Ultimate magazine theme for WordPress.

Macky sème le désordre au sein de Yewwi…la coalition en eaux troubles

0

Les résultats des élections locales du 23 janvier 2022 laissent encore des gouts amers à moins de 90 jours des législatives. Et c’est Benno Bokk Yakaar de Macky Sall qui porte l’estocade. Les leaders de cette coalition sont en train de tout faire pour récupérer les zones qui les avaient échappés. Pour y arriver, la mouvance présidentielle peut compter sur des maires voraces et avides de pouvoir. Mais Yewwi Askan Win n’est pas en reste dans ce feuilleton politique. Khalifa Sall et sa bande ne vont pas laisser Macky Sall dérouler son plan. D’ailleurs les choses risquent de chauffer les jours à venir.

Les prochaines semaines risquent d’être déterminantes pour Yewwi Askan Wi. Depuis quelques jours, cette coalition voit ses membres quitter le navire pour rejoindre les rangs de Benno Bokk Yakaar. Le maire de Bambey est le dernier d’une longue liste de maires démissionnaires qui a rejoint la mouvance présidentielle. Cette transhumance commence à faire grand bruit. Les sénégalais n’arrivent plus à comprendre cette mauvaise stratégie de Macky Sall.

Dans ces précédentes éditions, Xibaaru revenait sur les dangers pour Macky Sall de s’entourer de transhumants. Mais le locataire du Palais n’en fait qu’à sa tête. Alors il devra prendre le risque de cheminer avec des politiciens vomis par leur base électorale. Mais dans les rangs de Yewwi Askan Wi c’est déjà la révolte contre ses pratiques. Certains membres de YAW commencent à demander des comptes aux maires qui sont reçus au Palais.

En effet, la coalition de l’opposition exigent des sanctions contre les maires qui sont reçus par le Chef de l’Etat. Les leaders de Yewwi estiment que ces maires élus sous leur bannière doivent rendre les suffrages des populations s’ils transhument vers d’autres formations. D’ailleurs, il ne serait pas surprenant de voir des bureaux municipaux invalidés. À quelques mois des législatives, ce bras de fer risque de faire des dommages chez Khalifa Sall et sa bande. Et c’est ce que la mouvance présidentielle recherche. Déstabiliser leurs adversaires pour mieux les battre aux élections.

Pour empêcher à Macky Sall de rafler tous les bons pions, Yewwi Askan Wi pourrait simplement demander à tous ses élus de signer une charte de non transhumance. Ce qui serait antidémocratique car tous les acteurs politiques sont libres de choisir la personne avec qui ils vont cheminer. Même s’ils deviennent des renégats aux yeux de certains, c’est leur droit le plus absolu. Tout ce que la bande à Khalifa Sall peut faire c’est de travailler de sorte que les sénégalais prennent les transhumants comme traîtres. Ainsi ils pourront les « exécuter » comme ils l’ont fait avec Idrissa Seck.

Yewwi Askan Wi n’est pas une dictature. Les nouveaux élus ont le droit d’être reçus par l’État central. Certains projets ne peuvent s’effectuer qu’avec l’aide du gouvernement. Une chose que le maire de Dakar a comprise. Ce n’est pas un hasard si Barthélemy Dias, qui ne voulait pas faire face à Macky Sall, a décidé de travailler avec lui sur certains projets. Les membres de cette coalition de l’opposition doivent aussi en tirer une leçon.

Travailler avec l’État n’est pas une fatalité. Et si Yewwi Askan Wi tire sur la corde, elle risque de perdre ses membres les plus récalcitrants. Mais à moins de trois mois des élections législatives, une razzia de Macky dans le rang des maires de Yewwi fait de nombreux dégâts. Et aujourd’hui, il n’existe aucun remède contre la transhumance des conseillers municipaux et maires. Aucune loi ne les empêche de transhumer comme c’est le cas à l’Assemblée nationale. Alors la bande à Khalifa Sall doit rester vigilante tout en gardant la main souple. Son avenir politique en dépend.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire