Ousmane Sonko, l’arroseur…arrosé par son « scandale »

Les révélations se suivent, et les langues se délient sur l’affaire des 94 milliards de FCFA du Titre foncier (TF) 1451/R. Une affaire qui occupe le devant de l’actualité depuis qu’elle a été ébruitée par l’ancien Inspecteur des Impôts et Domaines, Ousmane Sonko, leader du Pastef. Les principaux accusés dans cette affaire brandie par Ousmane Sonko, se trouvent, l’ancien Directeur général des Impôts et Domaines, Mamour Diallo qui aurait aidé le nommé Seydou Sarr à s’accaparer de la somme de 94 milliards sur le dos du peuple sénégalais. Seulement, depuis qu’il a sorti cette affaire, Ousmane Sonko n’a jusqu’à présent pas sorti la moindre preuve pouvant étayer ses accusations.

Pour cause, dans cette affaire, l’arroseur est devenu l’arrosé.

Ousmane Sonko lui-même ne serait pas si blanc comme neige dans cette affaire. Dans un premier temps, le procureur de la République qui avait été saisi par Ousmane Sonko dans cette affaire. Seulement, en lieu et place d’une plainte comme il l’avait annoncé, c’est plutôt une lettre de dénonciation adressée au procureur de la République par le chef de file du Pastef. Puis, avec le bruit connu par cette affaire, l’Assemblée nationale va créer une Commission d’enquête. Sentant que l’étau était en train de se serrer autour de lui, Ousmane Sonko décide récuser la Commission d’enquête parlementaire en refusant de déférer à ses convocations, tout en déclarant qu’il détient les preuves de ses accusations qu’il ne présentera ses preuves qu’au procureur de la République. A présent que la Commission d’enquête parlementaire a fini ses travaux, et ses conclusions communiquées à la presse, en attendant qu’elle les présente à l’Assemblée nationale, ce qui va donner à Mamour Diallo la voie libre à une plainte auprès du procureur de la République pour diffamation, Ousmane Sonko adopte une autre stratégie. Cette fois, il récuse le procureur de la République, et annonce avoir introduit une plainte auprès du Doyen des juges d’instruction.

Tout se passe, comme si Ousmane Sonko cherche à noyer le poisson, avec toutes ses fuites en avant pour que la vérité n’apparaisse au grand jour. D’ailleurs, dans le film documentaire réalisé sur cette affaire par l’avocat Me El Hadj Diouf défenseur de Mamour Diallo, il apparait que, Ousmane Sonko qui a créé la société Atlas avec un partenaire, a signé par l’intermédiaire de cette dernière, un protocole, le 6 août dernier avec les familles concernées par le titre foncier, où il s’approprie 12% des montants recouvrés. Soit 12 milliards de FCFA sur les 94 milliards. Ensuite, c’est la société Mercalex qui curieusement appartiendrait à Ismaïla Bâ, le bras-droit de Ousmane Sonko dans Atlas à qui l’affaire sera refilée. Tout se passe, comme si c’est Ousmane Sonko qui se trouve démasqué dans cette affaire.

La rédaction de Xibaaru