Mondial de Handball…Les Lionnes se préparent au Havre

À quelques jours de son départ pour le Japon, la sélection féminine du Sénégal, dirigée par Frédéric Bougeant, peaufine sa préparation au Havre avant de disputer son tout premier Mondial. Le selectionneur de l’équipe du Sénégal se fixe le cap d’une victoire lors de ce Mondial pour sa sélection du Sénégal.
Les Lionnes écrivent chaque jour des nouvelles pages nouvelles de leur histoire. Et indéniablement, le challenge qui s’ouvre à partir du 30 novembre, date de leur premier match de groupe face au Monténégro, s’annonce immense. Les joueuses du Sénégal, finalistes de la dernière Coupe d’Afrique des Nations mais aussi du récent Tournoi de qualification olympique (TQO) – disputé en septembre dans la toute récente Dakar Arena -, battues à chaque fois par l’Angola, vont participer à leur tout premier Mondial. Elles s’envoleront dimanche pour un vol long de 17 heures à destination du Japon, pays hôte de ce 24e championnat du monde.


D’ici là, Doungou Camara (ex-HAC Handball) et les siennes peaufinent leur préparation dans la cité océane, entre séances d’entraînement et matches amicaux, le premier ayant été disputé mardi soir au Mont-Gaillard face au HAC (succès 26-23 du Sénégal), le second étant prévu ce samedi soir à Octeville contre la Belgique.
« On se prépare très bien ici, confie Frédéric Bougeant, sélectionneur du Sénégal depuis 2016 et déjà venu en stage au Havre fin mai. Je connais bien le contexte local, cela me permet d’avoir un stage très intéressant, de travailler avec des gens que je connais, c’est plus facile. On a pu établir avec Stéphane (Pellan, l’entraîneur du HAC) des créneaux pour des séances et pour favoriser la récupération. On a voulu sur cette semaine des oppositions de niveau intermédiaire pour ne pas puiser dans nos réserves et mettre des choses en place tactiquement. On a digéré le TQO, qui a été un gros événement pour nous, on a analysé avec le staff (où figure notamment Ibou Diallo, l’entraîneur de Gonfreville en N1) ce qu’il s’est passé, pour initier des actions personnalisées afin de développer les joueuses. On a pris l’option de rajeunir l’équipe pour ce Mondial, ainsi que de prendre trois jeunes qui évoluent au pays dont une de 16 ans (l’arrière gauche Ndiole Sène). »
Pour Frédéric Bougeant, ce championnat du monde, et ces matches à venir contre le Monténégro, la Roumanie, l’Espagne, la Hongrie et le Kazakhstan, vont servir à préparer les futures échéances, à commencer par le deuxième TQO au mois de mars, mais également la CAN 2020.
« On a cette chance incroyable d’avoir ce Mondial, puis une autre compétition officielle, pour développer l’équipe, admet l’ex-entraîneur de Nantes, Rostov, Fleury et du HAC. La seule pression que l’on peut avoir, c’est celle de continuer à progresser, en incorporant de jeunes joueuses et en trouvant plus de variété en attaque. On sait qu’on ne sera pas championnes du monde, donc on va au Japon en étant assez libérés, avec l’idée de gagner un premier match dans l’histoire du handball sénégalais dans un Mondial et de créer une grande surprise. Cela fait du bien de retrouver le statut d’outsider, d’être l’équipe qui n’est pas attendue au tournant et qui peut prendre des risques. On a l’objectif d’être une équipe emmerdante à jouer, pour montrer que le handball africain progresse. »
Le natif du Havre va être l’un des rares entraîneurs français à diriger une sélection à l’occasion d’un Mondial, dans la lignée des Krumbholz, Portes, Vincent et Mayonnade (à la tête des Pays-Bas pour cette édition). « Je suis privilégié, c’est une des plus belles compétitions continentales avec les JO. C’est une fierté, qui plus est de le faire avec un groupe de potes, avec une équipe et des joueuses avec lesquelles cela se passe bien. Pour certaines filles, ce Mondial va être la récompense de leur carrière, nos cadres auront envie de briller, des jeunes vont vouloir apprendre. Pour nous tous, c’est une belle aventure à vivre. »