La maison de Léopold Sédar Senghor transformée…en Marché

Racheté par l’Etat du Sénégal, réhabilité à 750 millions FCFA et érigé en Musée, la vaste maison ocre de Léopold Sédar Senghor, sise sur la Corniche Ouest à Fann Résidence, n’est plus ce qu’elle était. Construit sur un terrain d’environ 8000 m2, « Les dents de la mer », comme l’appelait le défunt président poète commence à changer de visage.

Des passants offusqués ont envoyé à la rédaction des photos de la maison du président Léopold Sédar Senghor qui date des années 70. Situé sur la rue Leo Frobenius, le mur du Musée est désormais transformé en marché public. En effet, les marchands ambulants ont occupé cet axe. En plus de l’occupation anarchique, les murs de ce sanctuaire sont aussi transformés en porte bagages. Des ballons, des cartons, des sacs remplis de fruits…, ornent le décor. Des images pas belles à voir à cet endroit.

maison

Le grand poète-Président, Léopold Sédar Senghor, ne mérite pas ça de la part de l’Etat mais aussi du conservateur du Musée. Les principaux responsables sont ceux chargé de veiller à ce lieu sacré de la culture sénégalaise. Si cette anarchie s’est installée chez l’ancien président c’est parce qu’ils ont laissé faire. L’Etat aussi à sa part de responsabilité dans ce désordre.

Cette vaste demeure ocre de style soudano-sahélien a été réfectionnée par l’Etat du Sénégal à des centaines de millions. Depuis le 30 novembre 2014, elle est devenue « Musée Léopold Sédar Senghor », délaissée par nos autorités. Si le gouvernement actuel avait mis les moyens humains et matériels qu’il fallait, ce haut lieu ne serait jamais devenu un « petit Sandaga ». Car l’Etat détient le monopole du pouvoir.

L’indiscipline sénégalaise aussi y est pour quelque chose. Car on ne peut pas s’installer anarchiquement où bon nous semble.

L’Etat, au plus haut sommet, et les responsables du Musée, sont interpellés pour régler ce problème dans les plus brefs délais et donner à cette maison, « Les dents de la mer », son lustre d’antan.

A signaler que nos tentatives d’entrer en contact (Appel téléphonique) avec les responsables du Musée sont restées vaines.
Aliou Niakaar Ngom pour xibaaru