Modou Fall : « L’artisanat est un univers de créations et d’emploi »

Le salon international de l’artisanat de Dakar 2020 prévu du 05 au 10 mars 2020 est une tribune privilégiée pour notre pays et pour le reste du continent dont le savoir faire artisanal n est plus à démontrer. C’est l’occasion de rappeler que le Sénégal et ses partenaires notamment africains ne peuvent plus se contenter du peu dans un secteur où ils sont en droit d’espérer et même de montrer plus.
Le thème retenu pour cette deuxième édition montre à quel point ce secteur est porteur d’espoir pour notre continent et pour le reste du monde .Cette rencontre doit aider à matérialiser les besoins contenus dans le tryptique : Emploi, Formation professionnelle, et Artisanat, un sous thème qui révèle l’intérêt dont regorge le conclave de Dakar.
L’artisanat est l’un des rares secteurs qui procure un développement dans tous les sens de la vie.
Le sens économique
L’économie trouve dans l’artisanat un partenariat permanent et varié. C’est un secteur pourvoyeur d’emplois, un marché pour les échanges et une source de revenus pour les acteurs. Les véritables profiteurs de l’artisanat alors doivent être les artisans d’abord et c’est tout le sens de cette 2eme édition du SIAD.
L’emploi
L’artisanat est un secteur pourvoyeur d’emplois et même d’emplois durables pour la plupart du temps. Aussi longtemps qu’ils demeureront, les maîtres de la fortune dans les secteurs, les artisans seront pourvoyeurs d’emplois car leurs entreprises l’exigeront. C’est un secteur encore sous exploité en terme d’emploi et même d’auto- emploi.
Formation professionnelle
Nos artisans sont créatifs mais ils ont besoin de formation. La production doit être adaptée aux normes internationales pour gagner en compétitivité .Il y’a certes un volet un volet éducatif dans l’artisanat qui se transmet de génération en génération mais il y’a un levier scientifique à activer pour garantir l’emploi à nos artisans car même ceux qui sont diplômés ne sont pas immédiatement opérationnels. L’initiation ne suffit pas pour inculquer tous les critères de performance à nos artisans. Il faut à partir de la formation réussir à déraciner notre Artisanat qui est trop local et peu ouvert aux normes du marché mondial.
Le sens culturel
La culture est le domaine qui se renouvelle constamment et se conserve dans l’artisanat Certains de nos artisans sont garants de nos coutumes et même de notre patrimoine culturel aujourd’hui en péril. C’est aussi une des voies pour la promotion de notre culture.
Le sacré
C est le côté sacré de l’activité artisanale qui lui assure une convergence avec le cultuel. L’artisanat joue une part d’esthétique aux côtés de nos religions. Cela se manifeste à travers les œuvres artisanales qui meublent nos lieux de culte et même de sépulture. De l’accoutrement aux tapis de prières en passant par les fresques et d’autres accessoires l’artisan demeure maître du beau et de l accueil.

LE BIEN FONDÉ DU SIAD
L’artisanat, Facteur de création d’Emplois et de génération de Revenus. Un thème mais
surtout une règle de confort qui bien exécutée doit permettre au sortir de cette deuxième édition du SIAD de comprendre quels seront les lendemains de ce secteur qui a un potentiel jusqu’ici méconnu ou mal exploité. Ces genres de rencontres qui visent le bonheur de l’artisan doivent s’intéresser à l’artisan et à son œuvre car c’est un secteur qui doit générer des revenus pour nourrir son homme. Toutefois c’est la compétitivité qui doit servir de promotion à notre artisanat.

Fait à Dakar, le 05 mars 2020

Modou FALL, Directeur de l’Emploi