Front contre le coronavirus : du silence honteux de Karim au soutien nuancé de Sonko

Les Sénégalais sont tous mobilisés en ne moment et se trouvent au front pour faire face au puissant ennemi qu’est le coronavirus. Un ennemi puissant, mais nullement invincible. Pouvoirs publics, opposition, membres de la société civile, chefs religieux, tout le monde se dresse contre l’ennemi commun. A ce titre, ce qu’il convient surtout de saluer, l’élan patriotique dont fait montre la quasi-totalité des membres de l’opposition qui déclarent tous être derrière l’Etat du Sénégal contre le mal.

Il se trouve que face à ce péril qui ne guette pas seulement le Sénégal, mais l’humanité toute entière, un homme qui aspire à diriger le Sénégal comme Karim Wade, se distingue par son silence honteux.

En ce moment grave de l’histoire de l’humanité, la solidarité doit être à toutes épreuves. Le soutien derrière l’Etat du Sénégal doit être sans faille. Il convient à ce propos de saluer tout cet élan de solidarité venant de leaders de l’opposition. Cela aurait été total, sauf s’il n’y avait le cas Ousmane Sonko.

Le Chef de file du Pastef Les Patriotes a sorti une lettre pour manifester toute sa solidarité au peuple sénégalais. Ousmane Sonko a même prié le Tout Puissant de préserver le Sénégal et le monde entier de ce fléau et de tout mal. Il salue également « certaines décisions et initiatives prises depuis le début par les autorités gouvernementales ». C’est là où se trouve le jeu que livre Ousmane Sonko. Un jeu marqué par l’hypocrisie.

Ousmane Sonko apporte un soutien mais nuancé au gouvernement. Le leader du Pastef Les Patriotes fidèle à son habitude déclare déplorer « la lenteur dans la prise de certaines mesures » par le gouvernement. Même, s’il s’empresse d’ajouter que c’est une critique qui se veut constructive qu’il lance. Selon Ousmane Sonko, le gouvernement aurait été avisée, s’il avait eu le temps de faire des choix d’investissement éclairés avec les deniers publics. Ousmane Sonko ignore de ce fait que l’heure n’est pas à la critique. C’est après avoir vaincu l’ennemi que l’on prendra le temps nécessaire de faire le bilan avec l’ensemble de la nation et de voir toutes les insuffisances et défaillances de notre système sanitaire.

La rédaction de Xibaaru