l’Université de Dakar pointe, entre autres défaillances, ‘’un déficit dans la qualité des soins reçus par la patiente, une insuffisance de son diagnostic, une insuffisance dans la surveillance (….)’’.

’’Un limogeage, et après ?’’, s’interroge Enquête.

’’Un an après le limogeage du docteur Abdou Sarr à l’hôpital Magatte Lô de Linguère, suite à la tragédie des bébés morts brûlés, l’histoire se répété avec le limogeage d’Amadou Guèye Diouf, suite au décès atroce d’Astou Sokhna à l’Hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga. Mais dans le fond, rien ne bouge dans le système de santé toujours agonisant’’, écrit le journal qui affiche à la Une : ’’Affaire Astou Sokhna, l’art de noyer le poisson’’.

Sud Quotidien fait la radioscopie du mal qui ‘’gangrène’’ la santé et affiche à la Une : ‘’Quand les hôpitaux font peur’’. ‘’Le cas de Astou Sokhna n’est qu’une illustration du traitement réservé souvent aux malades dans les structures sanitaires. Cet incident malheureux né d’une négligence présumée n’est que l’arbre qui cache la forêt d’un mal qui ronge tous les services publics et l’administration’’, estime Sud.

Dans leur livraison du jour, les quotidiens mettent en exergue la situation déplorable dans laquelle se trouve l’Hôpital Aristide Le Dantec, établissement public dakarois créé en 1912.

’’Bâtiments fissurés, régulièrement inondés, Capacité d’accueil des patients dépassée, service des urgences inadapté… L’hôpital Le Dantec malade’’, affiche à sa Une le quotidien Bës Bi Le Jour.

’’Les médecins de l’hôpital Aristide Le Dantec ont fait face à la presse hier pour dénoncer les conditions de travail difficiles auxquelles ils sont confrontées. Ils interpellent le chef de l’Etat pour régler ce problème de reconstruction dont le coût est évalué à 60 milliards de FCFA’’, écrit le journal.

’’L’Hôpital Le Dantec, un grand malade’’, titre L’As qui évoque une vétusté des locaux, l’absence d’électricité, un manque d’eau, un service de néphrologie non fonctionnel, une rupture de médicaments, etc.

’’Le Dantec, en phase terminale’’ à cause ’’de la vétusté, du manque de matériel et de moyen’’, selon Le Quotidien qui écrit : ’’L’Hôpital Le Dantec est dans une situation déplorable comme l’a montré hier la commission médicale d’établissement, constituée des sommités scientifiques universitaires. Elle demande sa reconstruction qui devrait coûter 60 milliards’’.

Dans le journal, ces médecins et professeurs soutiennent : ’’Nous ne sommes plus en mesure de remplir nos missions’’.

Source APS

laissez un commentaire