Ultimate magazine theme for WordPress.

Mamadou Aicha Ndiaye résume ses 25 ans de contact avec…Golbert

Golbert Diagne en Médaillon et Mamadou Aicha Ndiaye en gros plan
0

HOMMAGE: LETTRE D’ADIEU À ALIOUNE BADARA DIAGNE« GOLBERT » par Mamadou Aicha Ndiaye Journaliste

Résumer nos 25 années de contact, d’échanges, de conseils, de faits, ne sera pas chose aisée. Je sais. Je me prêterai quand même à l’exercice pour ancrer, stabiliser ton investissement humain, lequel je peux certifier. Parler du phénoménal 5G (Golbert, gagneur, généreux, générateur, gentleman), c’est tenter d’arrêter la mer avec ses bras ou tracer tout l’océan d’amour que je porte pour cette défunte honorabilité, de sa cité et des populations de Saint-Louis. La ville natale de mes enfants m’a tout donné. Des déluges, des diplômes, des destinées qui font aujourd’hui ce que j’aspirais à devenir. Alioune Badara Diagne  en a contribué de fort belle manière.

Avec Golbert, c’est tout ou rien. D’abord chez lui, c’est la foi en un idéal de vie, ensuite les savoir-être, savoir-faire, l’amour de soi, le sérieux mais surtout la poly compétence, c’est la marque de fabrique que j’ai consolidée avec mon Maître.

De par sa formation, sa confiance, sa radio, et sa générosité, j’ai appris beaucoup de choses avec Golbert. J’ai appris à écrire pour la radio avec lui, avec Feu Abdoulaye Niang. Je me suis enrichi par des échanges fructueux avec Ben Makhtar Diop, mon frère et confrère.

J’ai appris à prendre l’antenne aux heures de zénith, comme aux heures perdues de la nuit. J’ai appris simuler un direct, à travailler la voix, à reprendre mes papiers corrigés, à réaliser, appris à présenter des productions radiophoniques, à faire le journal parlé, à animer des débats.  Bref, j’ai appris la radio bien avant mes études en journalisme et mes stages de cheminement international. Avec gratitude, j’appelais Golbert très souvent pour prendre de ses nouvelles au téléphone, et il me rendait cette courtoisie d’un ton enjoliveur, tout le respect qu’il me portait.

J’ai titillé les magnétophones à bandes, j’ai tiré des hectomètres des fils, rien que pour faire vivre un évènement en direct, retransmettre sans le téléphone, une actualité à des populations qui voulaient comprendre, alors que je n’étais pas technicien.

J’ai fait le sport à la radio, la musique, la société, la politique, l’économie, la pêche, le religieux et même l’animation à l’antenne. Golbert me corrigeait à chaque faille. Il n’était pas Cestien, ou que sais-je, encore moins produit de l’INA ou de l’École Supérieure de Journalisme, mais ses prouesses diversement appréciées se basaient sur une démarche éthique trempée des rigueurs déontologiques.

De notre commun serment je retiens quatre choses : la franchise interrelationnelle, le don de soi, le travail, et la bénédiction du Maître après de bons et loyaux services. Je suis béni par Golbert et j’en suis honoré et reconnaissant. C’est lui qui m’a convaincu que souvent que les meilleurs journalistes ne proviennent pas des élites de la formation standardisée.

Avec lui, j’ai manipulé le Nagra, enregistré avec les cassettes, bobiné à l’écritoire, avant mon initiation au droit des médias, de la différence des genres rédactionnels et du basculement au numérique.

Cette lettre d’adieu que je t’adresse Golbert prouve que tu es homme émotif certes, mais celui qui a accompli sa mission.  Au baptême de mes enfants, tu étais là. Avec tes outils, je me suis forgé.

Pour les honneurs, les amis, les succès, les réussites professionnelles, le mariage, les contrats de prestation de services. (Fondation Paul Gérin Lajoie, la Confemen, la Francphonie, le Crous, les ministères, etc… tu étais encore là sans rien attendre en retour.

