Réouverture des classes : Le diktat inadmissible des enseignants

Ce que tout le monde susurre bas au Sénégal, avait été relevé courageusement par notre vaillant doyen et confrère Mamadou Oumar Ndiaye, directeur de publication du quotidien Le Témoin à travers un éditorial paru dans les colonnes de ce journal, le 25 mai dernier. Notre doyen dénonçait les « comportements indignes » de ces enseignants qui veulent refuser de reprendre le chemin des écoles, prétextant alors toutes sortes de risques sanitaires liés à la propagation de la covid-19.

A l’époque, c’était la date du 2 juin qui avait été initialement retenue pour la reprise des enseignements au Sénégal, alors que certaines mesures restrictives imposées par l’état d’urgence décrétées sur l’ensemble du territoire national n’avaient pas encore été levées. Finalement, cette date avait été repoussée. Le gouvernement soutenait que c’était par mesure de prudence après qu’une dizaine d’enseignants avaient été testés positifs. Evidemment, ces raisons invoquées ont servi d’arguments pour tous ceux qui étaient contre la réouverture des classes, les enseignants notamment, à se mettre à crier victoire sur un supposé « bien-fondé » de leur position.

Leur souhait : Ne pas rouvrir l’école cette année

En réalité, si l’on suit ces enseignants, l’école va définitivement fermer ses portes pour cette année scolaire. Mais eux, vont continuer évidemment sur le dos du contribuable à continuer à recevoir toutes les fins du mois, leurs salaires.

Ce n’est pas la propagation de la covid-19 seulement qui inquiètent les enseignants. La forte pression populaire qu’il y a eu, a depuis conduit le gouvernement à prendre des mesures d’assouplissement de l’état d’urgence. L’heure du couvre-feu est repoussée, il y a maintenant la libre circulation des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national avec la reprise du transport inter urbain, les réunions publiques et privées peuvent maintenant se tenir, mais pour réouverture des écoles, les enseignants disent net.

Mamadou Oumar Ndiaye pris à partie

Au Sénégal, nous en sommes arrivés à un stade où la lutte contre la covid-19 en appelle également à la responsabilité individuelle. C’est-à dire, si chacun se mettait à s’appliquer les mesures barrières, la pandémie ne se propagerait à ce point. Chaque jour, nous voyons comment les rues de Dakar, et partout au Sénégal, sont prises d’assaut par les enfants qui faute d’école, se mettent pourtant à jouer entre eux, à pratiquer le football, se mettant donc toujours en contact.

Pendant ce temps, que font nos enseignants qui s’opposent à un retour en classe ? Ils sont en train à mener des activités normales, à retrouver des amis pour discuter, boire du thé ensemble, à emprunter les moyens de transport en commun pourtant bondés de monde. De qui se moque-t-on ? Il va bien falloir reprendre le chemin des écoles. Le gouvernement a arrêté une nouvelle date, le 25 juin, et devra veiller fermement à ce qu’elle soit cette fois-ci respectée.

Pour avoir vaillamment dénoncé le jeu des enseignants qui ne fait que montrer toutes leurs paresses, Mamadou Oumar Ndiaye a subi toutes sortes d’insultes de la part de ces derniers. Notre téméraire doyen avait bien raison en relevant : « Dans la fonction publique de ce pays, grosso modo, les enseignants constituent le plus gros bataillon suivi par celui des forces armées puis les personnels de santé. Eh bien, ces deux derniers bataillons sont sur le front ! Celui des personnels de la santé, surtout, est courageusement en première ligne contre la maladie et lui paye déjà un lourd tribut. Policiers, gendarmes et militaires sont également sur le terrain, nuit et jour, veillant à faire appliquer les mesures restrictives prises dans le cadre du couvre-feu sanitaire. Malgré les risques sanitaires encourus. Je ne sais plus qui de Jean Jaurès ou de Jules Ferry disait que dans chaque village de France, à côté du curé, devait se trouver un instituteur pour faire passer le message de la République. »

Préoccupations pécuniaires

Et d’ajouter : « Hélas, en ces temps de guerre contre la pandémie, nos enseignants, eux, ont déserté le front. Contestataires et grévistes en diable, ils multiplient les chichis de vieille dame pour ne pas avoir à retourner en classe ! Contrairement aux personnels de santé et notamment aux teigneux syndicalistes de « And gueusseum » qui, eux, bien que très revendicatifs, ont accepté de mettre en berne toutes leurs doléances pour combattre la pandémie. Voilà des gens qui, avec nos braves forces de sécurité, méritent bien leurs salaires et plus encore de la nation. Contrairement à nos hardis enseignants qui veulent bien continuer à être payés… tout en restant confinés, pour ne pas dire terrés, chez eux. Cela doit prendre fin et ils doivent aller travailler au lieu de paresser ! »

Des vérités, voilà ce le directeur de publication du quotidien Le Témoin a osé faire paraître.

Dieu merci, après avoir subi à lui seul toutes sortes d’insanités déversées sur sa personne, voilà que les faits lui donnent raison. Le secrétaire général du CUSEMS Authentique, Dame Mbodj vient de faire une sortie reprise par Seneweb.

Voilà ce qu’il déclare : « Ce n’est pas nous qui avions décidé de fermer les écoles. C’est une volonté que nous avait imposé le gouvernement. Les vacances scolaires vont débuter le 31 juillet. Donc, si au-delà de cette date, c’est-à-dire, pour les mois d’août et de septembre, l’Etat veut que nous, les enseignants, retournions en classe, des négociations s’imposent. Parce que ce sont deux mois de vacances pour les enseignants ».  il étaye son argument : « Donc si l’Etat veut qu’on reprenne les enseignements, obligation lui est faite de nous accorder des indemnités spéciales. Des indemnités dont le montant sera déterminé à l’issue de concertations ».

Où se trouvent donc tous ces arguments liés à la crise sanitaire qui avaient été soulevés. Il semble que les enseignants cherchent indécemment à profiter de la situation comme pour toujours mettre en avant leurs préoccupations pécuniaires. Ce qui n’est en rien d’ordre sanitaire ou éducationnel.

La rédaction de Xibaaru