Sida…l’épidémie ralentit en Afrique

Outre les autres épidémies qui ravagent l’Afrique, le Sida reste un mal à combattre. Même si des progrès ont été enregistrés dans certains pays du continent, la prise en charge médicale et sociale constitue pour d’autres un éternel combat.

Sur une population mondiale de 37 millions de sidéens, l’Afrique concentre à elle-seule plus de 25 millions (67%) là où sa partie ouest et centre comptent 5 millions de personnes (13%) vivant avec le VIH en 2018. Ces chiffres de l’ONU-Sida n’ont pas beaucoup bougé en 2019, même si « l’évolution de l’épidémie a été ralentie » dans le continent grâce à l’implication des communautés.

Mais selon Dr Mamadou Sakho, conseiller régional de l’ONU-Sida et chargé de le présenter, il dénote justement que « l’évolution de l’épidémie a été ralentie ».

« Il y a une réduction des nouvelles infections au Sénégal et un peu partout dans la sous-région, ajoute le médecin sénégalais. Mais on n’a pas encore trouvé de vaccin pour cette maladie ».

Ainsi dans la zone de couverture (ouest et centre), « cinq millions de personnes vivent l’épidémie et les deux tiers sont des femmes ». Pendant ce temps, « les jeunes filles sont particulièrement très vulnérables et exposés aux risques, de même que les prostitués (hommes ou femmes), les injecteurs de drogue », déplore Dr Sakho, appelant à aller vers « ces groupes (à risque) et essayer de leur donner les soins et l’information ».