Serigne Saliou Fall rend hommage à Baye Ndiaga Diop

Hommage posthume à un talibé Baye Fall, Baye Ndiaga Diop.

« Quand Dieu veut une chose, Son commandement consiste à dire : « Soi », et c’est ». « Louange donc, à Celui qui détient en Sa main la royauté sur toute chose ! Et c’est vers Lui que vous serez ramenés ». Sourate 36 YAS-IN Verset 82 et 83.

Si l’idée combien inédite d’ouvrir des registres de condoléances suite au décès de ce talibé Baye Fall au nom de Baye Ndiaga Diop était retenue au Sénégal et dans la diaspora :  ce serait une Guinness du genre recueil de témoignage et/ou témoignages. Les disciples Mourides se bousculeraient au premier rang des signataires. Les baye Fall de Mame Cheikh donneraient à volonté leur sang frais pour servir d’encre indélébile à tout signataire.

L’englobé dudit hommage :

Au Sénégal et dans la diaspora, personne parmi ces millions de talibés de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké et de son disciple Mame Cheikh Ibra Fall tous sexes confondus, n’aurait pensé à la triste nouvelle enveloppant le décès de Baye Ndiaga Diop. Il nous a été sitôt arraché des yeux pour un voyage, hélas sans retour. Et comme une trainée de poudre en pleins vents, l’annonce du décès s’est répandue dans tous les cercles mourides. Ce fut la consternation, l’accablement, l’asthénie, l’abattement, l’adynamie  partout dans les daaras. Baye Ndiaga Diop  était aimé, estimé, respecté, côté dans son degré élevé d’érudition. Nous communauté Mouride, sommes en pleurs. Nous considérons son départ pour l’au-delà  comme pénible à supporter. Nous ne sommes guère disposés à effacer dans nos mémoires les récits de tel homme bien particulier. Il était hautement apprécié dans son style et art  oratoire. Baye Ndiaga Diop ne parlait que de Serigne Touba et de Baboul Mouridina. Les fervents talibés retiendront de lui un talibé aux qualités sublimes et non sublimées. Le disparu était toujours capable, apte et disposé à faire revivre la pensée du mouridisme. Au besoin de la diffusion de cet enseignement dont il avait le secret, Baye Diaga Diop aimait retracer la rencontre de Mame Cheikh Ibra Fall et de Serigne Touba. La maïeutique, l’argumentation, la logique, la dialectique  entre le disciple et son maître constituaient ses bases de référence. Il avait des notes glanées à partir  de source crédible identifiée. Toutes les étapes entre le disciple et son maître, Baye Diaga Diop les savait et les comptait du bout des doigts. De Mbacké à Saint-Louis avec comme point de chute Diourbel. Baye Diaga Diop a été formé dans la daara traditionnelle et a fréquenté les plus illustres historiens et maîtres coraniques sans oublier les Cheikh  talibés Mouride et Baye Fall. Il illustrait des faits, des comportements, des attitudes, des contenances, des postures, des actes de dévotion partant desquels Mame Cheikh Ibra avait tracé sa feuille de route sur le  terrain d’application de Khadim Rassoul. Baye Ndiaga Diop aimait à citer Lamp Fall en relatant dans la période de proximité et compagnonnage avec le saint guide de Touba. Dans ces rappels il en instruisait l’interlocuteur par  une bréviaire et mode de conduite pour  tout talibé à la recherche de la voie du Salut dans les deux mondes.

Si l’idée combien inédite d’ouvrir des registres de condoléances suite au décès de ce talibé Baye Fall au nom de Baye Ndiaga Diop était retenue au Sénégal et dans la diaspora :  ce serait une Guinness du genre recueil de témoignage et/ou témoignages. Les disciples Mourides se bousculeraient au premier rang des signataires. Les Baye Fall de Mame Cheikh Ibra Fall donneraient à volonté leur sang frais pour servir d’encre indélébile à tout signataire.

