REWMI dans un gouvernement d’union nationale : Non Merci ! « Yalla téré » ! (Chérif Ben Amar Ndiaye)

Depuis quelques temps, il se susurre et se suppute, pseudo sondage à l’appui, un fantasme politicien : L’éventuelle entrée de Rewmi dans un illusoire Gouvernement d’union nation, Gouvernement de majorité présidentielle élargie, Gouvernement de salut public, que sais-je encore des aventures politiques utopistes. La presse du macky, s’évertue à façonner et préparer l’opinion à une telle fiction politique pour épargner le Président Macky. 

La pandémie du COVID19 et ses conséquences socio-économiques désastreuses ainsi que la gestion scabreuse et crapuleuse du pays, nécessiteraient une sorte de cogestion transpartisane pour sauver le pays de la crise ou du chaos ? L’opposition devrait, semble-t-il, se porter volontaire pour préserver le peuple de ses souffrances, en patriote et en nationaliste dévoués à la cause « force majeure ». Ne pas attendre jusqu’en 2024 et « abandonner » le peuple à son sort (dixit Ousmane Sonko). Pour ce faire, elle pourrait négocier avec Macky fragilisé et aux abois, le retour de la primature, le règlement des affaires judiciaires de Karim Wade et de Khalifa Sall et l’engagement du Président de ne pas briguer un 3e mandat en échange de l’assurance d’une sortie du pouvoir sans dégâts ni peine criminelle. Une « Combinazione » à l’italienne  en quelque sorte. 

Les thuriféraires du pouvoir, rappellent à dessein les cohabitations à la sénégalaise de Diouf-Wade en 1991 et 1995, qu’ils qualifient de fructueuses pour l’opposant Abdoulaye Wade. Mais Macky n’est pas Abdou Diouf. Diouf a le sens démocratique et Macky le sens autocratique. Diouf a permis le code consensuel de 1992 qui a constitué une réelle avancée démocratique. Macky a inventé le parrainage couperet chinois ultra sélectif pour éliminer ou choisir ses adversaires candidats présidentiels. Macky pour qui dialogue national signifie « Xawaré national » où l’on doit exalter ses fourberies et qu’enfin il décide selon ses intérêts. Ses reniements des conclusions des Assises Nationales en disent long. Non Macky n’a pas la parole du noble pour inspirer confiance.

C’est pourquoi le leader de Rewmi  ne saurait en aucun cas se laisser abuser par Macky. Pour Rewmi, participer à un Gouvernement d’union national sous Macky, serait se renier et perdre sa crédibilité. Idy est homme de parole et homme d’Etat, pour qui le réalpolitik se fonde sur le respect du suffrage des électeurs, le sens républicain et sa « carrière politique ne se fera plus par la signature d’un décret de nomination mais par l’élection des suffrages des populations ». La seule voie honorable possible pour un « Gouvernement d’Intérêt National et de Redressement», serait la possibilité d’élections législatives anticipées : Redonner la parole au peuple. Sinon le péril tunisien, ou algérien ou burkinabé voire malien, serait une autre forme d’expression du peuple qui guette le Sénégal. Gouverner avec Macky, « Yalla Téré » !

Chérif Ben Amar Ndiaye