Ultimate magazine theme for WordPress.

« Macky a révolutionné le transport au Sénégal » selon la Cojer de

Macky Sall au lancement des travaux du BRT (Bus Rapid Transit)
0

L’heure de la révolution des transports au Sénégal avec le Président Macky Sall

La croissance économique est un sujet qui préoccupe l’intelligentsia sénégalais, d’une manière générale et les décideurs publics en particulier. Adam Smith dans son livre intitulé la richesse des nations évoque les économies d’échelles, la mobilité et les couts de transports comme fondements essentiels à la compréhension de la richesse des nations.

En effet, à l’ère de la mondialisation caractérisée par une mobilité quasi illimitée ; l’accessibilité est devenue la clé de l’attractivité au sein d’un espace économique donné. Les pays qui souhaitent jouer un rôle actif dans la concurrence économique mondiale doivent posséder des infrastructures performantes et aux normes internationales, de circulation des biens et des personnes.

Le rapport de la banque mondiale (1994) sur le développement dans le monde intéressant aux infrastructures de transport précise que les pays en développement qui veulent se tailler une place sur les marchés mondiaux ou s’intégrer aux réseaux d’approvisionnement multi source doivent opérer des choix judicieux pour le développement de leurs infrastructures de transport. D’après les estimations de l’OCDE des besoins colossaux en termes d’investissements dans les infrastructures entre 2010 et 2030 s’imposent aux pays en voies d’émergence.

Le Sénégal est parmi ces pays. La possibilité de transporter des biens et des personnes dans la capitale sénégalaise constitue un vrai problème, Dakar accueille plus de 3 732 284 habitants (ANDS 2014) pour une superficie très petite de 542Km², d’où la nécessité pour notre pays de se tourner vers les autres moyens de transports pour permettre la mobilité des personnes et de leurs biens dans la capital sénégalaise et sa banlieue.

Merci au président Macky Sall ; un bon visionnaire d’avoir compris tout ça et de s’engager à bâtir pour notre pays des infrastructures de transport performantes et aux normes internationales pour mettre à niveau notre économie, accroitre la compétitivité et la performance du secteur productif afin de déclencher un processus de croissance durable.

Ces infrastructures de transports créées par son Excellence SEM Macky SALL permettront de répondre à un besoin fondamental que nécessite l’activité économique qui est la mobilité des facteurs de productions. Cette mobilité qu’offrent ces infrastructures de transport constitue un élément indispensable du développement économique impliquant des restructurations spatiales et des couts pour la collectivité ; qu’il convient d’inclure dans les choix publics.

Intrinsèquement, les infrastructures de transport constituent une activité à forte intensité capitalistique et se caractérisent par leur longue durée de vie. Ainsi, au sein de notre capital, la mise en place d’infrastructures et de moyens de transport comme le Train Express Régional (TER), les Bus Rapides de Transit (BRT) la réhabilitation de ligne DAKAR- BAMAKO, le prolongement de la VDN.

En effet, le BRT Guédiawaye-Dakar c’est 27 000 voyageurs par heure sur dix-huit (18) Km avec un temps de voyage qui passe de 95 minutes à 45 minutes. 144 BUS articulés à plancher haute vont desservir 23 stations fermées avec 3 pôles d’échanges à Guédiawaye, Grand Médine et Petersen. Avec une gestion par système électronique de transport intelligent qui sera interconnecté au TER avec un seul ticket pour les deux moyens de transport. Leurs tracés relient le centre de la capitale à sa banlieue en allant jusqu’à l’AIBD avec les quatorze gares du TER réparties dans les centres urbains les plus denses.

Pour le Président Macky Sall, Le but est clair : en finir avec les redoutables embouteillages qui polluent la vie des habitants, lesquels représentent 30 % de la population sénégalaise sur 0,28 % de la surface du territoire du pays. Il faut dire que chaque jour, les mouvements pendulaires, de la banlieue au centre le matin, et inversement le soir, accompagnent les interminables heures d’attente dans les embouteillages. Bus, cars rapides, cars Tata, taxis et véhicules personnels se partagent les quelques axes principaux de la région de Dakar qui enregistrent leur lot important d’accidents.

Désengorgement, sécurité, confort, rapidité…, voilà les éléments avancés qui ne manqueront pas de ces moyens de transport quand ils seront définitivement mis en service, une vraie aubaine pour les 115 000 passagers du TER et les 42 000 du BRT qui vont les emprunter tous les jours mais aussi immanquablement pour le président Macky Sall dont le TER et le BRT sont une illustration emblématique de son Plan Sénégal émergent(PSE).

 Voilà, une vision multimodale cohérente de son excellence le Président Macky Sall avec les besoins actuels et anticipatifs par rapport aux évolutions de l’activité économique dans la capitale dakaroise et dans le reste du pays. En effet, l’évaluation et la planification de tels projets déterminent leurs retombés économiques et sociales à court et long termes.

Ainsi, à cette ère de la globalisation, les chaines de valeurs internationales s’appuient sur la fiabilité et la performance du transport d’où la nécessité d’avoir des moyens de transport variés comme le BRT et le TER à Dakar et sa banlieue. Dans un système économique ou le temps perdu ne se rattrape jamais, les hommes d’affaires, les industriels et la population pourront éviter les pertes de temps qu’occasionnent les embouteillages dakarois avec la mise en place de ces infrastructures de transport.

En résumé, l’inter modalité du transport prévu par le Président SALL dans son programme « Liggéeyal Ellek » dans le quatrième des cinq accès universels qui constitue les services de mobilité collective afin d’assurer une connexion facile et très rapide entre les moyens de transports de passagers et même de fret est au rendez-vous.

Ainsi, le TER, le BRT et l’ensemble du système routier et autoroutier gravitant autour de Dakar et sa banlieue vont constituer un complexe d’activités tertiaires situées sur un nœud de communication très dense. Bref Dakar sera une zone émettrice de croissance qui mènera notre pays sur la voie d’un développement durable comme le prévoit le Plan Sénégal Emergent.

Mor DIALLO Logisticien

Membre de la COJER/Nationale

Coordonnateur de la COJER de Ranérou

laissez un commentaire