Ultimate magazine theme for WordPress.

Marchés de Force covid-19 : Mansour Faye tente de défendre l’indéfendable

M. Mansour Faye ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale
1

Voilà ce qu’il arrive quand on cherche à défendre l’indéfendable. Parfois, mieux vaut apprendre à se taire. Le ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale M. Mansour Faye s’est risqué hier à un exercice plus que compliqué pour lui. En voulant rejeter en bloc les accusations portées contre le gouvernement sur les marchés d’attribution pour l’acquisition du riz et l’acheminement des vivres destinés aux populations démunies dans le cadre du Plan de résilience économique et social mis en place dans la lutte contre le covid-19, Mansour Faye s’est finalement emmêlé les pinceaux.

Faisant preuve de grande maladresse, Mansour Faye comme l’a si bien relevé Birahim Seck du Forum civil, n’a pas fait preuve de rigueur, hier, durant sa sortie. « Parce que si un ministre va jusqu’à dire qu’il ne connaît même pas le tonnage qui est donné à un attributaire pour le fixer entre 30 000 et 35 000 tonnes, je pense que ça pose énormément de problème. Si également le ministre ne peut pas donner une réponse pour savoir si l’entreprise qui a bénéficié de l’attribution de riz dispose du stock total ou bien des 800 tonnes dont il parle, je pense qu’il y a énormément de problèmes », souligne Birahim Seck dont les propos sont repris par Dakarmatin.

Mansour Faye ne pouvait pas faire mieux. Les conditions dans lesquelles, celui désigné comme le principal bénéficiaire du contrat sur le riz révèlent une véritable nébuleuse. Nos confrères de La lettre quotidienne ont fait des révélations qui indiquent que dans cette affaire, il y a beaucoup de non-dits.

Selon La lettre quotidienne, c’est la compagnie Louis Dreyfus Commodities appartenant à l’ancien propriétaire de l’Olympique de Marseille, le défunt Robert-Louis Dreyfus qui serait le principal bénéficiaire de ce marché du riz qu’il finira par sous-traiter « avec un de ses traders locaux, un libanais, membre de la famille Bourgi qui à son tour a renégocié avec l’autre libanais, Rayan Hachem ». Pour cause, ni Louis Dreyfus Commodities ni le membre de la famille Bourgi, « ne disposant pas d’une société de droits sénégalais, (ils) ont décidé de travailler avec la société Avanti Suarl qui elle, était éligible aux conditions fixées par le gouvernement ».

Aux yeux des importateurs de riz laissés en rade, ceci constitue un gros scandale, d’autant qu’ils défient Rayan Hachem de prouver une seule fois avoir auparavant importé du riz. Ce n’est pas tout. Faisant montre d’une grande insouciance, Mansour Faye déclare à qui veut l’entendre, n’avoir pas été mis au courant que la Société urbaine d’entreprise (UDE) de Diop Sy à qui on a attribué le gros morceau du fromage pour le transport des denrées, est en cours de liquidation judiciaire. Non mais, on rêve ou pas ? C’est à la limite narguer les Sénégalais, pour un ministre de la République de déclarer ignorer qu’il a attribué un marché à une société en cours de liquidation judiciaire.

Décidément Mansour Faye ne cesse d’élargir le fossé qui le sépare du peuple, et s’affiche de plus en plus comme le Karim Wade du régime de Macky Sall.

La rédaction de Xibaaru

Afficher les commentaires (1)