Baye Ndiaga Diop était d’un érudit, un docte, un savant hors du commun. Baye Diaga Diop avait mémorisé le Saint Coran et connaissait  les sciences mystiques pour les avoir apprises auprès des savants mourides. Polyglotte, pluridisciplinaire multisectoriel, maître dans les sciences de communications  il était à l’aise dans plusieurs langues étrangères dont l’arabe, le français, l’anglais, l’espagnol. Les dialectes africains  n’avaient pas de secret pour ce conférencier international atypique de surcroit émérite. Il abordait avec une dextérité managériale sans borne, les thèmes de ses conférences islamiques auxquelles il était invité à faire étalage de ses connaissances dans la simplicité. Baye Ndiaga Diop avait pour thème de prédilection : La vie de Cheikh Ahmadou Bamba ; en ligne de mire les airs et faits  de Mame Cheikh Ibra Fall circonscrivant sa vie auprès de Khadimou Rassoul. Les écrits khassaides du fondateur du Mouridisme n’avaient pas de secret pour  Baye Ndiaga Diop. Tellement il les avait mémorisés et s’en servait aisément à titre d’illustration chaque fois que besoin pédagogique devait en jaillir.

CONCLUSION :                                                                                                                                                                     Baye Ndiaga Diop n’a de cesse et jusqu’à sa mort de personnaliser Mame Cheikh Ibra Fall en le positionnant comme le modèle du Talibé accompli. Dans cette démarche didactique et approche instructive il n’omettait jamais de faire comprendre à l’assistance  tout ouïe à ses discours de cette vérité reconnue d’autorité en milieu mouride en ses termes  . « C’est à Mame Cheikh Ibra Fall que Serigne Touba Mbacké décernât le prix d’excellence en Qualité de Talibé Mouride Sadikh. Les exemples qu’il aimait rappeler à l’assistance au cours de ses séminaires internationaux de contenu  mouride ont pour source l’Enseignement-l ‘Education-la Pédagogie- la Sagesse- la Modestie -la Diplomatie-le Soufisme qu’incarnait  Mame Cheikh Fall.

Baye Ndiaga Diop aimait parler du Baye Fall aux jeunes en âge d’entrepreneuriat comme le fit Louqman le Sage dans le Coran  S31 V16 «  ô mon enfant, accomplis la Salat, commande le convenable, interdis le blâmable et endure ce qui t’arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toute entreprise ». Baye Ndiaga Diop, racontait toujours les enseignements, préceptes, doctrines, éducations systèmes  de Mame Cheikh Ibra Fall « Vous les jeunes en quête d’insertion et/ou de réinsertion socio-économique, épousez le comportement et l’attitude du chien et du charognard. La fidélité est marque distinctive de la bonne attitude. Le leadership se cultive dans la patience. Le succès est au bout  de l’effort, jamais relâché. Observez l’environnement et le comportement des animaux. Pour illustration disait Mame Cheikh Ibra Fall, le charognard est un oiseau de proie, il est l’empreinte de la patience et le sens du partage. Ce grand oiseau carnivore n’attaque jamais une bête en agonie. Il a la patience d’attendre le dernier souffle de cette dernière mais jamais dans l’agonie il ne l’attaque pour sa pitance. Au constat de la proie totalement morte puis le charognard appelle ses troupes pour en commun se partager la dépouille. Baye Ndiaga Diop tu nous manques, nous prions pour le repos de ton âme. Baye Ndiaga Diop que la terre de Touba te soit une étape pour ton entrée à Firdawsi. Baye Ndiaga Diop, nous restons fermes et convaincus que tu boiras dans la source de Kawsara car tu as été durant ta courte vie sur terre dans l’application de cette parole de Dieu « Quiconque fait de bonnes œuvres tout en étant croyant, on ne méconnaîtra pas son effort, et Nous le lui inscrivons [à son actif]. Sourate 21 verset 94. 

Baye Ndiaga Diop, Serigne Saliou et les talibés prieront toujours pour le repos de ton âme. 

Serigne Saliou Fall Ibn Moustapha Fall, Personne Morale de la Daara Ligguey Jamu Yalla.