Racisme…L’Afrique victime à Davos

La militante ougandaise pour le climat Vanessa Nakate a accusé les médias de racisme après avoir été coupée d’une photo prise avec ses paires blanches à Davos.

Dans une déclaration vidéo émouvante, Mme Nakate a déclaré que pour la première fois de sa vie, elle « comprenait la définition du mot racisme ».

Mme Nakate a indiqué que « divers » organismes, dont l’agence de presse américaine AP, l’avaient retirée des photos.

L’AP, qui a depuis retiré la photo coupée, a déclaré qu’il n’y avait « aucune mauvaise intention ».

« Le photographe a essayé de faire sortir une photo rapidement dans un délai très court et l’a recadrée pour des raisons de composition, car il pensait que le bâtiment en arrière-plan était distrayant », a déclaré le directeur de la photographie de l’agence de presse, David Ake.

« Lorsque nous sommes retournés pour ajouter d’autres photos au reportage, ce que nous faisons presque toujours lorsque nous travaillons dans des délais très serrés, nous avons ajouté des photos supplémentaires avec des cadrages différents », a -t-il ajouté.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Mme Nakate a donné une conférence de presse à Davos vendredi, aux côtés de ses collègues militantes pour le climat Greta Thunberg, Loukina Tille, Luisa Neubauer et Isabelle Axelsson.

Elle a ensuite partagé un article d’AP dans lequel elle a été coupée d’une photo des activistes.

Dans une déclaration vidéo publiée sur Twitter, elle a accusé les médias de racisme.

« Nous ne méritons pas cela. L’Afrique est le continent qui émet le moins de carbone, mais nous sommes les plus touchés par la crise climatique… Effacer nos voix ne changera rien. Effacez nos histoires ne changera rien », a-t-elle dit.

Mme Nakate a affirmé qu’elle ne se sentait pas bien après cet incident, soulignant que « le monde est si cruel ».

La jeune femme de 23 ans a déclaré qu’elle n’avait reçu « aucune explication ou excuse » après que l’image de l’AP a été remplacée par une autre qui l’incluait.

La vidéo a été regardée environ 40 000 fois et a été partagée par des centaines de personnes.

Certains utilisateurs de Twitter ont également noté que d’autres médias avaient mal identifié Mme Nakate comme étant la militante zambienne Natasha Mwansa.

D’éminents militants pour le climat lui ont affiché leur soutien.