Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko giflé chez lui…Sa principale base politique menacée

0

Ousmane Sonko est l’un des plus grands opposants que Macky Sall et son gouvernement aient connu. Le leader du parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) a réussi à se hisser sur le haut du podium en un laps de temps. Il a réussi à imposer son hégémonie à tous les niveaux. Le patriote en chef rêve toujours de voir son plus grand rêve se réaliser. Mais à une dizaine de mois avant la présidentielle de 2024, Sonko subit les contrecoups de ses engagements en politique. Si le maire de Ziguinchor ne change pas de fusil d’épaule, il risque perdre tout ce qu’il a réussi à bâtir…

sonkoOusmane Sonko est en danger. Le patriote en chef nage en eaux troubles. Sonko risque de voir sa carrière politique voler en éclat. Alors qu’on n’a pas encore fini d’épiloguer sur l’affaire Adji Sarr, le patriote en chef doit faire face à un nouveau problème. Un problème qui ne sera pas sans conséquence si Sonko ne réagit pas vite. Et c’est dans le fief du leader de Pastef que ce nouveau combat aura lieu entre la municipalité qu’il dirige et les jeunes qui, jusque-là, étaient acquis à sa cause.

En effet, les étudiants de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) ressortissant de Ziguinchor reprochent à Ousmane Sonko, le non renouvellement du contrat de bail de l’immeuble qu’ils occupent à Dakar et qui a été pris en charge par le maire sortant, Abdoulaye Baldé depuis 2017 et la non remise de leurs subventions. Ces étudiants avaient organisé une marche dans la capitale du Sud avant d’allumer des pneus dans certains axes de cette ville. N’ayant pas eu gain de cause, ils ont relancé la machine de la contestation. Et cette fois-ci, ils ont utilisé les armes de Sonko contre lui.

Ces étudiants ont fait vibrer la ville de Ziguinchor, au son des casseroles pour revendiquer leur dû. En tee-shirts et brassards rouges, ils ont invité Ousmane Sonko à satisfaire leurs exigences. Contrairement à la dernière manifestation, beaucoup de ziguinchorois sont sortis en masse pour venir renforcer les manifestants. Un signal fort pour Sonko qui se croit maître de la capitale du Sud. Cette manif démontre clairement que les administrés ne laissent plus le maire décider comme bon lui semble.

Mais Ousmane Sonko est très entêté. Le leader de Pastef va sûrement vouloir faire les choses à sa façon. Se lancer dans un bras de fer avec les étudiants serait fatal. Son électorat est à majorité formé de jeunes. Si Sonko tente de jouer la carte de la politique, il ne résoudra jamais le problème des étudiants. Car certains patriotes accusent Doudou Ka d’être derrière les protestataires. Refuser de régler cette question de logement pourrait coûter à Sonko sa base politique.

sonkoLes étudiants ressortissants de Ziguinchor sont fortement représentés à l’UCAD. Ils ont porté la candidature de Sonko durant toutes les élections précédentes. Si Sonko a pu prendre la mairie des mains de Abdoulaye Baldé et battre Doudou Ka, c’est grâce aux jeunes. Ce problème avec les étudiants risque d’éloigner davantage Ousmane Sonko de son jeune électorat. Car depuis l’éclatement de l’affaire Sweet Beauty et le ralliement de Sonko dans le système, de nombreux jeunes ont commencé à prendre leurs distances avec le patriote en chef.

Ces étudiants ne sont pas prêts à lâcher prise. Ils vont tout faire pour tordre la main à leur maire. Malheureusement, Sonko n’est pas Macky. Le leader de Pastef est loin d’être ébranlé par les moyens de lutte des étudiants. A lui tout seul, il a réussi à mobiliser une bonne partie des jeunes en mars 2021. Mais cette stratégie de la « terreur » ne marchera pas à Ziguinchor. Les parents commencent à s’intéresser aux problèmes de leurs enfants. Les changements qu’il opère dans la ville, ne sont pas du goût de tout le monde. Et si Sonko se met à dos, en plus des jeunes, les anciens, il peut dire bye bye à sa mairie.

Désormais, le maire de la ville est condamné à lâcher du lest et engager un dialogue franc avec les étudiants. Ces discussions devront aboutir à une solution face au problème qui l’oppose à une partie de ses administrés. Sinon qu’il ne soit pas surpris de voir ses méthodes de lutte se retourner contre lui.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire