Miss Univers : une d’entre elles avoue être…lesbienne

Ce dimanche 8 décembre, la ville d’Atlanta accueillait la 68e édition de Miss Univers. C’est la jeune, représentante de l’Afrique du Sud, qui a reçu le prestigieux titre de Miss Univers 2019. Maëva Coucke atteint également le top 10, et décroche la 7e position pour la France. Bien qu’elle n’ait pas atteint le top 20, Swe Zin Htet rentre dans l’histoire de la compétition. En effet, la Miss Myanmar 2019 est la première candidate ouvertement homosexuelle à s’être présentée au concours.

La jeune femme a fait son coming-out le 29 novembre dernier à l’occasion d’une interview accordée au site Missosology. « Je bénéficie d’une tribune via laquelle, si je déclare que je suis lesbienne, aura un grand impact sur la communauté LGBTQ en Birmanie. » explique la reine de beauté. « En Birmanie, les personnes LGBTQ ne sont pas acceptées, méprisées et discriminées. » déplore-t-elle. Swe Zin Htet explique avoir pris conscience de son orientation sexuelle aux alentours de ses 16 ans. Dans un premier temps, ses parents auraient été « en colère » : « Au fil du temps, ils se sont renseignés sur la communauté LGBTQ et ont fini par m’accepter telle que je suis. »

Pour rappel, l’homosexualité est illégale en Birmanie. Le Code pénal y prévoit des peines allant de 10 ans d’emprisonnement à la perpétuité. « Nous sommes honorés d’offrir une tribune à des femmes fortes et inspirantes comme Miss Myanmar qui sont assez courageuses pour partager leur histoire avec le monde entier. » se réjouit Paula Shugart, la présidente de Miss Univers.