El hadj Alioune Badara Diagne Golbert, tu es parti m’a dit ma mère, tôt ce matin de vendredi 3 avril 2020. Pourtant, on avait encore des tas de choses à discutailler.

Tu étais pour moi un serviteur exceptionnel.

J’ai perdu à l’instar du Sénégal un as d’ami, un stimulateur, un baroudeur, un croyant, un communicant, un directeur, un émérite pater, un fabuleux reporter, un supérieur intelligent et courtois.

Au demeurant, je dégouline mes larmes, hume l’émoi qui me vibre de cette perte incommensurable que tu voyais venir. Je sais que rien n’était évident pour toi, Alioune Badara au début, mais au finish tu as jubilé humblement. Tu as cru en ton potentiel, à ton sillon comme le Pr Iba Der Thiam l’avait cru en lui étant moniteur de collectivités éducatives et a réussi pour devenir.

Golbert tu es parmi les formateurs et encadreurs qui m’ont beaucoup marqué. Cent pages ne me suffiraient pas à tout raconter. Juste exprimer mon peu du su, dose nécessaire pour calmer ma mélancolie, mon désarroi, ma stupéfaction et surtout ma peine dans ce printemps canadien.

Le contexte du COVID-19 impose ses mesures de couvre-feu et d’état d’urgence s’opposant à ta volonté d’être populairement accompagné vers le cimetière, comme tu l’avais souhaité. Comble du paradoxe, je suis à des milliers de kilomètres meurtri et blessé par sa mort, mais me relève du choc.

Tu pars un 3 avril, alors que tu fêtais en qualité de républicain chaque 4 avril, (fête nationale). Golbert qui défilera pour toi, lorsque le clairon passera après le défilé civil ?

En cette 60 eme édition de la célébration de notre indépendance tu rejoins ta dernière demeure et nous manques déjà. Je prie le Pardonneur de te recevoir dans son paradis.

A l’évidence plus on vieillit, plus des gens vieillissent autour de nous aussi. Au bout du processus, on se rapproche de la mort. C’est ainsi le « cycle of life », souvent il nous étreint, nous surprend. Je reste avec ce que tu m’as apporté à la vie.

El hadj Alioune Diagne « Golbert » est parti, Djibi Ngouille Ndiaye est parti, mon père est parti, Pape Diouf aussi, Manu l’ami d’Etienne, certains amis, des collègues mais toujours l’absurdité d’une faucheuse reste imperturbable et s’en fout de nos maux et de nos peines.

Piqûre de rappel : Golbert mon 5G et dopage naturel.

Galant Golbert, notre généreux gagneur, générateur de talents est gentleman jusqu’aux os.  Je me remets au Décideur (Dieu) et me souviens…

Benjamin d’une dynamique équipe pédagogique, très dévouée et aguerrie, je rejoignais « douze craies en main » de l’école Mamour Diallo à l’IEF Saint-Louis1.

Grâce à l’inspecteur El Moustaph Fall, chef de la circonscription de l’époque, j’ai approché celui qui sera ma figure de proue en journalisme, comme fut feu Inodore Thiam, mon défunt maître à l’école primaire.

L’inspecteur FALL fut conduit à moi par mon directeur d’école Médoune Guèye pour une inspection ordinaire de classe, juste à l’entrée de ma classe. Il y’a 25 ans maintenant.

Il était 8 heures passées de 20 minutes, un matin de Novembre 1995, les élèves s’agitaient.

Je tenais une classe de CM1 et déclenchais matinalement une leçon d’éducation civique.

Le visiteur venu inspecter ma pratique et mon organisation interne de mon groupe-classe avait fini de prendre place. Il lit mes documents d’affichage, notamment ma répartition mensuelle, ma liste nominative, le cahier-journal de classe, les registres d’appel et autres fiches du jour avant de m’inviter à lui faire trois leçons. Ma classe de CM1 était d’un bon niveau.

Une séance de français, (grammaire)puis, une de mathématiques(système-métrique), et enfin une leçon d’éveil (sciences d’observation) sont déroulées. Une autocritique, puis une évaluation notée devait boucler une inspection qui s’est correctement tenue.

