Lutte contre le coronavirus : et si Macky faisait recours aux…grappes de convergences

Renforcement des moyens financiers pour combattre le coronavirus : Macky Sall doit recourir aux grappes de convergence

Le coronavirus est un fléau qui menace toute l’humanité entière. C’est le monde entier qui se trouve en guerre contre un ennemi des plus dangereux, car invisible et qui frappe à toutes les portes sans prévenir. Parmi les nations attaquées et entrées en guerre contre le coronavirus, figure le Sénégal. La guerre contre le coronavirus nécessite cependant la mobilisation de toutes les ressources humaines, matérielles et financières.

De gros moyens doivent être mobilisés, si le Sénégal compte venir définitivement à bout de cet ennemi aussi puissant qu’est le coronavirus. C’est en cela qu’il faut saluer le geste noble du khalife général des mourides de mettre à la disposition de l’Etat du Sénégal, la somme de 200 millions de FCFA, celui de Youssou Ndour qui a contribué à travers de moyens matériels, et celui de Alioune Sow qui a décidé de céder tous les mois jusqu’à ce que l’ennemi soit vaincu, 50 000 FCFA de ses indemnités de Haut conseiller des collectivités territoriales.

Cependant, cela ne suffit pas. C’est dire que le Chef de l’Etat Macky Sall doit faire preuve d’imagination pour pouvoir capter d’autres ressources financières nécessaires pour faire face contre le coronavirus. En cela, il peut s’inspirer de l’exemple de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, lors des travaux des chantiers de Thiès. Ce dernier, pour mener à bien l’exécution des travaux et capter les financements nécessaires, avait eu recours aux grappes de convergence.

Le Président Macky Sall doit lui aussi avoir recours à des grappes de convergence pour que la guerre contre le coronavirus soit menée de manière efficace. C’est dire que toutes les ressources captées à cet effet, et qui étaient allouées à d’autres projets, doivent servir dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, à améliorer les plateaux techniques des hôpitaux, à augmenter les capacités par l’augmentation du nombre de lits qui ne sont que 12 en ce moment au niveau de la clinique des maladies infectieuses de l’hôpital Fann où se trouvent les meilleurs spécialistes en la matière au Sénégal.

La rédaction de Xibaaru