Malick Wade Gueye : « Fatick est victime du solo-politicien »

FATICK, quand le solo politicien des leaders fragilise l’émergence de la cité.

La notion de « leader » semble ne pas être compris par certains à Fatick. J’en veux pour preuve leurs actes posés à chaque événement depuis l’élection de notre frère Macky SALL à la magistrature suprême le 25 Mars 2012 (08 ans et 4 mois maintenant).

Les leçons de sagesse délivrées par les philosophes antiques ou les manuels de développement personnel se résument en un petit nombre de principes toujours les mêmes, censés améliorer l’existence de tout humain. Loin de converger vers un modèle unique d’existence, ces préceptes peuvent parler à tous et chacun peut en retirer un message important pour orienter ses actes envers la société.

C’est d’ailleurs l’une des raisons de leur succès universel. J’aimerais partager avec mes frères et sœurs de Fatick ces leçons afin que chacun et chacune de nous puisse tirer un message fort pour donner plus d’efficacité à notre pratique politique pour une meilleure prise en charge des problèmes socio-économiques et culturels de notre ville.,

Nous avons tous remarqué les actes que pose chaque leader politique dans son coin pour se faire une visibilité envers le couple présidentiel. Et s’il nous était demandé de faire le total de l’argent dépensé par ces derniers à l’occasion de chaque événement depuis l’avènement de son Excellence le président Macky SALL, tels que Tabaski, Korité, Tamkharit, Magal, Gamou, Fêtes de fin d’année et fêtes de Noël et récemment avec l’apparition de cette pandémie de COVID-19, on avoisinerait le milliard et plus.

Au même moment, la situation catastrophique des jeunes demeure entier et s’empire de jour en jour dans la cité. Imaginez si cet argent avait servi à financer un projet dans le secteur primaire, (agriculture, élevage et pisciculture), ou à la formation des jeunes. On aurait eu faire des pas en avant dans la réduction de la pauvreté.

Le paradoxe est là ; Fatick regorge de promus à des responsabilités mais la ville baigne dans une précarité extrême : manque d’infrastructures et d’emplois, insécurité et insalubrité, aucun cadre d’épanouissement pour les classes d’âge (enfant, jeune, adulte), absence de programme de développement local en court, moyen et long terme. Des écoles délabrées, des centres de santé démunis, une insécurité liée à une insalubrité sans nulle autre pareille : voilà l’envers du décor tant chanté par les affidés des responsables promus.

fatick

Tout se fait au jour le jour et en solo sans aucune approche participative des populations mais surtout des cadres de Fatick qui excellent dans beaucoup de domaines à travers le monde. Comme qui dirait qu’on essaie chaque jour de donner du poisson à la population au lieu de leur apprendre à pêcher.

En chaque événement, le même scénario revient: untel a donné tant de millions pour l’achat de moutons de Tabaski ou de bœufs, untel autre a donné des enveloppes, habillé des Talibés…, avec cette pandémie de la COVID-19, chacun y est allé à sa manière en faisant des dons de toutes sortes. Les actions posées sur une spirale qui tourne depuis plus de 08 ans à l’endroit des populations sont nombreuses, variées mais sans effets significatifs et avec peu d’efficacité.

Il est vraiment temps de s’arrêter et de réfléchir sur la mise sur pied d’un cadre de concertation des « leaders » pour trouver les voies et moyens qui permettront de soulager les problèmes sociaux des populations.

Et pour que cela soit efficace, efficient et bénéfique, il faut d’abord identifier les priorités. A mon humble avis, la priorité semble être l’emploi des jeunes, leur permettre de trouver un travail ou ils pourraient s’épanouir, trouver un vrai boulot, gagner un bon salaire et fonder une famille afin d’obtenir le respect des autres et le respect de soi pour devenir « quelqu’un de bien ».

Tout jeune conscient, cherche à enchanter son existence en se rendant utile. Ce peut être enfin mener une « bonne vie », c’est-à-dire une vie respectable en toute dignité. En somme, une jeunesse consciente doit penser à être active, à l’image de cette femme vendeuse de cordes qui a versé de chaudes larmes car se sentant désespérée après ses études en transit. Ils sont très nombreux à être dans cette situation au Sénégal dans presque toutes les localités.

fatick

Il est vraiment temps que l’Etat, les collectivités locales et le privé se penchent sur une politique d’emploi qui partirait du secteur primaire et l’une des solutions pourrait être le développement rural. Il faut investir dans l’agriculture pour stopper l’exode de la jeunesse.

A partir de là, on peut offrir à beaucoup de jeunes non qualifiés leur premier emploi. L’autre possibilité, c’est le numérique. Les jeunes du Sénégal sont très connectés et pourraient valoriser cette compétence. Le secteur du digital est en pleine croissance de nos jours. Enfin, les investissements publics dans l’éducation et la formation sont indispensables pour développer nos localités.

Des milliards de francs dépensés lors des fêtes auraient pu servir à construire des centres de formation professionnels dans certaines localités. En un mot, nous devons tous penser à une vie active pour la jeunesse avant de penser à fêter. Vivre ce n’est pas de fêter, vivre c’est agir et s’accomplir. Une force vitale est en chacun de nous, elle demande juste à s’exprimer, offrons lui les moyens pour le faire. Que ceux qui en ont le fassent et cessons d’être des capitalistes égoïstes.

De ce point de vue, toutes nos actions, toute notre entreprise humaine sur cette terre se résumeront sur les bienfaits pour copier Dieu qui nous a Lui-même gratifié de richesses. Et si Dieu faisait comme nous?

L’art de vivre relève donc du manuel de combat mais il faut donner de la matière à tous les combattants pour mener ce combat à bien afin de donner sens à notre existence sur terre. La vie passe et tout s’effacera ; pensons-y. J’ai dit

Malick Wade GUEYE, fils de Fatick, depuis Marseille /France.