Après ces leçons, M. Fall remplissant une fiche de notation dans laquelle, il y avait la rubrique connaissances accessoires: je révélai à l’expert mon dessein de devenir communicant en plus de mon statut de pédagogue. Golbert m’en a encouragé et dopé.

J’ai initié le concept de radio-enseignement à travers une production « Quiproquo », « Le Bassin de l’éducation » pour remédier des malentendus, des maladresses, et un vide occasionné par des déperditions scolaires en mettant mes élèves, des collégiens et autres lycéens au cœur du processus d’intérêt et d’émulation dans les enseignements-apprentissages par travers les Tic et les ondes hertziennes. On était en 1996.

Un homme de média, formateur soucieux de la transmission du savoir

Durant 12 années j’ai servi sa radio avec brio. J’ai appris et fait apprendre des stagiaires à la radio.

L’amabilité des auditeurs, la des collaborateurs, ses ordres étaient suivis.

Golbert a transmis son savoir à tout un contingent de journalistes qui tient la dragée haute. D’un commerce facile, Golbert fut cet homme de média qui a su donner voix, joie, et foi à ses encadrés, ses auditeurs qui adulaient la station 103.2

Je venais de finir ma première année de journalisme à distance avec un institut international de formation. L’inspecteur Fall me félicita allègrement vu mon effort d’instituteur assoiffé de connaissances, mon âge, car étant le plus jeune formateur.

Je rechasse des noms d’aînés : Amadou Dia, Madeleine Tine Fall, Fama Guèye Ndao, Sidi Boye, Adama Fall, Ibrahima Fall, Ami Ndiaye, Adja Khady Seck, Djeumb Dia, Ndéye Ngilane Diallo, Salimata Mara, Doudou Seck, Alioune Diouf, pour ne citer que ceux-là, mais surtout pour mon ambition de devenir journaliste.

« Ins » Moustapha satisfait, me promit de me mettre en contact avec Golbert Diagne, qui était son ami et voisin pour un encadrement en communication. Ainsi naquit le début d’une fusion entre Diagne et moi, une sincère collaboration qui a prévalu jusque sa mort ce 3 avril 2020.

L’ancien Directeur régional de RTS 3 était un républicain entier.

Cette recommandation synonyme d’émulation m’a permis de rencontrer l’ancien chef de station à la chaine 3 de Radiodiffusion télévision Sénégalaise dans son bureau, sis à la pointe nord.

Un soleil au zénith de 1996, je venais de boucler cinq années de services à Gandé (Diawara) et quitter l’IEF de Bakel, où des populations hospitalières et reconnaissantes et des élèves déterminés m’ont bien traité pour entamer la seconde année avec des défis.

Affecté à Saint-Louis, Feue Dieynaba Ndiaye et l’officier Samba Ndao abritent le revenant. Pape Ndiaye et Soukéye Ndiaye furent témoins.

L’environnement citadin, la complexité du paysage socio-pédagogique, des parents protecteurs et affectifs, des enfants, élèves de la langue de Barbarie très ludiques, qu’il fallait prendre en main sans hésitation dans un secteur de pêche en plein essor qui ne facilitait pas à l’enseignant son sacerdoce.

Nonobstant tout ceci, il fallait être à jour dans sa classe, être correct avec tout le monde. Poursuivre mon ambition en journalisme, progresser, servir la radio, s’occuper de ma petite famille et rester professionnel, c’est à dire s’ancrer dans la pédagogie, fut un défi.

Il fallait tenir, être bon à l’école pour mes élèves et être parmi les meilleurs journalistes de l’axe Louga, Saint-Louis, Matam et du Sénégal à cette époque. Dans cet objectif j’ai fait de mon mieux.

Je me suis évertué à honorer mes plages radiophoniques, mes émissions hebdomadaires, mes reportages, mes directs, et mes tâches de pédagogue, jusqu’à l’obtention de mon CAP en 2000, et mon certificat en journalisme. Le plaisir était immense pour Golbert à mon admission.

Ce qui marqua mon apprentissage sous ses épaules, c’était son engagement pour la patrie. L’ancien directeur de la chaine 3 de la RTS, Golbert était un républicain. A la veille de chaque discours du chef de l’état, il faisait vérifier tout. La régie, les studios, les câbles, les microphones, les enceintes, les enregistreurs avant de tenir les dernières réunions de rédaction. Ordre donné, nous faisions les choses comme des galvanisés.

Un reporter alerte et renifleur d’informations

Golbert était ce surdoué de la communication. Un dé programmateur d’antenne qui savait résoudre n’importe quelle équation, à la seconde près. Il savait transformer les difficultés en opportunités. Le pas vif, entre le service commercial et son bureau niché à l’extrême de la bâtisse, il était capable de faire plus de 5 kilomètres de va et vient dans les bureaux.

Il pouvait s’adosser sur le mur de la gouvernance, jambes croisées, lunettes de soleil bien visées, seul ou en compagnie, scrutant l’aube naissante du dimanche matin racontant les bons vieux temps de la ville vieille de 361 ans.

De sa résidence sise à l’étage supérieur, il ne ratait aucune minute du programme qui déroulait à l’antenne. Voilà qu’un reporter hors pair nous quitte, un renifleur d’informations prêt à sauter dans sa voiture et poursuivre une voiture pour comprendre ce qui se passait derrière un déferlement de visiteurs.

Il voulait tout le temps pour se mettre à l’évidence de ce qui se passait dans sa ville. Tel un félin, il pouvait guetter des occasions commerciales, des évènements sans harceler le commanditaire.

Il savait donner ce sourire étincelant quand il faisait appliquer une décision à un maire, à un commissaire de police, à un préfet, à un gouverneur ou même un ministre tellement il savait communiquer avec son monde sans les lasser ou les contraindre.

Avec tact et intelligence il savait décolérer un journaliste par une petite histoire anecdotique sans ne le ridiculiser ni le sanctionner.

Debout au seuil de la radio et entouré de techniciens, d’animateurs, ou de journalistes, il savait saluer les passants, brandir une main à un chauffeur, ou recevoir illico presto un visiteur qui débarque à la radio pour faire sa connaissance.

Il pouvait aussi se soustraire sans qu’on ne sente son absence. Envahi par un désir humain de se sentir seul, il se retirait quand il voulait.  Pour magnifier un juteux contrat qu’il venait de faire parapher avec une société de la place, il pouvait offrir des billets de banque, acheter du bon poisson pour sa famille, aider les nécessiteux de la ville qu’il chérissait tant.

Golbert fut cet altruiste générateur qui proposait des sujets de reportage ou livrait des messages dans son oral de midi et demi (Ndar Ragne), juste après le journal parlé pour sensibiliser tout Sor.

De Tendj Gui Guèn, (marché de Sor), à Mpal, de Khor à Ronkh en passant par Ross Béthio et il savait amadouer le quartier de Balacoss, sermonner le district de Guet Ndar, rectifier Ndjolofène, caresser les populeux quartiers de Darou, de Goxumbacc, et de Léona ou piquer l’orgueil de Pikine d’un verbe dont il tenait sa grande amicalité.

D’ailleurs, il était le seul à pouvoir calmer par le micro la colère de ses parents de la Langue de Barbarie, tellement il savait utiliser les témoignages et mots pour faire baisser la menace de l’autre rive du fleuve. Pondu Xolé connaît cet orateur, ce Maître de cérémonie, ce « timekeeper » (chronométreur), adepte de la culture et des solennelles rencontres tenues à la chambre de commerce, à la Place Faidherbe, ou au Quai des arts.

Golbert en gentleman savait reprendre son microphone de MC des mains des belles cantatrices, sans fâcher les artistes. Adja Ndoumbé Daour Seck, Diéye Saxophoniste (l’an 2000) en témoigneront.

