Ultimate magazine theme for WordPress.

Voici les recalés du parrainage qui travaillent pour le Palais…

0

Décidément personne ne veut rater l’élection présidentielle du 25 février 2024. Tous les leaders politiques veulent briller de leur présence le jour-j. Ceux qui veulent être au coeur du processus électoral, ce sont les candidats recalés au parrainages. Aminata Touré et ses camarades sont dans toutes les sauces. Cette bande d’amis de circonstances est devenue une arme entre les mains des gens du Palais pour combattre Amadou Ba. Telle est la nouvelle mission qu’ils se sont fixés à quelques jours du scrutin.

À quel collectif se fier ? Les candidats qui n’ont pas pu passer le parrainage se sont retrouvés autour d’un collectif. Tantôt ils sont 41 ou 49. Personne ne sait à quel chiffre se fier. Depuis sa création, on a vu toutes sortes de noms. Il est passé de «Collectif des candidats recalés», «collectif des candidats spoliés» à «collectif des 49 Candidats victimes du système de sélection des parrains». Quoi qu’il en soit, leur objectif n’a pas changé. Aminata Touré et ses camarades veulent être au coeur du dispositif électoral. Leur principal objectif est de combattre le système en place.

recalés
Les recalés au Parrainage

Recalés au parrainage, ils s’en sont pris au Président Macky Sall. Non satisfait, ils attaquent son candidat. Pour eux, Amadou Ba est la cause de tous leurs maux. Pour éliminer cette menace gênante, ils ont même demandé au chef de l’Etat de s’immiscer dans le processus électoral. Une démarche qui avait poussé Ousmane Sonko et ses camarades à désavouer publiquement la bande à Mimi Touré. À la surprise générale, ce collectif a été reçu au Palais. Une audience qui a fait grand bruit.

Au sein de l’opposition, beaucoup n’ont pas compris cette précipitation. Car s’asseoir avec l’ennemi d’hier reviendrait à être son ami aujourd’hui. Mais ce groupuscule n’est dans cette élection que pour faire ombre au candidat de Benno. Incapable d’avoir le parrainage, ils n’ont plus leur mot à dire dans cette élection. Alors des questions naissent dans la tête des sénégalais. Car dans une situation normale, ce petit groupe de recalés ne devaient même pas être reçu par le président. À moins que les faucons du Palais aient repris service à la veille du scrutin.

recalés
Le Président Macky Sall rencontre les candidats recalés

Si ce collectif ne voulait pas faire ombre à Amadou Ba pourquoi a-t-il écrit au président Macky Sall ? Pourquoi des recalés demandent le report de la présidentielle ? Qu’est-ce que ces personnes valent politiquement pour être reçu au Palais ? Pourquoi les pontes de cette alliance de circonstance ont refusé d’honorer à cette invitation ? En répondant à cette série de questions, on comprendra aisément que des membres de ce groupe travaillent pour des « gens » du Palais. Et leur cible principal n’est personne d’autre que le Premier ministre qui devrait commencer à surveiller ses arrières.

Une chose est sûre, le président Macky Sall n’a pas instrumentalisé les recalés. La réponse qu’il leur a servi est assez claire. Il ne prendra pas le risque de s’allier à eux. Alors qui sont derrière ces recalés ? Les faucons du Palais peut-être ? Ils sont les seuls à vouloir que Amadou Ba soit écarté de la course. Mais ils ont misé sur les plus mauvais chevaux pour y arriver. Ces leaders réunis ne valent même pas le poids d’un candidat. Sinon ils n’auraient jamais échoué le test des parrainages.

La présidentielle du 25 février est d’une importance capitale. Le Sénégal est devenu un jeune Etat pétrolier et gazier. Il doit faire face et relever le défi sécuritaire. Si les gens du Palais continuent de jouer à faire des coups bas à leur candidat, ils risquent de filer la direction de ce pays entre les mains des mauvaises personnes. Et aucun d’entre eux n’échappera au gros danger qui les guette. Une élection ne se gagne pas sur un coup de tête. Cela demande une certaine organisation.

Il n’est plus à prouver que le candidat de Benno est traqué. À la tête d’une puissante coalition, Amadou Ba a toutes les chances de passer au premier tour. Mais ses ennemis internes sont devenus un véritable problème. Toutes les brebis galeuses de la mouvance présidentielle doivent être neutralisées pour éviter le «coup d’État» rampant.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra