Ultimate magazine theme for WordPress.

Pr Kitane : « nous sommes tellement corrompus que… »

Alassane KITANE professeur de philosophie à Thiès
0

Éloge de la crédulité, de la confiance et de la conviction…Par Alassane Kitane

Le justice des hommes n’est qu’une étincelle de la Justice divine, et comme tout étincelle, elle est précaire. Vous avez raison : le meilleur secours, le meilleur recours, c’est Dieu. Les hommes peuvent faire ce qu’ils veulent croyant affaiblir un homme qui a la foi, il en sortira toujours grandi. Quand on a la foi, on est prémuni contre la déchéance, contre la peur, et contre tous les fléaux qui peuvent écraser le plus fort des hommes. C’est vrai que croyance et crédulité sont confondues dans notre pays : nous sommes tellement corrompus que quand nous voyons un croyant nous le taxons de candide ou de faux dévot. Une croyance authentique n’est pas possible, selon nous ! Qu’on me laisse alors faire l’éloge de la crédulité !

Je préfère être crédule que d’être déloyal, injuste, tricheur, hypocrite. La plupart des gens se croient forts et intelligents parce qu’ils savent faire dans l’hypocrisie. Ils ne se rendent même pas compte que dans les plus grands chefs-d’œuvre d’hypocrisie, le véridique, le croyant, le fidèle ne voit que pitrerie, faiblesse et déchéance morale. Nous sommes dans une société où les corrompus ont fait une conversion morale de la faiblesse (Nietzche n’avait pas vu les choses de cette façon) : incapables d’être vertueux (c’est-à-dire vraiment grands) ils ont décidé de faire de la ruse la seule vertu qui vaille. Tricheurs, menteurs, truands, féticheurs, voleurs, trafiquants de personnalité, roublards, paresseux, parasites sociaux, flatteurs, fanatiques de second degré, etc. sont dans une opération d’inversion des valeurs.

Ils trichent avec toi, tu le sais ; par grandeur et par respect de la dignité humaine, tu fais semblant de n’avoir rien compris, et eux, jubilent avec les leurs dans leur maudit coin croyant t’avoir roulé dans la farine. Ils rient et se moquent de toi, tu ris d’eux et les plains : qui est le plus fort ? Tu vois de plein jour leur nudité alors qu’ils se croient profusément voilés, tu leur montres que tu n’as pas vu leur nudité : qui est le plus fort ? Ils croient te manipuler, tu entres dans leur jeu et te laisse faire pour mieux les dévoiler à leurs propres yeux, mais ils sont restés aveugles : qui est le plus fort ? Ils voient en toi ce qu’ils voudraient que tu sois, c’est-à-dire leur autre Moi inhibé dans les sombres profondeurs de leur psyché. Qui est le plus le fort ? 

Les naïfs sont finalement ceux qui croient à la naïveté : chercher à tromper quelqu’un est la pire naïveté et ce, même quand on réussit à le suborner. Tromper quelqu’un, c’est rompre un contrant de confiance et de véracité, mais si le trompeur était intelligent, il se serait demandé : « qu’est-ce qui me prouve que cet homme qui me croit au point de me faire confiance ne me trompe pas ? ». Faire confiance et faire feindre de faire confiance doivent être indiscernables dans la conscience du trompeur puisque c’est le présupposé même de son opération.

Au fond de lui-même, l’homme faux sait qu’il est injuste, qu’il a tort, qu’il est corrompu, mais il cherche à se le dissimuler. Ce n’est pas sa victime qu’il manipule, il est en train de manipuler sa propre conscience, le pauvre ! Il se manipule pour ne pas voir sa laideur (morale) : il va te peindre sous les traits d’un candide, mais il sait que tu ne l’es point ; il cherche à échapper au châtiment de sa propre conscience. Le remords doit être la part de Dieu en l’homme : il nous montre que nous sommes faits pour être droits !

Heureusement que les candides, les probes, les propres, les travailleurs, les véridiques, ont Dieu comme témoin et juge. Quand on est homme de conviction, on peut apparaître à ses concitoyens comme crédule, primaire et foncièrement anachronique. Quand on fait confiance aux hommes par humanisme, on est également suspecté de crédulité. Mais un homme qui sait qu’il vit, pense, décide et agit sous le regard éclairé de son Seigneur peut-il redouter la crédulité ?

Alassane K. KITANE 

laissez un commentaire