Je me souviens…

Je me souviens encore de nos belles audaces de jeunes reporters, de nos agissements zélés, mais tairai quelques abus de débutants que nous faisions. Le maître s’énervait juste un quart d’heure et conseillait de nouveau ses « brebis travailleuses » que nous fûmes pour d’autres défis qui pointaient à l’horizon.

Je ferai l’économie de notre inaugural tête-à-tête, de son acceptation à me former, de son projet de création de Radio « Fréquence Sorcier » devenu plus tard « Fréquence Téranga », des périodes d’inondation de 2003, des émetteurs en panne, des festivals de Riti (Kalidou Dia), des passages de nos fans à la radio, de la diligence de son projet de radio que le Président Abdou Diouf a porté avant de lui accorder des faveurs pour que son rêve soit réalité. Golbert est un cœur gentil qui savait rire, pardonner et pleurer s’il le fallait.

Mon compagnonnage avec Golbert Diagne, c’était plus que du professionnel. Ce fut du tout en un. Un mariage de raisons et de valeurs, ce n’était pas de l’argent. Il m’entend.

Je l’informais de tout. Mon entrée au Cesti, mon premier voyage en France, à l’université de Caen, mes premières émissions enregistrées sur les magnétophones à bandes. Golbert était ce ferme formateur qui ne tolérait pas mon blanc de débutant à l’antenne.

Alpha Sy, Ben Makhtar Diop, Kalidou Dia, Seydou Guissé, Ousmane Dia, Rokhaya Badiane, Awa Sidibé, Mamadou Lamine Ndiaye, DJ Oussou, Baye Mor, Makhou Mbengue, Abasse Diakhaté, Adama Séne, recevez mes condoléances. Que d’eau sous les ponts. Dans cette famille c’est presque une dizaine de générations. Faut-il rappeler que je fusse partie des pionniers ? En tout cas, nous sommes meurtris et orphelins de ton départ Diagne.

C’est quelques temps après que les vagues de confrères Alioune Badara Fall, Boubacar Kambel Dieng, Moussa Diagne (Colombo), Momar Alice Niang, Bougane Gueye Dani, Mariane Senghor, Abdoulaye Guèye Gabez, Mohamed Naby Sylla, Moussa Tall, Amadou Sy « Péthial », Pape Malal Diagne Junior, Ami Collé Diagne, Fifi Diagne, rejoignirent le bateau.

Ensuite, les Mouhamadou Bâ (Ricardo), Ousseynou Diop, Ndiapaly Niang, Cheikh Diongue, Michel Ndione, DJ Dou, Baye Diagne et que sais-je encore, (…) ont repris le flambeau de cette radio.

Golbert a contribué à l’initiation, à la progression, à la maturation de plusieurs d’entre nous au plan journalistique et humain. Je ne prendrai jamais le risque de parler de Golbert par crainte d’en omettre. Autant de titres de livres se déclineraient dans cette sentence.

Le journalisme chez Golbert ? 

Si le journaliste pourrait être celui qui exerce une activité ayant pour objectif d’informer un public, sur une base quotidienne ou périodique, par l’intermédiaire de nouvelles ou de commentaires, au moyen d’un canal de diffusion, tels le Web, la presse écrite, la télé ou la radio, Diagne est une parfaite représentation.

A l’école de Golbert, le journaliste c’est d’abord le sens inné de la raison et de la mesure combinée à une capacité de rester digne, puis, donner une information sans la vicier.

La recherche, l’analyse et l’organisation des éléments d’information comptent parmi les principales tâches liées à la pratique journalistique nonobstant la dignité de dire non quand il le faut et de soutenir quand c’est l’intérêt des masses populaires. La sacralité des faits, Gol y tenait, les commentaires citoyens beaucoup mieux.

La facilité du père de Malal Junior à mobiliser, fascinait tellement sa spontanéité, son audace, sa concision faisaient de lui un journaliste rare. Que de prédominances, de domaines de prédilections. Une vingtaine de flèches était sur son arc. « Diagne » était la référence des dramaturges, l’orfèvre des arts et des lettres, le régisseur d’antenne, l’inventeur des scènes, le maestro de la sape, le répartiteur, le promoteur des sites religieux, l’alerteur, l’assistant, le commis de l’état, le défenseur des causes sociales, le sculpteur de la beauté saint-louisienne, le témoin des gloires sportives, le musulman sans confrérie, le père exemplaire, le tolérant époux. Autant de titres romanesques qui pouvaient faire l’objet de récits.

Embarras d’un choix personnalisé

Face à sa mission bien remplie, face à ces projets de titres je me demande lequel choisir : « Golbert et l’Islam », « Golbert et Saint-Louis » « Golbert et la Famille ». « Golbert et les arts ».  « Golbert et le mariage ». « Golbert et le Fanal ». « Golbert et le Bara Yeggo ». « Alioune Badara Diagne et le Wazifa Tidiane ». « Golbert et le NdarRagne », « Golbert et le 4 avril », « Golbert et la presse », « Golbert et la prière du Vendredi », « Golbert et le Festival de Jazz », « Golbert et les 2 Raakas », « Golbert et les Régates de Saint-Louis », « Golbert et les récitals de coran de Thiaka Ndiaye et de Marmyal », « Golbert et le commandement territorial », « Golbert et les talibés », « Golbert et les politiques ». « Golbert et la culture » « Golbert, les sports et ses confrères Balabasse Diallo, Sa Thiobi Abdoulaye Diaw ». Un vrai embarras du choix.

Un fidèle en amitié 

Youssou Ndour, Abdou Diouf, Ali Bâ, Vieux Doro, Mamadou Lamine Ndiaye, et plusieurs saint-louisiens, sénégalais et citoyens du monde se retrouvent dans cette humanité.

L’amour de Golbert pour son pays, pour Abdou Diouf et Youssou Ndour est incommensurable…Golbert fut l’ami des élus locaux, des maires de Saint-Louis, avec le doyen des journalistes, l’ami des écoles coraniques, des démunis, des talibés et des sportifs.

Dans mes centaines d’émotions avec Golbert.

« Mamadou Aïcha félicitations » me disait souvent le Maître. Oh combien il aimait entendre ses poulains réussir un beau travail. Il le vivait, il le magnifiait, il le scandait. « Vous êtes magnifiques, toute la ville vous félicite, je suis fier de vous » nous lançait ce feu follet qui, poste collé à l’oreille, nous suivait de près. Je me souviens de ses consignes dopantes pour narrer un direct. Le jour d’un 1er avril, nous annoncions sa fausse mort. (Poisson d’avril) qui a fini par des torrents de larmes. My God !

A l’occasion des importantes visites, dès que l’avion présidentiel transportant Abdou Diouf, Abdoulaye Wade, Jacques Chirac, Maouha Ould Taya, Pédro Pires, Alpha Condé, Amadi Toumani Touré, Yaya Jammeh, et autres hôtes de Saint-Louis, touchait le tarmac de l’aéroport international de Bango, je mettais en pratique les techniques de description léguées par Golbert d’un genre auréolé d’une concision chirurgicale.

De mes envolées radiophoniques, tel un magicien, Gol s’incrustait dans mon direct entre un répit pour me dire ce que je pouvais améliorer dans mon direct. Dans les espaces, cabines des stades Abdoulaye Diagne, Me Babacar Séye ex-Wiltord, au stade Léopold Sédar Senghor, (stade Amitié) avec l’équipe nationale de football, avec la Linguère de Saint-Louis des Dr Feu Moustapha Kandji, de Me Abatalib Guèye, des Pdt Ababacar Sy et Dr Dia c’était toujours la même formation que Diagne dispensait.

La même hargne, lors des congrès du parti socialiste couverts à la Maison du Parti, en (1996), avant le congrès sans débat, lors de la création de l’Union pour le Renouveau Démocratique, avant l’AFP (Alliance des Forces du Progrès) que de souvenirs partagés… Un de ces moments inoubliables surgit. Avec du peu nous avions réalisé de belles prouesses.

J’ai fait le journal parlé de 18 heures d’un 15 aout 1996 sur la plage de l’hydrobase, tu nous galvanisais. Puis j’ai réussi à la présélection au CESTI, dans l’intimité de ton bureau tu m’as dit ceci: « Que ça marche au final ou pas, ne lâche pas tu as du potentiel en journalisme, ça viendra ». Nous étions en 1997

J’ai vu s’assécher l’embouchure à dans le Gandiol.  J’ai rencontré et interrogé les rescapés du bateau Joola, quelques heures après le naufrage. J’ai entendu le groove du Jazz et le tintamarre de la nécessité ou pas de perdurer ce festival, toujours Golbert revigorais la troupe en crachant ses vérités d’un doigt pointeur. C’était de 1996 à 2006.

J’ai vécu les pires inondations de Saint-Louis, tu étais dans le peloton des secouristes pour aider. Les téléthons, les récitals de coran, les directs de messes à l’église Notre Dame de Lourdes, à la Cathédrale, dans les paroisses de Khor, à la fête de moisson des protestants, tu nous guidais.

Golbert tu pouvais encore rester avec nous 

J’ai assisté, pris part au passage de Serigne Mourtada Mbacké à la radio FM Téranga, aux passages des Chérifs de quelques khalifes généraux, de quelques érudits, des ambassadeurs, des malades, des nécessiteux, des sans voix, tu as toujours accueilli, donné sans compter, jusqu’à la lie, tu offrais le bien-être à tes semblables J’ai été choqué d’apprendre la disparition de centaines de notabilités politiques, religieuses, coutumières, sportives de Saint-Louis. Serigne Mamoune Ndiaye, feu Almamy Matheuw Fall, Cheikh Abdoulaye Dièye, Papa Samba Diop est parti et Saint-Louis a trébuché. Ibrahima Mbida Fall aussi, le parti socialiste l’a senti. Bayou Mbaye, El hadj Madické Wade co-initiateur des deux « Raakas » de Ndar, Serigne Abdou Lahat Seck, El hadj Mansour Seck, Adja Diabou Seck, Douzaine Séye, Ehadj Madior  CISSE, Baye Gallaye, El hadj Momar Sourang, El hadj Abibou Dièye, Yaye Awa Samb, le chef de quartier de Goxu-Macc Abeydad Fall, les Linguères  Adja Ndiémé SY, Adja Mame Séye Diop, l’Inspecteur Aw, Ousseynou Niang de Goxu Mbacc, Elhadj Abdou Majib Diop l’Imam, Mapote Ndiaye, le grand dirigeant de Sindoné et de Cosmos, et d’autres sont autant  de personnalités, parents, amis, frères et sœurs que je garde en mémoire et pleure encore.

A présent, ta mort nous soustrait quelque chose de si important, de si intime. Ta sortie nous émeut, mais ne nous fait point peur. Tu sors par la belle et grande porte Golbert, car tu savais que ce vendredi allait nous rattraper.

Cependant, cher digne lion, ton rugissement nous manquera, ta voix aussi, ton franc-parler, ton abnégation, ton courage, ta diplomatie, ta galanterie, ta classe.

Ta chute cher « Baobab » ne fait pas plaisir à tes nièces, fils, et neveux qui souhaitaient te connaitre mieux, te garder aussi longtemps mais Dieu en a décidé ainsi. Dors en paix et que ton âme soit au paradis.

Bien confiné et triste depuis cette ville nord-américaine je partage ma peine qui m’envahit avec ceux et celles qui me consolent. Tous regrettent ton rappel à Dieu.

Je te promets de passer comme d’habitude nous entretenir et me recueillir. En attendant, je te redis spécial Maître Merci. Reçois mes prières je renouvelle toute ma gratitude cher Directeur et salue ta mémoire. Alamdoulilah !

Mamadou Aicha Ndiaye, ancien reporter de Téranga FM

Journaliste-Université Laval

Québec- Canada 10 avril 2020

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra